Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

"Le principal, il nous aime pas".

10 Décembre 2011, 08:02am

Publié par Bernardoc

...Ou L’École à l'épreuve de la mixité sociale. Livre de Régis FELIX, co-édité par les éditions Quart Monde et Chronique sociale, mars 2011, 14,5 €.

   Je viens de terminer ce livre, que j'avais déjà conseillé : un vrai bonheur. Le Principal, Victor MESNIL, y décrit au jour le jour sa dernière année d'activité, qui est aussi sa septième année à la tête du collège Wresinski, du nom du curé fondateur du mouvement ATD-Quart Monde.

   Pas de langue de bois, pas de faux-semblant, mais une chronique au cours de laquelle il nous fait partager ses enthousiasmes, mais aussi ses moments de doute, jamais bien longs, car sinon ce ne serait pas la peine d'avoir choisi ce métier. On le voit travailler avec les personnels non-enseignants, surtout l'assistante sociale, même si on voit de temps à autre l'ouvrier professionnel et à la fin seulement l'apparition de l'infirmière. On assiste également aux encouragements qu'il prodigue aux jeunes enseignantes « qui en veulent » parce qu'elles n'ont pas encore été broyées par le « mammouth », et dont l'indispensable travail hors la classe est superbement ignoré par les inspecteurs pédagogiques (et oui, il en reste encore des comme ça, quoique de moins en moins me semble-t-il). On râle avec lui quand il assiste, témoin impuissant aux délires de certains profs qui croient bien faire mais qui ne se sont jamais remis en question. Nous compatissons avec Victor lors de l'incendie de la demi-pension du collège et l'assourdissant silence de la hiérarchie.

   Je me suis revu quelques années en arrière lorsqu'on m'avait imposé l'inscription d'un élève, inscription vouée à l'échec vu les circonstances et qui a abouti, comme pour Raphaël, à une exclusion définitive après un conseil de discipline.

   Si Victor avait fait partie de ma Zone d'Animation Pédagogique, je pense que nous aurions pu avoir de fructueuses relations de travail. J'ai essayé, en tant que chef, de m'inspirer des idées d' Education & Devenir, et je reconnais une grande similitude de méthodes entre celles que j'ai essayé de mettre en pratique et les siennes, (trop?) souvent malgré, voire contre, une partie des enseignants.

   Un livre dont je conseille la lecture aux pédagogues et à ceux qui voudraient connaître le fonctionnement d'un collège de l'intérieur. A déconseiller cependant à ceux qui n'ont pas évolué depuis leur réussite au CAPES ou à l'agreg il y a trente ans : ceux-là risqueraient de se reconnaître et de le prendre mal.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Qui est responsable et pourquoi est-il mort ?

9 Décembre 2011, 23:18pm

Publié par Bernardoc

    Ça se bouscule au portillon cette dernière quinzaine : une personne en détresse, mais qui avait encore un logement était contrainte par l'EdF de M. PROGLIO de s'éclairer à la bougie : elle en est morte suite à un incendie. De même qu'il est interdit d'expulser pendant la période hivernale, ne pourrait_il pas être interdit de couper l'électricité au moment où nous en avons le plus besoin ? Ou bien cela ferait-il perdre trop d'argent à ce qui fut un des fleurons de nos services publics ?

   Un couple de retraités de plus de 80 ans qui ne s'en sortait pas décide de reprendre son ancien boulot de boulanger. Ça a duré quinze jours puis le magasin a fermé pour cause de maladie. Croyez-vous, Monsieur le président, que c'est une vie que de se remettre au boulot par nécessité de survie à plus de 80 balais ? Où est la solidarité nationale ? Et pendant ce temps-là le chômage se rapproche allègrement des cinq millions...

   Autre ignominie : la justice demande aux malades de l'amiante de rembourser une bonne partie des indemnités qui leur avaient été attribuées, et ce plusieurs années après. Or cette somme avait été investie, la plupart du temps dans des travaux immobiliers. En effet, condamnés à plus ou moins brève échéance, ces malades avaient pensé à leur famille et souhaitaient leur laisser une maison confortable à leur mort. « La force injuste de la loi », comme disait le Président MITTERRAND, va-t-elle les jeter à la rue pour récupérer l'argent versé ? Ce serait une honte et vivement qu'en France ce soit L'Humain d'abord qui prime.

