Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Sortir du silence​.

21 Janvier 2022, 10:04am

Publié par Bernardoc

La Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) poursuit son travail d’écoute auprès des victimes. Elle lance un appel à témoignages ciblé, à destination des victimes de violences sexuelles au sein d’une institution. Des adultes ayant été victimes, quand ils étaient enfants, d’un entraîneur dans un club de basket, d’un éducateur dans un foyer d’accueil, d’un instituteur à l’école… Ou d’un autre enfant dans ces lieux.

Parmi les 8 200 témoignages que la Ciivise a déjà reçus par mail, téléphone, voie postale, ou lors de réunions publiques, 80 % concernent des violences sexuelles incestueuses. Mais, après avoir décortiqué les 3 800 premiers questionnaires, la commission sait aussi que 10 % des témoignages concernent des violences sexuelles ayant eu lieu dans des institutions : école, colonie ou camps de vacances, clubs de sport, activités culturelles ou artistiques, religions, établissements d’accueil d’enfants handicapés, internat ou externat. Parmi ces victimes, qui avaient en moyenne 10 ans au moment des faits, sept sur dix sont des femmes. Elles ont subi (dans huit cas sur dix) des attouchements du sexe, des seins ou des fesses. Les violences se sont produites au sein de l’établissement scolaire (trois cas sur dix), au sein de l’institution religieuse (deux à trois cas sur dix) ou dans le cadre d’une colonie de vacances (deux cas sur dix). Plus de six victimes sur dix ont parlé plus de dix années après les faits.

La Ciivise est là pour écouter​, rappelle-t-elle. Les témoignages permettront de lutter contre l’impunité des agresseurs et de mieux protéger les enfants d’aujourd’hui et de demain​.

Pour témoigner : par téléphone : 0 805 802 804 en métropole et 0 800 100 811 en outre-mer. Par mail : temoignages@ciivise.fr ou par courrier postal : Civise, 14, avenue Duquesne, 75007 Paris. Un questionnaire peut aussi être rempli sur le site : ciivise.fr

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Le classement LinkedIn des métiers en croissance

20 Janvier 2022, 15:32pm

Publié par Bernardoc

1. Responsable des opérations commerciales

Sa mission: Le responsable des opérations commerciales a pour mission d’optimiser les processus et outils de vente (base de données clients, logiciel CRM…) afin de faciliter le travail des commerciaux.

2. Responsable du développement

Sa mission: Le responsable du développement définit et exécute la stratégie commerciale de l’entreprise. Son rôle est notamment de détecter les nouvelles opportunités du marché.

3. Assistant facturation

Sa mission: Généralement intégré au service comptabilité, l’assistant facturation gère l’ensemble des entrées financières de l’entreprise (émission des factures, suivi des paiements, relances…).

4. Conseiller clientèle

Sa mission: Dans la banque et l’assurance, le conseiller clientèle développe et gère un portefeuille de clients à qui il propose des produits et services financiers.

5. Ingénieur en fiabilité de site

Sa mission: L’ingénieur en fiabilité de site s’assure de la stabilité et de la bonne performance d’une solution IT (application, site…). Il peut intervenir à la fois sur la partie matérielle et logicielle du produit.

6. Conseiller en insertion professionnelle

Sa mission: Dans des missions locales, des services municipaux ou des associations, le conseiller en insertion professionnelle aide les personnes éloignées de l’emploi à s’insérer sur le marché du travail.

7. Consultant en télécommunications

Sa mission: Le consultant en télécommunications accompagne des entreprises privées ou des collectivités dans la mise en place et la sécurisation de leur infrastructure télécom.

8. Responsable de compte

Sa mission: Le responsable de compte est chargé d'un ou plusieurs clients stratégiques pour son entreprise. Interlocuteur privilégié de ses clients, il s’assure de leur satisfaction et de leur fidélité.

9. Chargé de recrutement

Sa mission: Le chargé de recrutement met en pratique la politique de recrutement définie par la direction des ressources humaines. Il joue notamment un rôle essentiel dans la rédaction des offres d’emploi, le tri des candidatures, et les premiers entretiens.

