Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Au travail !

13 Octobre 2017, 01:09am

Publié par Bernardoc

Les travailleurs heureux sont moins bien payés en moyenne (1 753 € mensuels nets contre 1 877 € dans la population totale) mais sont les plus nombreux à se sentir bien ou très bien payés.

C’est au sein des actifs issus de l’immigration, des ouvriers ou encore des actifs des services peu qualifiés qu’on observe les plus fortes proportions de gens « heureux au travail ». D’ailleurs ce sont ces trois populations qui sont les plus fières du travail qu’ils réalisent.

Les travailleurs heureux ont également le meilleur niveau de qualité de vie au travail. Leurs liens avec l’entreprise sont positifs : ils sont fiers de travailler dans leur entreprise (72 %), ne vivent jamais de changement imprévisible ou mal préparé (68 %), et sont soutenus par leur hiérarchie : 62 % ne sont jamais en désaccord avec leur hiérarchie et 83 % n’ont jamais le sentiment d’être exploités.

Enfin, si l’on considère les actifs occupés selon leur catégorie socio-économique, ce sont les membres du clergé qui sont les plus « heureux » au travail (44 %) !!! Ahahah !…tandis que les malheureux ont sans surprise la plus mauvaise qualité de vie au travail.

On constate que les tensions avec la hiérarchie dégradent fortement la QVT. Les travailleurs appartenant à ce groupe se sentent ignorés (64 %), critiqués injustement (69 %) ou empêchés de s’exprimer (52 %). Ils sont 74 % à recevoir des ordres contradictoires, 37 % à travailler toujours sous pression et 31 % à ne pouvoir discuter de leur désaccord avec leur chef. 49 % d’entre eux ont par ailleurs connu un changement de l’organisation de travail au sein de leur établissement.

Deux profils construits sur la base de leurs conditions objectives de travail ont des conditions de travail difficiles et un niveau de QVT préoccupant. Le premier correspond aux salariés « accidentés », c’est-à-dire ayant été victime d’au moins un accident du travail durant l’année précédant l’enquête. Le deuxième renvoie aux salariés du domaine de la santé. Ces deux groupes représentent un travailleur sur cinq en France. Ils partagent plusieurs traits communs : leur activité est marquée par de très fortes contraintes physiques, une forte intensité de travail, ils peuvent subir des critiques et dispose d’une faible autonomie. Seulement 10 % d’entre eux sont heureux au travail, contre 16 % de la population totale.

C'est une enquête de la DARES (Direction de l'Animation de la Recherche, des Études et des Statistiques) qui date un peu (2013). Mais je doute qu'il y ait eu une amélioration, et ce n'est sûrement pas sous Macron que davantage de travailleurs seront heureux au travail !

Et ce n'est pas fini...

Commenter cet article