Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Ou la connerie ne va-t-elle pas se nicher ?

20 Décembre 2011, 15:38pm

Publié par Bernardoc

         Deux infos de Marianne qui montrent qu’on marche vraiment sur la tête.

         Une compagnie aérienne cubaine veut réserver des chambres au Hilton d’Orly. Refus de la direction : cause : BLOCUS américain ! Quand je pense qu’il y en a certains qui clament que c’est à cause des Castro que tout va mal à Cuba…Savent-ils que dans notre république sarkozyenne certains petits chefs qui aspirent à l’oligarchie inventent leur propre loi en contradiction totale avec nos lois ? J’espère que la compagnie trouvera des avocats qui arriveront à faire condamner le plus lourdement possible celui qui propage et applique le plus abject des chantages qu’OBAMA s’est bien gardé de remettre en cause, ce qui ne l’empêchera pas, comme Sarkozy d’être battu l’an prochain.

         Deuxième connerie, en Italie cette fois. Une gamine de 16 ans qui venait d’être dépucelée, a accusé des Roms de l’avoir violée, déclenchant une opération punitive aux relents de fascisme. « Arrêtez-vous, ma sœur a menti » s’est exclamé son frère. Trop tard, le camp rom avait disparu sous les flammes. Mais pourquoi ce mensonge ? Eh bien pour trouver une excuse à la perte de sa virginité, régulièrement contrôlée par sa famille.  Voilà, ce n’était pas la charia qui avait guidé cette famille, juste la connerie basse et crasse de gens sous influence. On parie qu’ils votaient BERLUSCONI ou Ligue du Nord ?

         Pas envie d’en dire plus, sinon, « Vite, la révolution citoyenne ! » et une grande entreprise d’éducation populaire afin de construire un monde qui nous éloignera de ces absurdités criminelles.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Citoyenneté européenne.

19 Décembre 2011, 07:46am

Publié par Bernardoc

         Je viens de participer à Bordeaux à deux demi-journées organisées par l’A.F.C.C.R.E. sur le thème : Placer les jeunes au cœur des initiatives locales. Nous étions plus d’une quarantaine de participants venus de toutes les régions de France, élus ou responsables de services municipaux.

         La première demi-journée, jeudi après-midi, nous a apporté beaucoup de connaissances techniques par des « pros » des outils institutionnels : Catherine DE NADAI pour le Programme Européen Jeunesse en Actions (PEJA), Valérie LOIRAT pour l’OFAJ (Office Franco-Allemand pour la Jeunesse) et Didier FERRASSE pour les programmes d’éducation et de formation tout au long de la vie accessibles aux collectivités territoriales (à travers l’agence 2e2f, sise à Bordeaux).

         Le soir le pub St Aubin, place de la Victoire, nous accueillait pour une « Happy Hour », c’est-à-dire un apéro-tapas animé par de jeunes européens (français !) qui nous avaient préparé un quiz sur l’Europe. Malheureusement avec notre équipe « L’arc atlantique », nous ne finîmes que 3ème.

         Le lendemain matin, c’est l’Athénée qui nous accueillait pour deux tables rondes, en fait assez peu interactives, chaque participant ayant à cœur de nous faire partager ses réussites, facilitées par les fonds européens. Et les salons de la mairie de Bordeaux nous accueillaient à nouveau comme la veille, mais pour un cocktail cette fois.

         Vais-je arriver à faire démarrer quelque chose au Haillan dans les deux ans qui viennent ? Ca serait bien.

         Comme d’habitude, quelques photos en suivant le lien ci-dessous.

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/Europe?authuser=0&authkey=Gv1sRgCKDzhKC5iff4oAE&feat=directlink

 

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Hommage à Zamenhof.

18 Décembre 2011, 17:00pm

Publié par Bernardoc

         Les espérantistes girondins n’ont pas dérogé à la tradition. Comme chaque année, lors du week-end le plus proche de la mi-décembre, ils se sont réunis pour fêter la naissance de l’initiateur de l’Esperanto, le docteur Louis Lazare ZAMENHOF. Partout dans le monde, cette célébration est nommée : la Zamenhof tago.

         Cette année nous nous sommes réunis à Margueron pour fêter les 80 ans de Sabine, une militante de longue date. Mais l’esperanto n’était pas son unique engagement : étaient venus se joindre à nous le maire de la commune, qu’elle avait accompagné pendant deux mandats ainsi que des représentants du groupe de Ste Foy d’Amnesty international. En effet, il n’était pas une rencontre girondine sans que Sabine arrive pour nous inviter à signer une pétition pour la libération de tel ou telle emprisonné(e) dans le monde, à l’extérieur de la France.