10. Responsable douane

Sa mission: Le responsable douane assure le respect des obligations douanières de son entreprise. Ses missions incluent la veille réglementaire douanière ou encore la gestion des relations avec l’administration des douanes, notamment dans le cadre des contentieux.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Lettre ouverte au Président de la République

19 Janvier 2022, 09:33am

Publié par Bernardoc

Paris, le 17 janvier 2022

 

Monsieur le Président de la République,

Nous venons de franchir le seuil de l’année 2022, la dernière de votre mandat. Il y a bientôt 5 ans, vous preniez un engagement en qualité de candidat (lettre du 18 mars 2017) : « Je protégerai le pouvoir d’achat des personnes retraitées. Nous ne toucherons pas au niveau des pensions ». Force est de constater qu’une fois élu, vous avez emboîté le pas de vos prédécesseurs en accélérant la cadence !

Hausse de 25% de la CSG, gel de la revalorisation des pensions deux années de suite puis sous indexations manifestes particulièrement pour 2021 à un moment où l’inflation galopante affecte durement et durablement des produits de base comme l’énergie, l’alimentation, les transports,...qui
correspondent à des dépenses contraintes. Les pensions sont ainsi en retard sur l’évolution des prix et plus encore sur celle des salaires et ce alors que les profits des plus riches augmentent. Nous n’oublions pas les propos de membres de votre gouvernement contre les personnes retraitées jugées nanties à 2 000 € mensuels les mesures touchant au montant des APL.

Pourtant, dans notre pays, plus de 5 millions de personnes retraitées connaissent des difficultés monétaires, et plus d’un million d’entre elles se situent sous le seuil de pauvreté et depuis 2014, le pouvoir d’achat des retraités a fortement diminué, de près d'un mois de pension par an ! La pandémie a révélé les failles de notre système de santé (résultat de politiques régressives successives) qui ont eu des conséquences fatales pour nombre de personnes âgées privées des soins hospitaliers requis. Nous ne voyons pas les améliorations promises en lits, personnels et matériels ; c’est même à des nouveaux reculs que nous assistons. Ce recul ne se manifeste pas seulement dans la santé mais dans tous les Services Publics. Fermeture systématique des services de proximité et fracture numérique ont pour résultat l’isolement et la solitude des retraités et personnes âgées. S’il est pourtant un domaine à renforcer, c’est bien le Service public notamment de santé à même de prendre en charge, en proximité, les besoins des populations.
L’abandon de la loi « Grand âge et Autonomie » que votre gouvernement présentait comme une des « mesures phares » de votre quinquennat, confirme le peu d’intérêt que vous portez aux personnes âgées. L’urgence est pourtant, là encore, reconnue par l’expertise d’organismes officiels. Les manques en personnels, en établissement comme à domicile et les restes à charge insupportables continueront de plonger des personnes âgées et leur famille dans la détresse. Les personnels et l’encadrement dénoncent régulièrement cette situation. C’est indigne d’un pays qui refuse aux plus fragiles ce qu’il accorde généreusement aux plus fortunés pour accroître leur richesse. Il s’agit au contraire de promulguer une loi ambitieuse, à la hauteur des demandes et des attentes.

Dans votre lettre du 18 mars 2017, vous vous engagiez à « valoriser [le] rôle indispensable [des retraités] dans la société » mais vous avez toujours refusé de nous recevoir et vous n’avez jamais eu le moindre mot contre les scandaleuses campagnes de « stigmatisation contre les vieux ». L’absence de ministère dédié est la preuve du mépris vis-à-vis des 17 millions de personnes retraitées que nous représentons.

