Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Sur les pas de Georges BRASSENS.

30 Octobre 2018, 11:15am

Publié par Bernardoc

Le titre était un peu trompeur, mais c'est grâce à ce titre que nous avons participé à une visite conférence dans un quartier de paris que nous ne connaissions pas. Ces visites sont en général très intéressantes et permettent de découvrir, grâce aux guides qui connaissent parfaitement leur histoire des endroits auprès desquels nous serions passés sans les remarquer. De plus, la plupart du temps, nous sommes entre 6 et 12 visiteurs, ce qui crée une certaine intimité.

Rendez-vous donc à 14h15 au métro Convention, en plein milieu d'un immense vide-grenier pour commencer notre parcours dans Vaugirard, l'ancien val de Gérard, du temps où ce quartier était hors les murs de Paris.

En remontant un peu quelques rues, nous tombons, passage de Dantzig, sur La Ruche, cité d'artistes établie dans l'ancien pavillon des vins de Bordeaux de l'exposition universelle de 1900. Nous profitons de l'entrée d'un artiste pour nous faufiler dans le parc avant que la porte ne se referme. Et c'est assis dans le salon de jardin que nous écoutons l'histoire de ce lieu et des nombreuses célébrités qui l'ont fréquenté.

Nous repartons jusqu'au lieu des anciens abattoirs de Vaugirard, devenu maintenant le parc Georges BRASSENS (ça y est, le râleur de notre groupe est content), le dernier parc créé dans la capitale, en 1984. Première chanson que nous fredonnerons en choeur.

Nous allons un peu plus loin jusqu'à la villa Santos Dumont, où Brassens a vécu, mais où aucune plaque ne le signale.

Enfin, nous terminons par l'impasse Florimont, où il vécut plusieurs décennies. J'avais déjà pris des photos de l'entrée de cette impasse, où une plaque le est scellée sur le mur d'une maison, mais en fait, il faut aller jusqu'au bout pour voir son ancien lieu d'habitation, surveillé par deux chats.

Et ce n'est pas fini...

Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Sur les pas de Georges BRASSENS.
Commenter cet article