Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Résistants du Périgord.

17 Décembre 2014, 00:34am

Publié par Bernardoc

         Je vais rarement à Carrefour, sûrement pas pour acheter des livres, mais avant-hier je suis tombé sur le livre ci-dessus. Bien entendu, je l’ai feuilleté pour voir si notre nom y figurait. Bien sûr ! On ne pouvait ignorer Charles SARLANDIE parmi les 1 500 notices qui composent cette somme biographique.

         C’est Sud Ouest qui a édité ce livre en 2011 au prix de 29,50 €. C’est curieux que je n’en aie pas entendu parler plus tôt.

         Comme tous ces livres, il ne se lit pas de la page un à la page 636, mais il faut le picorer au hasard. Et comme sur internet où il y a des liens hypertextes, ici ce sont des renvois constants qui établissent les liens avec tous ces héros discrets, qui parfois finirent en martyrs sous les tortures gestapistes.

         Une somme rédigée par Jean-Jacques GILLOT et Michel MAUREAU, préfacée par Gérard FAYOLLE qui ne met pas en avant son étiquette politique, mais ses postes de Président de la Société historique et archéologique du Périgord ainsi que de l’Institut Eugène-Le-Roy.

         Cette chronique n’est bien entendu pas une critique du livre, mais une simple présentation. J’espère que je ne serai pas déçu au fil de mes découvertes.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Padoue.

16 Décembre 2014, 07:50am

Publié par Bernardoc

         La cité de St Antoine, saint portugais mais mort près de cette ville. Il est le patron des marins, des naufragés et des prisonniers ; il est aussi invoqué pour retrouver les objets perdus, puis pour recouvrer la santé et, enfin, pour exaucer un vœu. Donc, c’est quasiment un « saint » universel. Mais la ville, dans laquelle nous avons passé une après-midi semblait fort agréable. Elle compte plus de 200 000 habitants et est ceinturée de remparts qui remontent au XVI° siècle.

         Mais bien entendu la visite commença par la basilique, dans laquelle nous écoutions une guide nous réciter un catéchisme catholique qui faisait sourire un certain nombre de mécréants qui constituaient notre groupe. Il s’agit malgré tout d’une belle construction qui remonte au XIII° siècle, avec une inspiration byzantine certaine. Plusieurs cloîtres agréables agrémentent la façade sud du sanctuaire.

         Nous étions dimanche après-midi, et de nombreux touristes faisaient comme nous, mais dans la via Roma, l’équivalent de notre rue Ste Catherine, de nombreux Italiens venaient respirer l’air d’automne en famille. Cela m’a rappelé un peu Turin, sauf que pour cette dernière, c’était à Noël.

         Nous avons repris le car en fin de journée, à la nuit mais nous mîmes un moment à faire les 40 km car au moment du départ les embouteillages nous empêchaient d’avancer.

         Quelques photos sous le lien :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6093187749103604017?authkey=CLu77rSjhLzmWg

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Chioggia.

15 Décembre 2014, 15:22pm

Publié par Bernardoc

         Tout à fait au sud de la lagune, mais joignable en vaporetto malgré tout, en longeant l’île du Lido : il faut quand même compter pratiquement deux heures de trajet. Nous, nous l’avions fait de nuit, le brouillard l’ayant permis, et nous étions déjà à quai au moment du petit déjeuner.

         La première surprise en débarquant, est la redécouverte des voitures, dont on avait perdu l’habitude, puisqu’à Venise tout se fait à pied ou en bateau. Sur les précédentes chroniques vous avez pu voir les bateaux-taxis, transports frigorifiques, poubelles, livraisons en vrac,…

         Mais l’île, en ce dimanche matin était très calme : les femmes à la messe et les hommes sur le port ? Pourtant, nous avons visité nombre de lieux de prières, et les seules personnes que nous y avons trouvées étaient des touristes comme nous.

         Abritant de nombreux chalutiers, Chioggia est célèbre par son marché aux poissons, sur le Corso des Popolo (leurs Champs Elysées à eux), mais de nombreux étals étaient vides. Les autres étaient cependant très appétissants.

         Une courte visite, mais suffisante pour respirer l’atmosphère du lieu, avant de retourner pédibus au bateau pour le déjeuner. L’après-midi, seule, et dernière, excursion en car : direction Padoue.

         A suivre après avoir vu les photos sous le lien :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6093068037692685761?authkey=CL2ojranv7aNjQE

Et ce n’est pas fini…  

Voir les commentaires

Journée politico-amicale.

14 Décembre 2014, 07:57am

Publié par Bernardoc

         …ou si l’on préfère, amicalo-politique. Elle avait commencé à 15 heures devant la préfecture (voir mon billet d’hier).

Rentrant à la maison, je me trouve dans le tramway en face de Michel SAINTE –MARIE, que je salue, bien entendu ; nous entamons une conversation qui se poursuivra de l’hôtel de police jusqu’à ma descente (mais non, pas de police) aux lycées de Mérignac. Avec une grande élégance, comme j’étais debout, cet ancien élu s’est levé de son siège pour que nous soyons sur le même pied. Au cours de cette conversation non seulement amicale, mais chaleureuse, il m’a dit son regret de ne pouvoir assister à la réunion du soir à la mairie du Haillan.