En 2021, la réponse des personnes retraitées a été claire : à l’appel de nos organisations, elles ont manifesté, en dépit de la pandémie, à trois reprises : le 31 mars, le 1er octobre et le 2 décembre où 25 000 personnes dans la rue à Paris ont exprimé colère et revendications. Les alertes de nos organisations ont été nombreuses auprès des Préfectures, des élus, des ARS et dans les quelques lieux de représentation où nous siégeons, CDCA et HCFEA...
Aujourd’hui, en janvier 2022, nos organisations continuent d’exiger la suppression de l’augmentation de la CSG pour toutes les pensions, leur indexation sur l’évolution des salaires, le rattrapage des pertes de pouvoir d’achat enregistrées depuis 2014 et l'attribution des pensions
de réversion sans conditions de ressources ni d'âge. La retraite est un droit lié au statut d’ex salarié, ce n’est pas une prestation sociale. Les personnes retraitées n’attendent pas de la compassion mais une vraie justice sociale permettant de vivre dignement.


Pour les neuf organisations de retraités :


Marc Bastide (UCR-CGT)

Didier Hotte (UCR-FO)

Jacqueline Valli (UNAR-CFTC)

Marylène Cahouet (FSU)

Gérard Gourguechon (UNIRS-Solidaires)

Jacques Fogliarini (FGR-FP)

Roger Perret (Ensemble & solidaires – UNRPA)

Michel Denieault (LSR)

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Naufrage.

18 Janvier 2022, 09:34am

Publié par Bernardoc

Non, je ne veux pas parler du Burdigala, dont on attend toujours le procès, mais de l'état de la gauche.

Ce matin j'ai écouté Madame Taubira, ancienne ministre du gouvernement Valls pendant le quinquennat Hollande. Pour la deuxième fois, elle se lance dans la course à la présidence, par le biais d'une « primaire populaire », qui se veut une initiative de citoyens de gauche. Déjà, ces citoyens « de gauche » ont fait comme si Roussel, Poutou et Arthaud n'existaient pas. Ils ont inclus Mélenchon, qui n'en a rien à cirer, dans leur choix.

Bien que je sois contre ce système inspiré des USA (j'étais le seul de la majorité municipale à ne pas participer aux primaires socialistes, puisque j'avais mon candidat) je me demandais si je n'allais pas m'inscrire, puisque, si j'avais bien compris, tout le monde se rallierait derrière celui arrivé en tête : ça aurait pu faire plus de 100 000 militants dans la campagne pour Mélenchon.

Après l'entretien de ce matin sur France inter, le but de la primaire est clair : c'est mettre en selle Madame Taubira, qui sera candidate même si elle n'arrive pas en tête.

Décidément, la vie civique est tombée bien bas, mais elle reste en droite ligne de la dernière présidentielle où les vallsistes dépités de voir leur champion battu, se sont tournés vers celui qui représentait le mieux la droite et ont voté Macron dès le premier tour.

Et vous pensez que c'est ainsi qu'on va ramener les citoyens aux urnes ?

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Molière.

17 Janvier 2022, 10:55am

Publié par Bernardoc

Jules LEMAITRE : « J'admire ce surprenant Molière de toute mon âme : tandis qu'il intéresse les érudits, il fait penser les philosophes, et sait, mieux que tout autre, amuser les enfants. »

Même si l'auteur de cette citation fut un militant de l'Action Française, je ne peux qu'y souscrire, et en plus ce fut le sujet d'une de mes dissertations de seconde. Et j'espère que cet auteur moderne (« Quoi de neuf ? » « Molière » répondait avec à-propos Sacha GUITRY) sera célébré comme il se doit en cette année anniversaire.

C'était mal parti : nous voulions aller voir la Comédie Française au cinéma local, mais la diffusion avait été annulée.

Fort opportunément l'édition dominicale du quotidien local consacrait pas moins de 8 pages à Molière (c'est un journal qui ne servira pas à allumer le feu !).