   En attendant, et selon mon agence personnelle de notation, le président sortant a bien mérité son ZZZ.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Sur la rive droite de l'estuaire.

6 Décembre 2011, 07:51am

Publié par Bernardoc

         Pendant que nous étions à Aubeterre, nous sommes partis une journée jusqu’à Royan, avec escale à Talmont, un autre des plus beaux villages de France, village que nous avions découvert à la lecture du livre Avis de tempête sur Cordouan (voir plus haut).

         Village à peu près désert à cette époque de l’année, mais néanmoins réservé aux piétons. Avantage : le parking était gratuit ! A travers les petites ruelles nous arrivâmes jusqu’au cimetière qui entoure l’église Ste Radegonde au sein de laquelle nous remarquâmes la fameuse frégate, ex-voto qui avait été dérobé dans le roman. Site surprenant : on aurait imaginé un château fort  plutôt qu’une église à cet endroit.

         Après nous être un peu promenés le long du chemin côtier et restaurés dans La Brise, une crêperie, nous décidons de pousser jusqu’à Royan. La ville, et notamment le front de mer, que nous n’avons parcouru qu’en voiture, nous a paru, et c’est un euphémisme, « manquer de style ». C’était la deuxième fois que nous y venions, mais la première fois c’était pour rendre visite à Jeanne, et c’était tout à fait différent. Nous avons fait quand même une halte et sommes entrés dans la cathédrale en béton, consacrée en 1958 en présence du Président de la République d’alors, René COTY : encore une entorse à la laïcité ? Je n’ai rien contre ces bâtiments, reflets d’une époque révolue, mais nous avons constaté que vingt ans plus tard la maîtrise de la matière n’était guère différente que dans les années ’30 et la cathédrale se délitait un peu comme la Bourse du Travail de Bordeaux. Même si c’est un édifice religieux, on peut quand même déplorer cet état de fait.

         Le lien suivant vous fera partager un peu de nos visites.

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/TalmontRoyan?authuser=0&authkey=Gv1sRgCJWWu8Cii43QywE&feat=directlink

 

Et ce n’est pas fini… 

Voir les commentaires

Hivernage du mobile-home.

5 Décembre 2011, 00:11am

Publié par Bernardoc

         Nous sommes allés vider les tuyaux et couper l’électricité vendredi dernier. Mais ce ne fut pas le fait majeur du jour. En arrivant nous découvrîmes abondance de champignons, des amanites tue-mouches, mais aussi des lactaires délicieux (catalans ou safranés selon les régions) dans un rayon d’une dizaine de mètres autour du mobile-home. Habituellement, au début de l’automne, je vais les chercher en tenue d’Euronat, mais là il manquait quand même un peu de chaleur. Nous fîmes donc une rapide collecte, puis, après avoir terminé ce que nous avions à faire, nous partîmes chercher les champignons…en voiture : c’est vous dire s’ils étaient nombreux !

         Nous arrivâmes quand même juste à temps pour déjeuner au restaurant Le marin à Montalivet, où nous avons beaucoup apprécié l’accueil et l’ambiance qui y régnait, sans parler du menu ! A coup sûr, une adresse à retenir et à fréquenter. Détails sur leur site : www.restaurantlemarin.fr

         Puis, de retour à la maison, Rose s’attaqua à la préparation au vinaigre des champignons ; c’est une recette peu connue dans la région mais qui est fort appréciée lorsque nous la faisons partager à nos amis.

         Vous pourrez voir les différentes phases de ce traitement en suivant le lien ci-dessous.

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/Champignons?authuser=0&authkey=Gv1sRgCOiR27L36_6TFg&feat=directlink

 

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Aubeterre sur Dronne.

4 Décembre 2011, 09:17am

Publié par Bernardoc

         La semaine dernière nous avons utilisé notre deuxième bon Daydreams. Après nous être fait rembarrés par un hôtel d’Ile de France puis avoir tenté de joindre un hôtel de Camargue qui n’existait plus, notre choix s’est porté sur l’Hostellerie du Périgord, située dans un des plus beaux villages de France, à la limite de la Charente et de la Dordogne.