En effet, vendredi soir était fêté en ce lieu l’honorariat de Bernard LABISTE, qui avait mis le pied à l’étrier politique d’un certain nombre d’entre nous. Ce fut l’occasion de réunir, autour des élus socialistes voisins, l’équipe actuelle ainsi que les rescapés des anciennes équipes qui avaient travaillé avec notre ancien maire. Après les discours convenus, Bernard nous a gratifiés de quelques « conseils » tels qu’il savait en distiller lors des cérémonies de vœux.

J’en ai profité, au cours du buffet, pour annoncer à Alain ANZIANI, le maire de Mérignac, la date de notre assemblée générale de l’AMOPA, et lui proposer de venir nous saluer.

Peu de photos, il y avait suffisamment de photographes, certaines sont déjà en ligne ; mais ne cherchez pas Ludovic FREYGEFOND, il n’était pas à la mairie :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6092278336321557809?authkey=CNDvzKu46tPZ_gE

Et ce n’est pas fini…   

Voir les commentaires

ADMD.

13 Décembre 2014, 08:50am

Publié par Bernardoc

Hier après-midi nous n’étions pas très nombreux devant la préfecture pour remettre une fois de plus au préfet nos souhaits de ne pas voir une loi Léonnetti « de gauche » continuer à prôner la mort de faim et de soif pour les personnes en fin de vie.

Nous ne faisions que soutenir le président de la République pour l’aider à tenir un de ses engagements de candidat. Mais comme pour l’extension du droit de vote, ce n’est pas gagné !

Depuis trente-quatre ans, l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité milite pour que chaque Française et chaque Français puisse choisir les conditions de sa propre fin de vie. Conformément à ses conceptions personnelles de dignité et de liberté.

Dans cette perspective, l’ADMD entend obtenir qu’une loi visant à légaliser l’euthanasie et le suicide assisté et à assurer un accès universel aux soins palliatifs soit votée par le Parlement, comme le réclament 96% des Français interrogés par l’institut de sondage Ifop en octobre 2014. Avec le vote de cette loi, les Français bénéficieraient de leur ultime liberté, comme les Néerlandais, les Belges, les Luxembourgeois et les Suisses en disposent dans leur propre pays. Cette loi, ce pourrait être celle que les adhérents ont plébiscitée en juin 2011.

Beaucoup de lien hypertexte dans le texte de l’ADMD ; n’hésitez pas à les consulter.

Quelques photos sous le lien :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6092223664399721457?authkey=CMKj56KVquCNhwE

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Soirée de gala.

12 Décembre 2014, 01:11am

Publié par Bernardoc

Comme à chaque croisière, même sur un bateau fluvial ou lagunaire, le personnel offre une soirée de fête aux passagers. En général, cela sent la fin du voyage, et effectivement c’était notre avant-dernière soirée. Donc, après un repas encore meilleur que d’habitude (et nous avons très bien mangé tout au long de ces vacances), le personnel a fait son show. Ils avaient vraiment l’air de s’amuser, utilisant toutes sortes de déguisements et n’hésitant pas à faire participer les passagers, qui s’y prêtaient de bonne grâce. Comme la majorité du personnel était féminin, bien entendu ce sont les hommes qui étaient sollicités.

         La différence avec un gros bateau était que nous pouvions connaître tout le monde, et que, malgré leur origine très cosmopolite, surtout d’Europe centrale, toutes ces jeunes femmes faisaient l’effort de se faire comprendre en français puisque c’était la langue de la   majorité des croisiéristes.

         Une soirée qui fut unanimement appréciée avant notre dernière navigation matinale (mais dans la nuit) vers Chioggia, une île qui borde la lagune au sud. Mais ce sera l’objet de la prochaine chronique.

         Quelques photos de la soirée :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6091242582757026449?authkey=CN7brcj75fzHmAE

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Venise attendra !

11 Décembre 2014, 08:40am

Publié par Bernardoc

         Il me reste deux ou trois chroniques sur notre escapade dans la cité des doges, mais j’ai envie de pousser un coup de gueule à l’écoute de la radio ce matin.

         D’abord une pub, entendue déjà depuis quelques semaines : l’invitation à souscrire à une « surcomplémentaire ». Mais où va-t-on ? Alors que nos parents ou grands-parents avaient mis en place un système de sécurité sociale destiné à nous permettre de vivre des « jours heureux », on voit que les coups de boutoirs assénés par la succession de gouvernements de droite comme de gauche n’ont fait qu’affaiblir le système, obligeant les mutuelles à prendre en charge de plus en plus de remboursements non assumés par la sécu. Mais il arrive un moment où les mutuelles disent STOP ! Et que voit-on apparaître ? Au lieu de luttes pour reconquérir la sécu, des mutuelles « surcomplémentaires » réservées aux riches, ce qui va contribuer à encore accroître le fossé dans la population et empêchera les plus faibles de se soigner.