         Nous avons profité de cette réunion pour affiner notre préparation pour le congrès international des cheminots et le congrès d’Esperanto-France en mai 2013 à Artigues-près-Bordeaux, pour lesquels nous avons sollicité la présence de la sénatrice-maire lors de la séance d’ouverture, sans réponse à ce jour. Mais peut-être à cette époque-là, il y aura une ministre venue d’Artigues au gouvernement !

         Et après le repas pris en commun la journée s’est poursuivie par des chants, des lectures, une conférence,…le tout dans la langue a-nationale bien sûr.

         Ce Zamenhof tago est l’occasion de rappeler l’existence de la pétition pour l’esperanto à l’école, signable en ligne sur :

www.esperanto-au-bac.fr

         Quant au lien ci-dessous, il vous conduira vers quelques photos de cette journée.

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/SabineTago?authuser=0&authkey=Gv1sRgCPzM9azMkryNEw&feat=directlink

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

3%

17 Décembre 2011, 21:27pm

Publié par Bernardoc

         Bizarre comme titre, non ? En fait c’est la part du budget consacré à la culture dans notre petite ville du Haillan. Quand on pense aux décennies pendant lesquelles nous nous sommes battus pour réclamer 1% à la culture au niveau national, on ne peut qu’être fiers de ce que nous, ici, nous proposons à notre niveau. Et c’est sur cette constatation que j’ai terminé mon intervention hier soir lors du conseil municipal au cours duquel a été voté le budget 2012, non pas à l’unanimité mais à une très large majorité, ce qui le rend incontestable. Il est désormais patent que c’est mentir que de propager l’idée que Le Haillan serait une ville dortoir. Seulement, il est très rare de voir la droite se déplacer aux nombreuses manifestations culturelles qui sont proposées aux Haillanais.

         Si vous avez lu mon billet d’hier, il était consacré à l’intervention de la patronne du Medef, le matin à la radio. Eh bien, curieusement, même si cela ne nous étonnera pas, la droite a posé oralement une question se rapportant au même thème : la taxe sur les enseignes. J’ai fait allusion à cette conjonction, que je veux croire fortuite, au début de mon intervention qui ensuite a été une défense du budget présenté par la majorité municipale.  Les chiffres parlaient d’eux-mêmes. Alors que l’inflation sera au minimum de 2%, la dotation globale de fonctionnement (c’est-à-dire la somme d’argent qui est reversée par l’Etat aux communes) est en baisse, comme un certain nombre d’autres subventions, quand elles ne disparaissent pas complètement. Et malgré cela, malgré les nouvelles embauches qui permettront de faire vivre les structures que nous avons construites ou rénovées, de façon à offrir à la population les services qu’elle est en droit d’exiger d’une municipalité, eh bien, nous arrivons à nous désendetter NOUS, preuve que ce n’est pas en proposant un budget d’austérité que le sort des populations s’améliorera, bien au contraire.

         Nous sommes donc fiers de mener une politique à l’opposé de celle qui est menée au niveau national : « Nous on peut ! »

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Pour ceux qui auraient encore des doutes...

16 Décembre 2011, 16:53pm

Publié par Bernardoc

         Ce matin, sur une radio nationale, Madame PARISOT, présidente du Medef, était interrogée. Pour elle, c’était clair : la crise de l’emploi et des entreprises ne provient pas de la désastreuse politique du gouvernement (puisqu’il ne fait qu’obéir aux ordres du Medef), mais bien de ces vilaines collectivités territoriales qui n’arrêtent pas de mettre des bâtons dans les roues des gentils entrepreneurs.

         Ainsi s’en est-elle prise, entre autres, aux taxes, établies d’ailleurs d’après une loi votée au parlement par une certaine majorité, sur les annonces publicitaires des commerçants. Si le commerce marche si mal, c’est la faute à ces mairies qui vont pressurer les PME et les TPE, les empêchant d’investir et de se développer.

         Mais de qui se moque-t-elle ?

A-t-elle évoqué la suppression de la taxe professionnelle et le manque à gagner qui va s’ensuivre pour les communes ? Que nenni !

A-t-elle évoqué le maintien, voire la diminution de la dotation générale de fonctionnement reversée par l’Etat ? Que nenni !

A-t-elle évoqué l’augmentation future du gaz qui va grever le budget des communes pour le chauffage des locaux ? Que nenni !

A-t-elle évoqué le retrait de l’Etat dans de nombreux domaines, que les collectivités territoriales sont bien obligées de suppléer pour le bien-être de leurs administrés ? Que nenni !

Non, pour Madame PARISOT, il faudrait sans doute augmenter la taxe d’habitation, afin de pénaliser davantage les familles les plus modestes ; il faudrait sans doute poursuivre encore la casse des services publics vendus, ou plutôt bradés, pour le plus grand malheur des usagers et le plus grand bonheur des actionnaires.