Et hier soir, Culture box diffusait Les fourberies de Scapin, filmées à la salle Richelieu. Grosse déception : je n'ai pas du tout aimé la mise en scène et le décor assez déprimant. Pour moi, une des meilleures réalisations de cette pièce est le film de Roger COGGIO en 1981, et c'est avec enthousiasme que j'y avais emmené mes élèves de CAP, qui avaient apprécié : sortir du LEP en français pour aller au cinéma, vous pensez ! Mais je suis certain que des graines avaient été semées à ce moment-là.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Effacer les traces.

16 Janvier 2022, 09:42am

Publié par Bernardoc

J'ai choisi le titre par analogie avec celui d'un film que j'ai contribué à financer : « N'effacez pas nos traces » (celles de mai '68).

Ce n'est pas du tout ce qu'il se passe dans ma commune. J'ai été élu (majoritaire) pendant six ans et à l'époque la volonté était de ne pas avoir de bâtiments d'habitation qui dépassent deux étages. Maintenant, ce sont des bâtiments de quatre étages qui vont être érigés dans ce qu'il est convenu d'appeler « le cœur de ville ». J'ignore si le nombre de logements sociaux nous permettra de revenir en conformité avec la loi ou si nous continuerons de payer des amendes pour compenser le manque de HLM.

Nous nous étions opposés à ce que le tramway passe par la rue centrale du Haillan pour des raisons urbanistiques et sécuritaires. J'étais d'accord, même si je suis obligé de prendre ma voiture pour aller prendre ce mode de transport. Mais il n'y a plus de problème pour le BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) qui nécessite aussi beaucoup d'aménagements et qui utilisera cet itinéraire.

Nous avions été consultés sur le trajet. Un certain nombre avait prôné un autre itinéraire, ce qui aurait permis de conserver la fontaine (qu'il aurait fallu rénover car il y a bien longtemps qu'elle n'est plus entretenue) à l'entrée de la ville. Mais voilà, cette fontaine avait été installée sous la mandature de Georges RICART (PS). Il importait donc de faire table rase, d'où la destruction de la fontaine, obstacle à la manœuvre du BHNS, et l'obligation pour les gens du quartier de Venteille, non desservi par les transports en commun, de continuer à marcher plus de vingt minutes pour aller attraper ce nouveau bus.

Lorsque j'étais élu, avec mon camarade adjoint communiste nous avons fait signer une pétition pour demander une amélioration de la desserte, en vain. Communiste ? Vous avez dit communiste ? Là aussi il importait de faire passer le PCF à la trappe ; c'est fait depuis quelques semaines.

Mais nous avons eu la troisième fleur ! Alleluia !

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

L’arnaque de l’« indemnité inflation »

15 Janvier 2022, 14:18pm

Publié par Bernardoc

par  Joël Perichaud, Secrétaire national du Parti de la démondialisation aux relations internationales

Face à l’envolée des prix de l’énergie, Castex le premier ministre transparent, avait annoncé une « indemnité inflation » de 100 euros pour 38 millions de Français. Les esprits chagrins qui ont vu dans cette annonce un petit geste électoraliste n’ont pas tort… Les premiers versements arrivent et sont déjà l’objet de réjouissances de la presse aux ordres. Mais ils cachent la forêt néolibérale qu’est l’Union européenne (UE) et la macronie.
Explications…

Ce que cherchent avant tout les néolibéraux, macronie et UE, c’est cacher les causes de la flambée des prix de l’énergie. Et pour cela, il faut faire un petit sacrifice. La Commission européenne (CE), experte en mystification, a donc laissé le choix aux divers gouvernements à sa botte pour parer au plus pressé et éviter les mouvements populaires dans les pays membres… A la condition de ne pas remettre en cause “le marché”, la libre concurrence et le démantèlement des services publics de l’Énergie restants, comme en France avec le projet “Hercule".

