Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Pourquoi pas vous ?

6 Novembre 2020, 13:13pm

Publié par Bernardoc

à

M. Jean-Luc Gleyze
Président du Conseil Départemental de la Gironde

 

Objet : Situation du Kabako, squat des Mineurs Non Accompagnés, situé 63 rue Camille-Godard, Bordeaux.

Monsieur le Président,

J’ai appris que ce jeudi 5 novembre, des personnes s’étaient présentées à la porte du Kabako, squat hébergeant des Mineurs Non Accompagnés en recours au 63 rue Camille Godard, indiquant aux adolescents présents à ce moment là que le lieu serait bientôt expulsé « pour faire place à une association ». Tout porte donc à croire que des huissiers de justice ont été mandatés par vos services et qu’une procédure d’expulsion de ce bâtiment appartenant au Département de la Gironde est lancée.

Vous n’êtes pas sans savoir que les jeunes hébergés au Kabako sont tous engagés dans une procédure de recours auprès du juge des enfants afin de faire reconnaître leur minorité. Ils sont aujourd’hui présumés mineurs et il appartient au Département de la Gironde d’assurer leur protection, comme ils en ont le droit, comme tout mineur présent sur le territoire, qu’il soit français ou étranger.

Que le Département de la Gironde complique à outrance les procédures des ces jeunes afin de retarder toujours plus leur prise en charge semble déjà inhumain. Mais que ce même Département cherche à expulser des adolescents d’un lieu dans lequel ils ont pu trouver, malgré tout, un peu de repos, de réconfort et de sécurité semble inimaginable.

En tant que Président du Conseil Départemental de la Gironde, il est de votre responsabilité d’interrompre dès aujourd’hui toute procédure d’expulsion visant ce lieu situé au 63 rue Camille-Godard à Bordeaux. Assurer la protection et la sécurité de ces jeunes et leur permettre d’avoir un avenir ici est la seule position humainement acceptable.

En tant qu’habitant de la Gironde je vous demande d’agir immédiatement en ce sens.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes salutations laïques et républicaines.

Et ce n'est pas fini...

 

 

Commenter cet article