         Ensuite, un chroniqueur économique vantait la volonté du ministre Macron de multiplier de façon inconsidérée le nombre d’autocars (diesel bien entendu) sur nos routes, dans une tentative avouée de concurrencer la SNCF. Outre l’attaque importante contre l’environnement et la sécurité qui se prépare, ne vaudrait-il pas mieux mettre les fonds nécessaires pour assurer un entretien correct du réseau ferré afin d’éviter de nouveaux accidents et de permettre aux trains d’arriver à l’heure ?

         Enfin, autre aberration, il paraîtrait que le gouvernement envisagerait de racheter les autoroutes. Non, mais de qui se moque-t-on ? On ne les a pas déjà suffisamment payées ? Non, ce qu’il faut, c’est une renationalisation sans indemnité ni rachat !

         Voilà, ça m’a fait du bien.

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Il n'y a pas que les gondoles ou les vaporetti !

10 Décembre 2014, 00:53am

Publié par Bernardoc

         On peut aussi se balader à pied dans Venise, mais il est vrai qu’on passe sur beaucoup de ponts et qu’on longe beaucoup de canaux. Quelques clichés le long du quai des sept martyrs et notamment le jardin public et ses statues. Mais il était occupé par une exposition architecturale, me semble-t-il, si bien que nous n’en avons vu qu’une partie.

         Quelques photos également autour de la piazza San Marco. Et on termine sur un des immenses paquebots qui remuent beaucoup la lagune plusieurs fois par jour.

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6090530472285116785?authkey=CJWD67mR7ITDKw

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

ESS en Gironde.

9 Décembre 2014, 08:44am

Publié par Bernardoc

         Pour ceux qui auraient lu trop vite, je ne vais pas vous parler d’ESSence, mais d’Economie Sociale et Solidaire. La rencontre d’hier, dans l’hémicycle du conseil général, clôturait le mois de conférences et débats sur ce thème. Les PEP33 y avaient participé également en invitant deux intervenants de haut niveau.

         Cette dernière rencontre autour de « Territoires, réseaux et coopération : une force pour l’ESS en Gironde » s’articulait autour de deux tables rondes : la première : « Encourager les coopérations : la force des réseaux pour se développer et animer le territoire », la suivante : « Les dynamiques territoriales de coopération : acteurs et outils / fédérer pour impulser une dynamique locale ».

         Beaucoup d’exemples dans chaque table ronde, d’indications quant à la méthode et au(x) mode(s) de fonctionnement ont été délivrés devant un hémicycle rempli jusque dans les rangs du public. Les responsables d’association ne s’étaient pas trompés en venant assister à cette rencontre. En revanche, je n'ai pas vu beaucoup d'élus ; ils étaient pourtant conviés à cette rencontre.

         Il y a du boulot à faire pour améliorer le fonctionnement et les maîtres mots sont coopérer et fédérer. Mais, et c’est sans doute la seule trace que laissera l’ancien ministre Hamon, il existe maintenant une loi qui encadre et facilite ces actions.

         Quelques photos pendant la première table ronde (j’ai oublié de photographier les intervenants de la seconde) sous le lien :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6090523451924553569?authkey=CN-WiY_bxfviSQ

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

Lettre ouverte CoReM.

8 Décembre 2014, 17:19pm

Publié par Bernardoc

Monsieur le Président de l’UMR,

 

         Je ne prends pas la peine de vous envoyer copie de cette lettre ; chaque fois que je vous ai écrit, vous n’avez même pas eu la courtoisie d’accuser réception. Moi qui ai pratiqué les métiers pour lesquels j’avais été formé jusqu’à ma retraite, en face à face avec des élèves, des parents ou des enseignants, je n’aurais jamais pu me permettre d’avoir cette attitude méprisante vis-à-vis de ceux qui s’adressaient à moi.

         Vous m’annoncez, dans votre circulaire du 4 courant, que mon allocation annuelle provisoire va subir une baisse de 33,28%, pour me garantir « le versement de [ma] rente à vie ». Comment voulez-vous que nous vous croyions ? Il y a une dizaine d’années, c’était déjà – 16% qui devaient régler vos problèmes de gestion. J’ai toujours des articles achetés à la CAMIF et garantis à vie, ce qui m’avance bien, et c’est ce qui risque d’arriver bientôt au CoReM. Qui me versera ma rente lorsque vous aurez disparu ?

         Pourtant, à l’époque vous aviez embauché de jeunes loups financiers qui devaient toucher un salaire sans commune mesure avec ceux des adhérents Mrifen (eh oui, je suis vieux, j’ai milité à la Mrifen !). Je suppose qu’on leur a offert un pont d’or pour une rupture conventionnelle, maintenant qu’ils ont joué – et perdu – un tiers de nos économies.

         Je n’ai pas encore rejoint le C.I.D.S. (Comité d’information et de Défense) mais maintenant la coupe est pleine et je ne devrais pas tarder à le faire avec mon épouse, lésée comme moi.

         Inutile de vous dire que je ne vous crois pas lorsque vous m’assurez de vos « sentiments mutualistes les meilleurs ».

Bernard P. SARLANDIE

Et ce n’est pas fini…

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>