Comme disait Denis KESSLER, ancien militant de la Gauche Prolétarienne (maoïste) devenu un temps n° 2 du Medef : la guerre de classe existe toujours, et nous la gagnerons, puisque « Nous sommes le peuple, nous sommes le nombre, nous sommes l’intelligence ».

Et ce n’est pas fini…  

Voir les commentaires

Concurrence libre et non faussée.

15 Décembre 2011, 09:31am

Publié par Bernardoc

         Au premier janvier le gaz augmente de 4,4%. On nous raconte que l’Etat n’y peut rien, alors qu’il avait prétendu vouloir en bloquer  le prix. C’est vraiment nous prendre pour des imbéciles (remarquez le vocabulaire châtié) !

         Première chose à rappeler : la privatisation de GDF. En vendant l’entreprise publique, dont personne ne se plaignait, au groupe Suez, l’Etat était bien conscient qu’il n’aurait plus la maîtrise de la distribution : contrairement à l’Etat qui doit un service aux usagers, une boîte privée pressure les clients pour augmenter les profits des actionnaires.

         Deuxième chose : les règles européennes imposent à chaque pays membre de l’union la concurrence libre et non faussée. Avec la fin du monopole, plusieurs autres distributeurs sont venus sur le marché afin de profiter gratuitement des infrastructures mises en place depuis des dizaines d’années par le service public.

         Ce sont donc ces compagnies « financières » et non professionnelles qui ont attaqué la décision de blocage, et elles étaient obligées de gagner, donc les atermoiements du gouvernement sont nuls et non avenus.

         Il en est de même pour l’électricité, et les deux compagnies privatisées se lancent dans de la publicité agressive avec l’argument d’une seule facture pour essayer de débaucher les anciens usagers du service public.

         Quand le candidat du Front de Gauche indique que, lorsqu’il sera Président de la République, la France refusera d’appliquer les directives européennes qui accroissent le mal-être des Français, on ne peut que l’approuver. Il est temps que l’on sorte des contraintes qui aggravent les difficultés chez toute une frange de la population à qui l’on fait payer les effets d’une crise qui leur est tout à fait étrangère.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Injustes, dangereux, inefficaces.

14 Décembre 2011, 00:06am

Publié par Bernardoc

         Ainsi sont qualifiés les plans d’austérité successivement mis en place par ce gouvernement finissant, et il faut bien le dire, avec les résultats et le succès que l’on connaît, c’est-à-dire un accroissement de la pauvreté des plus pauvres tandis que continuent de s’engraisser les oligarques qui se sont accaparés sans vergogne la richesse de notre pays.

         Dans l’unité, quatre syndicats, Cfdt, Cgt, Fsu et Unsa avaient interpelé le gouvernement pour d’autres mesures afin de lutter contre la spéculation ; relancer la croissance, soutenir l’emploi et assurer des services publics de qualité.

         Pour cela, et en toute responsabilité, ils proposaient :

-      Mettre fin à la défiscalisation des heures supplémentaires ;

-      Faire contribuer les hauts revenus (création d’une tranche supplémentaire d’impôt sur le revenu, suppression des niches fiscales) ;

-      Conditionner les aides aux entreprises à leur politique sociale ;

-      Renoncer au doublement de la taxe sur les mutuelles ;

-      Abandonner les jours de carences supplémentaires.

Nous étions donc plusieurs centaines à nous être rassemblés devant la préfecture ce matin, avant de nous mettre en route vers la mairie de Bordeaux, d’où bien entendu le ministre des affaires étrangères était absent.

Un rassemblement conséquent malgré tout, surtout sans appel à la grève, d’où un nombre important de retraités qui n’abandonnent pas le combat pour une retraite digne.

Quelques photos en suivant le lien ci-dessous.

 

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/20111213Manif131211?authuser=0&authkey=Gv1sRgCOKclefG0vnV9gE&feat=directlink

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Une belle leçon de pédagogie.

13 Décembre 2011, 15:42pm

Publié par Bernardoc

         C’est celle donnée ce matin sur France inter par Bernard THIBAULT, secrétaire général de la CGT. Invité à l’occasion de la journée de mobilisation contre le dernier plan d’austérité déclenché contre les pauvres par le président des riches, il fut bien entendu interrogé sur les dernières « affaires » soulevées concernant les Comités d’Entreprises, et bien sûr ceux gérés par des camarades de la CGT. Il a rappelé que ces travailleurs n’étaient pas arrivés là par hasard et que c’est grâce à la confiance de leurs camarades qu’ils avaient été élus, et c’est à eux qu’ils rendaient compte de leur mandat.