         Quand nous arrivâmes, nous étions attendus et après avoir pris possession de notre chambre nous partîmes vite à la découverte du village, et notamment de son église troglodyte impressionnante. Puis après un petit tour au-dessus de la Dronne, limite de département, nous regagnâmes nos « pénates » avant de profiter de notre premier repas gastronomique.

         Le cadre était très chaleureux et pendant trois jours nous fûmes chouchoutés comme des coqs en pâte. Une cuisine d’une extrême finesse, des compositions variées chaque jour grâce à une riche carte et à l’ardoise quotidienne, la possibilité de boire le vin au verre, bref tout était mis en œuvre pour que nous appréciions notre séjour. Seul reproche : de tels repas de fête trois soirs de suite, ça fait beaucoup ! C’est ce que j’ai dit à Daydreams qui m’a appelé pour me proposer un autre coffret pour l’an prochain : trois fois deux nuits serait préférable à deux fois trois nuits.

         Mais si vous voulez célébrer un évènement et inviter parents ou amis, n’hésitez pas à faire quelques kilomètres, l’hostellerie du Périgord (dont vous trouverez le site bilingue sur internet) est l’endroit où aller.

         Le lien ci-dessous vous donnera un aperçu d’Aubeterre, du restaurant et de la cuisine à laquelle nous avons eu droit pendant trois jours.

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/AubeterreHP?authuser=0&authkey=Gv1sRgCJH-peWh5uGZLg&feat=directlink

 

Et ce n’est pas fini… 

Voir les commentaires

Vensac en hiver.

3 Décembre 2011, 08:02am

Publié par Bernardoc

 

         J’avais déjà consacré deux articles et un album aux mounaques de Vensac qui apparaissent sur la place de ce village du Médoc à la Pentecôte et sont un attrait touristique tout l’été. Mais j’ignorais que la commune avait aussi une exposition l’hiver.

         Hier, le 2 décembre, nous sommes allés mettre le mobile home en hivernage. Fort heureusement il n’avait pas encore gelé, car nous n’avions pas trouvé un moment pour le faire avant. Et donc, en arrivant au village, nous fûmes accueillis par une armée de Père-Noël dans toutes sortes de positions acrobatiques pour pénétrer dans les maisons afin de livrer les joujoux commandés.

         Et en arrivant sur la place, c’était un autre déploiement de saynètes dont le thème, bien entendu, était Noël.

         A noter, comme l’été, le panneau de petites annonces toujours pleines d’humour.

         Je vous laisse aller découvrir quelques photos que nous avons pu faire sous le magnifique soleil de décembre lors de notre courte halte.

         Une fois de plus : un grand BRAVO aux Vensacais !

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/VensacEnHiver?authuser=0&authkey=Gv1sRgCOvUx7XN9YHl0AE&feat=directlink

 

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Place au peuple !

2 Décembre 2011, 00:21am

Publié par Bernardoc

Talence, la Médoquine hier soir. Des gens arrivent de tous côtés, des jeunes, des moins jeunes, des vieux, des blancs, des noirs, des métissés,…Le but : assister au meeting national du Front de Gauche avec la participation de Clémentine AUTAIN (FASE), Pierre LAURENT (PCF) et Jean-Luc MELENCHON (PG), candidat à la présidentielle.

Comme dans toutes les manifestations, il était possible de se restaurer sommairement avant le début. Il y avait un village militant à l’entrée où chaque composante du Front de Gauche tenait un stand, mais il y avait tant de monde (2 600 dedans, 600 dehors) qu’il était difficile de s’en approcher.

Quand enfin nous avons pu entrer dans la salle, c’était une forêt de drapeaux (PCF, PG, FdG) qui ondulait au-dessus des têtes. L’arrivée des intervenants et de leur suite se fit à travers la foule, sous les ovations. Brigitte LOPEZ, en maîtresse des cérémonies introduisit la réunion et annonça Clémentine AUTAIN qui fit un discours fort charpenté d’une quinzaine de minutes en se référant à l’exemple de ce qui s’était passé en mai 2005.