Le choix de Macron

A six mois de l’élection présidentielle, Macron, le prince des mots tordus veut éviter des mobilisations sociales que pourrait susciter la forte hausse des prix de l’énergie constatée par l’INSEE : + 20,1% sur un an. D’autant que le pouvoir d’achat est la première préoccupation des Français dont 57% considèrent qu’il a baissé depuis 2017.
Et si les Gilets jaunes revenaient ? Il y a urgence à allumer un contre-feu : après avoir « gelé », temporairement, les prix du gaz jusqu’à la fin de l’année prochaine, le gouvernement a annoncé le versement d’une « indemnité inflation » de 100 euros pour tous ceux qui touchent moins de 2 000 euros net par mois. Un chiffre sorti de nulle part, versé automatiquement sur la feuille de paie ou de retraite d’ici la fin de l’année. Ce versement est destiné à “clignoter”, à hypnotiser l’électeur, juste avant les élections présidentielles et législatives.

Ne pas toucher au sacro-saint marché

Car, en accord complet avec la Commission européenne, la macronie ne veut pas revenir sur la libéralisation (lire : privatisation) du marché de l’énergie. Prenons, par exemple le gaz. Son prix sera gelé toute l’année 2022, mais le gouvernement prévoit toujours la fin des tarifs réglementés en 2023. Les factures risquent de s’envoler brutalement au gré des cours mondiaux. Ceux-ci dépendent en partie de la conjoncture (température, situation économique…) mais essentiellement de la spéculation sur les marchés financiers. Les contrats de fourniture de long terme à prix fixe, qui permettaient à GDF de garantir des prix stables au consommateur, ont progressivement disparu depuis la libéralisation du secteur par l’UE au début des années 2000.

Encore pire pour l’électricité, dont le prix ne sera abordable qu’à condition de sortir du système imposé par l’Union européenne. En effet, l’UE oblige EDF à vendre 25% de sa production à ses concurrents, qui ne l’achètent que si elle est moins chère que celle qu’ils peuvent produire, c’est-à-dire… si EDF vend à perte.

D’autre part, afin de créer de toute pièce un marché à l’échelle européenne, le prix unique est fixé sur le coût marginal de l’électricité, c’est-à-dire sur le coût de production d’un Mégawatt-heure (MWh = 1 000 Kilowatt-heure kWh) supplémentaire. Or, ce sont les centrales à gaz qui assurent très majoritairement ce surplus momentané de production… Ce qui revient à aligner le tarif de l’électricité sur les cours du gaz. Pour la France, dépendante à 70% du nucléaire et exportatrice, ce système est on ne peut plus défavorable… Mais comme ce sont les citoyens qui paient…

Certains qualifient ce système d’absurde. Il ne l’est pas. C’est la concrétisation d’une idéologie : la concurrence ferait baisser les prix. Sauf que cette croyance ne s’est jamais vérifiée. En revanche, ce que chacun constate, c’est que les entreprises privées font de plus en plus de profit ! Et cela en tordant le bras à EDF pour créer une concurrence artificielle.
La hausse des prix de l’énergie se poursuivra donc tant que la privatisation du secteur se poursuivra. Et ce n’est pas l’aumône de 100€ de Macron-Castex (moins de deux pleins d’essence ou 8,33 euros par mois) qui permettra aux citoyens de se chauffer, de se déplacer et de s’éclairer correctement.

Une aumône dans un océan d’austérité

Les sommes distribuées à l’approche des élections seront récupérées par l’État via une baisse des dépenses publiques. Quel que soit le président, ou la présidente, élu. Tous les candidats se gargarisent de « retour à l’équilibre budgétaire » qui prévoit un déficit de 2,8% en 2027. Cette  indemnité inflation de 100 euros est la répétition de l’entourloupe de la hausse de la prime d’activité annoncée suite au mouvement des Gilets jaunes : plutôt que de relever le SMIC et d’engager des discussions avec les syndicats pour augmenter les salaires (comme en mai 1968),  la macronie a préféré octroyer un petit chèque… aux frais du contribuable. Le prétexte du prochain président est déjà connu : la France a près de 120% de dette par rapport au PIB. Une fois les élections passées, l’UE technocratique et autoritaire ainsi que le nouveau locataire de Bercy exigeront de nouvelles « réformes structurelles » dont la “réforme” des retraites ne sera qu’une mise en bouche. Car toutes les réformes mises en place depuis 2017, de l’assurance chômage à la baisse des APL en passant par la hausse de la CSG, ont conduit à une perte de pouvoir d’achat de l’immense majorité de la population.