         Il en a profité pour réclamer la publication d’un rapport parlementaire passé aux oubliettes et qui étudiait les modes de financement des organisations ouvrières et patronales. Curieusement, n’est ressorti de ce rapport « secret » que ce qui concernait les organisations ouvrières. Bernard THIBAULT a donc demandé solennellement et en direct au président de l’assemblée nationale de rendre la totalité de ce rapport public. On ne sait jamais, mais peut-être recèle-t-il des révélations sur les 600 millions (estimés) de la caisse noire de l’UIMM/Medef ? Car toutes les cotisations sociales que certains patrons refusent de payer vont bien quelque part sans doute.

         La démonstration du secrétaire général s’est poursuivie par une leçon de droit, et en particulier de droit du travail et des conquêtes de 1968 qui avaient permis de faire entrer officiellement ces interlocuteurs indispensables que sont les organisations syndicales au sein même des entreprises. Il fut bien utile de rappeler que les heures syndicales sont considérées comme des heures de travail et que les conseils et les aides fournies aux travailleurs par les syndicats ne sont pas des heures pendant lesquelles certains tireraient au flanc.

         C’était un beau moment de radio qui nous a bien mis en confiance pour la manifestation qui a suivi. Des images demain.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

A marée basse.

12 Décembre 2011, 00:04am

Publié par Bernardoc

         Un polar entre La Rochelle et Arcachon, par Sophie BOIZARD, Pleine page éditeur, 2008, 11,50 €. Acheté l’été dernier à Euronat et lu dans le train vendredi dernier en rentrant de Courcelle sur Yvette.

         Curieux roman où se mêlent plusieurs histoires, où l’énigme se dessine peu à peu et où à la fin de la première partie nous restons sur notre faim.

         Coup de théâtre avec la deuxième partie, où l’on change de narrateur, et c’est ce dernier qui dénouera peu à peu les fils au travers desquels nous nous étions laissés prendre, car ce court livre (94 pages) est bien écrit. Je ne vous en dirai pas plus car je ne fais pas partie de ceux qui vont révéler la fin du film ou l’auteur du crime.

         Pour être honnête et sans utiliser de langue de bois, disons que ce n’est pas un roman qui marquera la littérature, policière ou non. Mais c’est une lecture agréable qui aide bien à passer un bon moment de détente. Ce n’est donc pas un hasard si ce volume était en affichage chez le marchand de journaux du centre de vacances, et en cette période électorale, cela change aussi des innombrables programmes, qu’il faut pourtant lire (au moins L’Humain d’abord, Librio 2 €) ou des livres politiques.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Ce n'est pas dans Sud-Ouest.

11 Décembre 2011, 18:17pm

Publié par Bernardoc

         Effectivement, rendre compte d’une manifestation en faveur de la laïcité aurait pu risquer de choquer les lecteurs de St Eloi. Pourtant c’est bien ce gouvernement qui a décidé d’un jour de la laïcité, nommément le 9 décembre, jour anniversaire de la loi de séparation des églises et de l’état. Mais, mis à part le choix de cette date, nos gouvernants n’ont rien entamé d’officiel pour permettre aux citoyens de réfléchir sur cette grande loi qui a permis le vivre-ensemble depuis plus d’un siècle.

         A Bordeaux, un rassemblement avait lieu devant l’hôtel de ville à l’appel de plus de deux douzaines d’associations, dont l’ensemble des organisations maçonniques et La Ligue de l’enseignement, dont il faut se souvenir que c’est elle la première qui avait accolé un qualificatif – ouverte – au beau mot de laïcité, comme si ce dernier ne se suffisait pas à lui-même. Il est à noter l’absence de représentations  de partis politiques ès qualité, même si de nombreux militants laïques sont également des militants partisans.

         Après la remise d’un arbre de la laïcité à la représentante du maire de Bordeaux (le ministre des affaires étrangères étant retenu par ailleurs), nous partîmes en cortège dernière la fière banderole Liberté Egalité Fraternité Laïcité jusqu’à l’Athénée municipal où l’amphithéâtre était déjà en partie occupé par des personnes qui étaient venues écouter le conférencier Jean-Michel QUILLARDET co-fondateur et président de l’Observatoire international de la laïcité.

         Autour de lui, à la tribune « modérée » par Michel CARDOZE qui nous a lu des extraits du discours d’Aristide BRIAND, siégeaient la LICRA, les libres penseurs, le GODF, SOS-Racisme, la LDH, l’Ufal et la Ligue de l’enseignement. Chacun prit la parole à tour de rôle pour présenter son organisation et son engagement laïque, puis, brillamment, devant un amphithéâtre bien rempli, l’orateur nous brossa un tableau actuel de la laïcité. Il fut longuement applaudi et c’est à ce moment-là que des impératifs horaires nous firent quitter, à regret, la salle.

         Quelques illustrations de cette manifestation via le lien ci-dessous.

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/Laicite101211?authuser=0&authkey=Gv1sRgCPDQ1Y3eq6WWeg&feat=directlink

 

Et ce n’est pas fini…  

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>