Après un intermède où cette fois-ci Brigitte nous parla du traité de Lisbonne, c’est Pierre LAURENT qui prit la parole, notamment pour fustiger l’appel du pied de HOLLANDE à BAYROU en faisant remarquer que si on supprimait du programme hollandais les quatre points de désaccord fondamentaux avec BAYROU, il ne resterait plus grand-chose du programme du PS. Il a aussi fait applaudir l’ensemble des candidats FdG aux législatives en Gironde.

Enfin, ce fut le tour de Jean-Luc MELENCHON qui commença par nous remercier de n’avoir pas scandé son nom, car il se veut le porteur d’un projet collectif et non candidat pour lui-même. Brocardant SARKOZY, qui devrait n’avoir qu’un seul discours : « Françaises, Français, je vous prie de m’excuser », il expliqua qu’en ce jour anniversaire du Traité de Lisbonne, le discours que le président sortant venait de faire à Toulon était une critique en bonne et due forme de ce que ce traité, copie conforme sarkozyenne du TCE que le peuple français avait rejeté en 2005,  avait instauré. A Toulon, SARKOZY venait donc de faire le bilan de son échec. Une deuxième partie de l’intervention de JLM fut consacrée à la Grèce, pays où les travailleurs ont la plus longue semaine de travail, et à la façon dont la finance internationale étrangle ce pays, qui malgré 8 plans d’austérité successifs continue d’être enfoncé par les banques et leurs taux usuriers. Enfin, la troisième partie de sa – brillante – démonstration fut consacrée à la planification écologique, seule voie pour empêcher le naufrage de notre pays.

Aucune attaque contre le PS, mais un appel aux socialistes fidèles aux valeurs de gauche et allergiques aux alliances au centre, avant d’arriver à la droite.

Comme tout bon meeting de gauche, c’est L’Internationale qui le clôtura, immédiatement suivie par La Marseillaise.

«  Nous sommes le peuple, nous sommes le nombre, nous sommes l’intelligence. »

Quelques mauvaises photos sous le lien, mais qui donnent une idée de la foule :

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/20111202MelucheTalence?authkey=Gv1sRgCMvc8rXA88bpDg&feat=email

 

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Le diable de la République.

1 Décembre 2011, 09:13am

Publié par Bernardoc

         L’Huma-Dimanche m’avait averti de la diffusion de ce reportage hier soir. Mais l’article introductif de Frédéric DURAND, se terminant par « …on aurait sans aucun doute pu vérifier  que, depuis sa naissance, le Front National est avant tout un parti de droite, avec des idées de droite », semblait indiquer que ceci n’allait pas ressortir du documentaire de Jean-Charles DENIAU.

         Et bien ce n’est pas mon avis : la genèse de ce parti issu du groupuscule fasciste Ordre nouveau, lui-même ayant remplacé Occident après la dissolution de ce dernier, montrait très clairement les origines de ce mouvement dans lequel l’actuel ministre de la défense, Gérard LONGUET avait fait ses premières armes en compagnie d’autres acolytes qui sont passés plus ou moins longuement au gouvernement.

         Après l’explication de la prise de pouvoir de Le Pen père, sont intervenus également d’anciens cadres du parti, exclus par la volonté du président de cette entreprise familialo-politique héréditaire, qui illustraient bien le mode de fonctionnement de l’organisation quadragénaire.

         S’ensuivait un débat au cours duquel on a pu remarquer l’absence d’un représentant du Front de Gauche, sans explication donnée à l’antenne pour cette absence. Mais tu parles d’un débat : tout le monde parlait en même temps et souvent il était impossible d’entendre et comprendre ce qui se disait sur le plateau. Il me semble que dans la plupart des classes il existe davantage de règles d’écoute et de prise de parole qui permettent aux intervenants de s’entendre. Depuis que j’ai animé des ateliers de pratique professionnelle, avec leur protocole rituel qui évite aux gens de se mettre en danger, mais aussi d’écouter et de s’impliquer, je ne supporte plus ce brouhaha qui n’est rien d’autre qu’un simple manque de courtoisie qui interdit le dialogue et l’intercompréhension.

         Pour résumer : un bon documentaire mais un mauvais débat.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

<< < 1 2 3