D’autres solutions existent !

Bien sûr, ces 100 euros apporteront une petite bouffée d’air à de nombreux citoyens, mais une hausse des salaires serait bien plus justifiée et pérenne. D’abord, elle permettrait de rattraper tout ou partie de l’immense perte de pouvoir d’achat des citoyens. Ensuite, elle permettrait de répondre immédiatement à l’inflation, qui, en raison de la forte reprise de la demande au niveau mondial et de la désorganisation des chaînes logistiques capitalistes qui font suite aux mesures sanitaires, risque de durer. Enfin, une revalorisation générale des salaires injecterait directement de l’argent dans l’économie réelle et non dans la spéculation financière. Bref, ce dont les salariés ont besoin, c’est d’une augmentation importante de leur pouvoir d’achat réel. La solution est connue et s’appelle l’échelle mobile des salaires qui, pour mémoire, a été supprimée en 1982 pour accompagner les mesures d’austérité de Jacques Delors (PS) ministre des Finances dans le deuxième gouvernement de Pierre Mauroy (PS).

Le Pardem, dans le programme de gouvernement qu’il soumet aux citoyens, milite pour le rétablissement de l’échelle mobile des salaires et l’annulation de toutes les mesures d’austérité exigées par l”UE et mises en place, avec zèle, par les gouvernements successifs.

Et ce n'est pas fini...


 

Voir les commentaires

Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait.

14 Janvier 2022, 10:05am

Publié par Bernardoc

L’Assemblée nationale vient de voter la proposition de loi portant réhabilitation des Fusillés :  adoptée par 39 voix pour

contre 26

On  a gagné !

Bravo à tous et merci à la France insoumise et à tous les députés qui ont voté pour !

Et ce n'est pas fini...


 

Voir les commentaires

L'école dans la rue.

13 Janvier 2022, 17:45pm

Publié par Bernardoc

Il y a un moment qu'un ministre de l’Éducation nationale n'avait pas réussi à provoquer une telle unanimité ; je pense que cela doit remonter à Claude ALLÈGRE, qui s'est illustré depuis par son climato-scepticisme.

Plusieurs milliers de manifestants à Bordeaux, dans l'unité des syndicats ; il y avait même l'Unsa, dont la participation à des manifestations est très rare depuis des années, et la FEP-Cfdt (enseignement privé) qui sauvait l'honneur de sa confédération.

Le bureau de l'UD CGT était présent à midi place de la Victoire ainsi que les membres du CD de l'USR CGT (Conseil Départemental de l'Union Syndicale des Retraités) avec une banderole.

Le cortège était également gonflé par un nombre non négligeable de lycéens. Quelques drapeaux de la FCPE, mais je n'ai pas remarqué leurs enfants ; peut-être étaient-ils à l'école ?

Dans la foule, je fus reconnu par une collègue haillanaise qui se désolait que dans son école de 14 classes (une aberration selon moi) seuls 4 collègues étaient grévistes et 2 seulement à la manif. Il est loin le temps où Le Haillan défilait dans l'unité contre le démantèlement des retraites, uni derrière sa banderole.

Et ce n'est pas fini...

L'école dans la rue.
L'école dans la rue.
L'école dans la rue.
L'école dans la rue.
L'école dans la rue.
L'école dans la rue.
L'école dans la rue.
L'école dans la rue.
L'école dans la rue.
L'école dans la rue.
L'école dans la rue.

Voir les commentaires

Comment retrouver un téléphone perdu ou volé ?

12 Janvier 2022, 15:10pm

Publié par Bernardoc

In radins.com

Oublier son téléphone sur un banc ou dans un bar, le faire tomber sans s’en rendre compte ou se le faire subtiliser alors qu’on l’avait dans sa poche de jean ou dans son sac : cela se produit tous les jours. Mais lorsqu’une telle mésaventure nous arrive à nous, rapidement, un vent de panique nous envahit !

