Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Yao.

7 Juin 2021, 13:50pm

Publié par Bernardoc

Je ne suis pas un inconditionnel d'Omar SY, mais j'ai été attiré par ce film qui se déroulait en Afrique, et plus précisément au Sénégal, pays que j'ai découvert il y a une quinzaine d'années avec le comité de jumelage de Mérignac.

Dès les premières images, nous sommes plongés dans l'ambiance africaine. Après quelques images « à l'européenne », l'encombrement des rues, les marchés, les gares routières, les trains,...tout nous rappelait nos expériences de l'ouest africain, qui se sont échelonnées de 1975 à 2011 des durées et des endroits divers.

Et le héros, acteur Toucouleur, mais né en France, tombera sous le charme, voire l'envoûtement du pays de ses ancêtres, malgré qu'il soit considéré comme un « Bounty », c'est à dire noir à l'extérieur, mais blanc à l'intérieur.

Deux personnages vont l'aider à comprendre ce pays, Yao (c'est à dire garçon né un jeudi), un jeune broussard de 13 ans, passionné de Jules Verne, dont il emprunte les livres à la bibliothèque Nelson Mandela, et Gloria, une chanteuse-danseuse malienne, qui va traverser sa route de manière fulgurante avant de disparaître.

Une grand-mère veuve et s'exprimant parfaitement en français va lui faire comprendre l'importance de l'esprit de ses ancêtres et la nécessité de renouer les liens avec eux, en allant notamment sur la tombe de son grand-père (ce sera pour une autre fois). Il en oubliera cependant de prendre son avion de retour.

En Afrique, le temps n'est pas le même qu'en Europe, les choses qui nous paraissent futiles sont souvent très importantes, et inversement, et Seydou TALL, le « Bounty » semble l'avoir compris...presque malgré lui.

Un très bon film, donc.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Vivent les médaillés !

6 Juin 2021, 16:26pm

Publié par Bernardoc

Sud Ouest dimanche

On attend maintenant que le parti animaliste élève un monument aux grenouilles de Grignols.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Sortir du piège pour imposer le changement

5 Juin 2021, 14:34pm

Publié par Bernardoc

Remarques CGT du 4 juin 2021

Pressés de profiter de cette semi-liberté et du soleil retrouvé, un détail vous a peut-être échappé.  

Le gouvernement annonce mettre les bouchées doubles pour redresser la France, dès cet été… Quoi qu’il « vous » en coûte. Un petit « vous » opportunément employé pour désigner ceux qui vont payer l’addition : nous !

Non, pas les grands financiers, les poches repues des milliards du plan de relance, occupés à fêter l’envolée du CAC 40.

Pas les laboratoires pharmaceutiques qui, creusant le budget de la Sécurité sociale, comptent le magot amassé.

Ni les Amazon, Google et autres grands groupes qui, impunément, font leurs cartons en route vers de nouveaux paradis fiscaux.

Assommés par la pandémie et ses conséquences, l'espoir de reprendre le fil de notre vie est empreint de doute.

Le crime était presque parfait, la stratégie éculée : un zeste de démagogie, une bonne dose de promotion d’idées nauséabondes pour étouffer et reléguer les questions économiques et sociales au second plan.

Il faut se rendre à l’évidence, les objectifs et les ambitions du gouvernement n’ont pas faibli, bien au contraire.

Comment ne pas nous laisser enfermer dans ces débats ?

En brisant l’isolement, nous fissurons la résignation.

En mettant en débat nos propositions, en parlant emplois, salaire, temps de travail, avenir industriel, développement des services publics… nous faisons grandir l’espoir d’un possible autre avenir.

Ce faisant, nous contribuons à changer l’état du rapport de force.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Il n'a pas honte ?

3 Juin 2021, 12:18pm

Publié par Bernardoc

Meurtre de George Floyd : Derek Chauvin demande une peine minimale

Le policier de 45 ans, reconnu coupable du meurtre de l’Afro-Américain, suggère une peine de prison réduite à la durée déjà purgée, plaidant avoir commis « une erreur de bonne foi ».

Titre d'un article du Monde

Tout le monde se souvient de cette vidéo virale dans laquelle on voit le policier (blanc) rester sourd aux supplications de l'homme (noir) répétant plusieurs fois « I can't breathe » (« Je ne peux respirer »). Il resta ainsi de longues minutes son genou sur le cou de la victime jusqu'à ce que mort s'ensuive. Cette scène a entraîné de nombreuses manifestations partout dans le monde, avec notamment des agenouillements symboliques. Même si ce symbole était fort, moi, laïque européen, je ne m'y suis pas conformé. Se mettre à genoux n'est pas une attitude d'homme libre et de bonnes mœurs.

Mais comment ce criminel ose-t-il parler d'« erreur de bonne foi » ? C'est non seulement ignoble et révoltant, mais aussi contraire à la vérité diffusée.

Non ! Ce policier est non seulement coupable, mais le fait de porter un uniforme doit être considéré comme circonstance aggravante. Son attitude est une honte pour le corps auquel il appartient et j'espère qu'il sera condamné au maximum de la peine possible.

Et ce n'est pas fini...

 

 

Voir les commentaires

Un cycliste engagé.

2 Juin 2021, 16:00pm

Publié par Bernardoc

500 personnes rendent hommage à Robert Marchand

in La Marne du 2 juin 2021

Une cérémonie d'hommage a été organisée vendredi 28 mai 2021 à Mitry-Mory dans le parc de la mairie après le décès de Robert Marchand samedi 22. Les membres du Cyclos mitryens ont formé le cortège et suivi le cercueil dans la ville.

Des habitants, élus et membres du Cyclos mitryens, le club de Robert Marchand, ont participé à la cérémonie une semaine après la mort de cette personnalité locale samedi 22 mai.

Des personnalités étaient présentes, comme le sénateur PCF Pierre Laurent, le directeur de la publication de L'Humanité Patrick Le Hyaric ou encore le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez.

« Issu d'un milieu populaire, il a eu des métiers difficiles mais a toujours surmonté les épreuves par sa passion de la vie », déclare Pierre Laurent. Le sénateur ajoute : « Le cyclisme était aussi une façon pour lui d'avancer de façon positive. Il a rejoint le parti communiste français au milieu de sa vie car il souhaitait une vie juste pour tous y compris aux plus humbles. »

Les uns après les autres, les élus se sont succédé à la tribune. Maud Laurent, petite-nièce, une parente a aussi pris la parole avec émotion. « Je n'étais pas prête et je pense que les gens réunis aujourd'hui n'étaient pas prêts non plus à t'adresser ce dernier salut […] », a-t-elle dit à la tribune. Après la cérémonie, les cyclistes du club Cyclos mitryens ont formé le cortège en suivant le corbillard à vélo.

Jean-Jacques, ami cycliste de Robert Marchand, confie : « C'était un copain sympathique, avec qui nous discutions beaucoup. Il était toujours souriant. Il aimait être avec nous, faire du vélo. À la fin, il n'en faisait plus mais venait toujours à nos réunions. »

Annie Geeraert-Ragot, nièce de Robert, déclare : « Merci à tous les Mitryens qui ont suivi et encouragé Robert. Merci aussi à Gérard Mistler [cofondateur de la course L'Ardéchoise, N.D.L.R.]. S'il n'avait pas été là Robert n'aurait jamais pu battre les records. »

Le corps a été incinéré à Saint-Soupplets. Ses cendres seront déposées au cimetière de Mitry-le-Neuf en juin.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

La quatrième fut la bonne !

1 Juin 2021, 18:13pm

Publié par Bernardoc

Je ne parle pas de candidature à une élection, mais de notre réservation aux Bassins de Lumière, pour le spectacle Paul Klee - Gustav Klimt et nous avons eu raison de nous obstiner.

Il y avait peu de monde hier soir à 19 heures et dès que nous poussons la porte, avant de découvrir les peintures qui s'inscrivent sur les murs, c'est la musique qui nous enveloppe, nous submerge. Puis, après quelques instants d'acclimatation à l'obscurité, on peut admirer l'évolution des peintures sur les murs, qui se reflètent aussi dans les bassins.

Il est interdit de filmer, alors on bombarde de photos au début, puis on abandonne pour emmagasiner le plus possible d'émotions que notre mémoire fera revivre.

Nous terminons par la plus grande salle au fond, assis sur les gradins (peu remplis, donc distances respectées) en laissant nos regards aller d'un mur à l'autre, en passant par le fond et le sol. Il n'y a qu'une surface qui n'est pâs utilisée pour recevoir les projections : le plafond ; normal, c'est là que sont fixés les projecteurs.

Cette mise en scène, par l'occupation totale de l'espace, m'a rappelé (la musique en plus) l'habillement des Entrepôts Lainé par Burren, lors de l'inauguration du CAPC.

Maintenant, espérons que nous n'aurons besoin de réserver qu'une fois pour la scénographie Monet, Renoir, Chagall. Mais bravo aux Bassins de Lumière qui nous ont remboursés à chaque fois et nous ont prévenus à chaque nouveau déconfinement.

Et ce n'est pas fini...

La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !
La quatrième fut la bonne !

Voir les commentaires

<< < 1 2