Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Campagne.

13 Avril 2017, 14:50pm

Publié par Bernardoc

Je suis cette campagne d'assez loin : pas de collage, des tractages uniquement associatifs, pas de grande manif à Paris ou ailleurs ; le seul métingue auquel nous avons tenté de participer, comme nous avions décliné l'invitation d'être assis sur la scène, se transforma en repas au restaurant, faute d'avoir pu entrer dans la place. Ma contribution à la campagne se traduit simplement par des expressions sur les réseaux sociaux. Mais quand même, je me sens de plus en plus motivé par rapport au déchaînement des médias contre le candidat porteur des valeurs de gauche et l'espoir qu'il suscite, sensible à la taille des rassemblements qu'il organise. Ses passages sur les médias sont source d'un enthousiasme qui va croissant, même si je ne piste pas chaque émission et que la nuit, moi je suis couché. Et même si les invités déversent leur fiel contre le candidat de gauche, les auditeurs réagissent tellement que même les journalistes sont contraints de faire état des protestations qu'ils reçoivent contre ce parti-pris évident. Et ce matin, le Berger de la Cfdt a quand même été contré par un de ses adhérents, Délégué du Personnel me semble-t-il, qui affirmait sa volonté de voter à gauche.

D'ailleurs la presse bien pensante ne s'y trompe pas, pas plus que le Président sortant, soucieux de confirmer l'homme de droite qu'il a porté sur les fonds baptismaux, qui depuis a appris à donner l'illusion du mouvement en marchant sur place, voire « moonwalkant » en marche arrière. L'attaque du Figaro et de certains hebdomadaires a retrouvé les accents pompidoliens de la fin des années '60 où le premier ministre de l'époque nous prédisait l'arrivée des chars soviétiques à la Concorde et le drapeau rouge sur toutes les mairies. Il est donc permis de se demander qui est cantonné dans des visions passéistes.

En attendant, à notre modeste niveau, nous tentons de susciter l'unité pour les législatives, comme elle l'a été pour la présidentielle. C'est pas gagné, mais on n'a pas encore perdu l'espoir ;

Et ce n'est pas fini...

 

Commenter cet article