Grâce à la technologie, il est heureusement possible de le retrouver in extremis. 3 conditions doivent, toutefois, être réunies :

  1. Votre téléphone doit être allumé.

  2. Il doit être lié :

  • à un compte Google s’il s’agit d’un smartphone ;

  1. Vous devez avoir activé la localisation sur votre appareil.

À noter : comment activer la localisation ?

Sous Android, allez dans les paramètres de votre téléphone, rubrique « Sécurité » puis « Localiser mon appareil ».

À partir de là, vous allez pouvoir passer à l’action.

Pour les téléphones avec système Android :

Depuis un support numérique (ordinateur, tablette, téléphone secondaire…), rendez-vous à l’adresse suivante : google.com/android/find. Ensuite, entrez vos identifiants Google. Une fois connecté à votre compte, sélectionnez votre téléphone perdu ou volé dans le menu de gauche. Vous pourrez alors directement le localiser sur une carte. Selon sa position et les circonstances dans lesquelles vous l’avez perdu, vous avez le choix entre plusieurs options :

  • Faire sonner votre téléphone : il sonnera alors durant 5 minutes, même si vous l’aviez mis en mode silencieux ;

  • Sécuriser votre téléphone ; ici, deux possibilités :

    • le verrouiller et le déconnecter de votre compte Google ;

    • afficher une notification sur l’écran de verrouillage pour communiquer vos coordonnées ;

  • Effacer les données de votre téléphone : cela aura pour effet de protéger votre vie privée, mais vous ne pourrez ensuite plus localiser votre appareil (réfléchissez-y donc à deux fois).

Ces fonctionnalités, certes providentielles, ne vous dispensent pas de sécuriser l’accès à votre appareil. D’autant qu’outre le vol et la perte, votre téléphone peut être simplement victime d’une application malveillante. À tout instant, vous courez donc le risque de vous faire hacker.

Voici donc 3 bons conseils à suivre pour protéger les données personnelles et confidentielles stockées sur votre appareil.

Laisser son code PIN activé

Par peur de l’oublier ou pour gagner du temps, certains sont tentés de désactiver le code PIN de leur téléphone. Oui, c’est possible. Cela reste cependant une très mauvaise idée. Ce code constitue une première barrière de sécurité. Sans lui, allumer votre téléphone est un jeu d’enfant…

À noter : modifiez bien le code PIN par défaut

Vous savez, le fameux 0000 propre à tous les nouveaux téléphones ! C’est le premier code que taperont des personnes malintentionnées… Oubliez aussi les codes en lien avec votre date de naissance ou les suites de chiffres (ex. : 4567).

Activer un code de verrouillage

Le code de verrouillage vient renforcer la sécurité de votre téléphone : il vous est demandé après chaque mise en veille. À ce propos, pensez aussi à activer le verrouillage automatique, surtout si vous avez tendance à oublier de mettre votre appareil en veille. Si possible, choisissez un code de verrouillage long composé de chiffres et de lettres plutôt qu’un simple code à 4 chiffres.

Conserver le code IMEI de votre téléphone

Ce code, composé de 15 à 17 chiffres, n’est autre que le numéro de série de votre appareil. Il a dû vous être fourni en même temps que ce dernier. Grâce au code IMEI, vous avez la possibilité de bloquer votre téléphone perdu ou volé. Il deviendra ainsi inutilisable. Gardez-le donc en lieu sûr, au cas où !

À noter : l’astuce pour retrouver son code IMEI

Si vous l’avez égaré – et avant d’égarer votre téléphone lui-même, – il vous suffit de taper *#06# sur votre clavier téléphonique. Votre code IMEI s’affiche alors instantanément !

Vous voilà devenu un as de l’investigation et de la sécurisation ! À présent, plus de raison (ou presque) de vous inquiéter en cas de vol ou de perte de votre téléphone.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires