Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

On ne va pas les plaindre !

30 Janvier 2022, 08:39am

Publié par Bernardoc

Prix de l’électricité : un premier fournisseur  (Bulb) suspend son activité en France.
Une quarantaine de fournisseurs alternatifs en France.

L’association de consommateurs CLCV a récemment assigné quatre opérateurs en justice pour pratiques commerciales trompeuses : Ovo Energy, ekWateur, GreenYellow et Mint Energy. Quant aux clients de Bulb, ils ont été transférés à EDF, au tarif réglementé.

 

Quand on voit ce que « la concurrence libre et non faussée » oblige EdF à faire (vendre à perte pour que les autres distributeurs fassent du profit afin d'engraisser les actionnaires), il ne reste plus qu'une solution : la renationalisation, bien entendu sans indemnité ni rachat, du formidable outil créé à la Libération par le gouvernement du général de Gaulle, sous l'impulsion du ministre communiste Marcel PAUL. Ainsi le fournisseur historique retrouvera le monopole égalitaire et si l'Europe n'est pas contente, on s'en fout, comme pour les autres remarques (armée, prisons,...) qui déplaisent à nos gouvernants et qu'ils refusent d'appliquer.

Et ce n'est pas fini...

 

 

Voir les commentaires

UMR : Une Manoeuvre Rapetout.

29 Janvier 2022, 15:21pm

Publié par Bernardoc

Lorsque je suis entré comme Surveillant d'Externat (ne cherchez pas, ça n'existe plus) à l’Éducation nationale, en plus de la carte du Snes, on m'a vendu également la Mgen, l'Autonome, la Maif et la Mrifen. Toutes ces organisations étaient gérées par des militants. C'était il y a...bien longtemps.

La Mrifen (Mutuelle Retraite des Instituteurs et des Fonctionnaires de l’Éducation Nationale) avait été créée comme un complément-retraite pour les instituteurs-secrétaires de mairie bénévoles. Elle était fondée sur une retraite par répartition assortie d'une retraite par points.

Puis, après plusieurs erreurs de gestion, elle est devenue le Cref puis l'Umr. A chaque fois la Mgen a abondé les fonds, jusqu'à jeter l'éponge et refuser d'avoir quoi que ce soit à voir avec ce qui, à mon avis, usurpe le terme de mutuelle.

Toute communication écrite a disparu avec ce monstre nantais, et je ne suis pas un fervent visiteur de leur site informatique. Mais je viens de voir fin janvier, sur mon relevé bancaire, une baisse importante de mon complément retraite. Je suis donc allé chercher une explication ; je vous la livre ci-dessous.

La baisse de valeur de service du point : une disposition réglementaire…

Pour assurer la pérennité du régime, le Conseil d’administration a voté une baisse de 12,6 %

La valeur de service du point pourra potentiellement être revalorisée selon le contexte économique.

 

Quand le gouvernement présent, et hélas futur, veut nous imposer la retraite par points, voilà ce qui nous attend. Inflation : + 2,8%, retraite : - 12,6% ; c'est sans doute ce qu'on appelle l'amélioration du pouvoir d'achat. Alors, vous vous mobiliserez avec nous pour refuser ce recul social la prochaine fois, ou vous attendrez sagement d'être tondus ?

Et dire que j'en ai placé des contrats Mrifen, parce que j'y croyais !

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Firmin FARGES.

28 Janvier 2022, 10:22am

Publié par Bernardoc

Nos séances de travail archivistique ayant été annulées ce mois-ci, j'en ai profité pour lire la biographie de cet instituteur républicain, blessé lors de la première guerre mondiale et décédé lors de l'occupation allemande. Marie-Claude Bélis-Bergouignan s'est livrée à une recherche quasi archéologique pour retracer la vie de ce grand-père qu'elle n'a pas connu.

Ses investigations ont couvert plusieurs domaines : la famille et son berceau corrézien, le travail (instituteur puis inspecteur), les engagements politiques et associatifs, la franc-maçonnerie et enfin le sauvetage du petit juif Boris, qui a ainsi pu éviter la déportation. Sinon, nous n'aurions jamais entendu parler de Boris CYRULNIK ! (Et je n'aurais pas révisé le bac allongé à côté de lui sur la plage de San Salvadour !)

Nous, qui sommes en train de travailler sur des biographies de militants, nous pourrions prendre exemple sur ce livre pour nous guider dans leur rédaction.

Je cite quelques lignes de l'épilogue :

« J'ai donc fait connaissance avec le monde des archives institutionnelles...Telle une fonctionnaire de la mémoire, fascinée par ces tonnes de papier où dorment les plus invraisemblables secrets comme les plus banals, arrivée le matin et repartie à la fermeture, je feuilletais, parfois surexcitée, parfois impavide. La joie me submergeait à la découverte d'improbables preuves [A l'IHS nous appelons cela des « perles »] Des déceptions m'attendaient parfois... »

Nous avons encore du travail avant d'arriver à une biographie aussi aboutie ; mais nous n'aspirons pas au repos.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.

27 Janvier 2022, 15:31pm

Publié par Bernardoc

Nous étions environ 4 000 dans les rues de Bordeaux à réclamer les moyens de vivre décemment.

Le gel du point d'indice pour les fonctionnaires devient insupportable, le Smic suit à peine l'inflation, les pensions continuent à perdre du pouvoir d'achat : on n'en peut plus ! C'est ce que reprend le tract post-manif de la CGT :

 Tout augmente, sauf les salaires et les pensions.

L’urgence est sociale !

L’injuste répartition des richesses est climaticide.

L’urgence est environnementale !

 Reçue en délégation intersyndicale ce 27 janvier en fin d’après-midi par la préfète Madame Fabienne BUCCIO, ce sont toutes ces urgences sociales et environnementales que la CGT portera de nouveau à la représentante de l’État.

Et ce n'est pas fini...

 

Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.
Augmentation, augmentation des salaires et des pensions.

Voir les commentaires

LIBERTÉS, SALAIRES, EMPLOIS, ASSEZ de RÉGRESSION !

26 Janvier 2022, 09:46am

Publié par Bernardoc

L’URGENCE est SOCIALE
Le GOUVERNEMENT doit RÉPONDRE aux REVENDICATIONS !

Le gouvernement poursuit sa politique libérale notamment contre les services publics avec pour ne citer que cela, la casse de l’hôpital, de l’École et de la justice en supprimant des lits, des postes, des moyens. Il provoque la légitime explosion de colère de l’Éducation nationale et des parents !

 Il aggrave les mesures liberticides et autoritaires. Il répond par la répression, comme en Guadeloupe, face à la mobilisation pour de légitimes revendications.
Ce gouvernement et le patronat méprisent les salariés, les agents, les précaires, les privés d’emplois et les retraités en refusant une augmentation significative des salaires dont le SMIC, des pensions et allocations. Ils dérogent au droit du travail et aux statuts tout en déversant des centaines de milliards d’argent public en abreuvant le monde de la finance via des dividendes qui s’envolent aux actionnaires.

INACCEPTABLE !
 

Sans augmentation importante du point d’indice et du SMIC, alors que l’inflation repart, il n’y aura aucune avancée probante pour les agents et salariés dont les mínima de branches sont actuellement en dessous du salaire de base minimum.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL appellent, au plan national et dans l’unité, à la mobilisation ce 27 janvier. Elles contestent dans le même temps que le gouvernement ait maintenu sa réforme de l’assurance chômage qui aura pour conséquence d’enfermer de trop nombreux salariés dans la pauvreté, des emplois à faible salaire, à temps partiel ou en CDD.

Les retraités très massivement mobilisés attendent toujours une réponse pour une augmentation immédiate de leur pension, retraite de base et retraite complémentaire, dont la dernière revalorisation a été plafonnée à un niveau très inférieur à l’inflation.

La jeunesse est confrontée à une grande précarité de vie et de travail, à la pauvreté accentuée par la crise sanitaire, économique et sociale. Elle doit alors obtenir une réponse à l’encontre des contre-réformes décidées encore par ce gouvernement.

Jeudi 27 janvier 2022
GRÈVE et MANIFESTATION interprofessionnelle
BORDEAUX − 11h30 − Place de la République

 

Augmentation immédiate et significative des salaires, des pensions, des minimas sociaux et allocations pour tous.

 ➔Fin des fermetures de services, des suppressions d’emplois, du démantèlement et des privatisations dans l’ensemble des services publics et la Fonction Publique. Ouverture de lits d’hôpitaux nécessaires pour faire face à l’urgence sanitaire, à commencer par rouvrir les 5 700 fermés en 2021.
➔Fin de l’état d’urgence, des lois liberticides et des pouvoirs d’exception.

Les Unions Départementales de Gironde CGT et FO, la FSU et Solidaires 33 appellent l’ensemble des salariés du public et du privé, la jeunesse étudiante à se réunir dans toutes les entreprises, tous les services et tous les établissements pour discuter des revendications et organiser la mobilisation et la grève pour les faire aboutir !

TOUTES ET TOUS ENSEMBLE, MOBILISONS NOUS

 Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

En grève le 27 pour un plan d'urgence, nos conditions de travail et nos salaires !

25 Janvier 2022, 09:34am

Publié par Bernardoc

Contre la politique de Macron-Blanquer !

La colère est toujours là, et aucune des "réponses" apportées par Castex le 13 janvier au soir n'est à la hauteur : on ne peut se contenter de masques que nous réclamions et qui auraient dû nous équiper dès le début de la pandémie, de postes de précaires là où des embauches massives de personnels titulaires s’imposait, pas plus que nous ne pouvons croire à la contrition d’un ministre en vacances à Ibiza la veille de le rentrée scolaire.
La rencontre avec le duo Castex Blanquer nous le prouve, le dialogue dit social ne fait que nous enfermer dans des logiques qui ne servent pas nos intérêts.
Ce 27 janvier, nous devons continuer de nous mobiliser massivement pour dire que ce ne sont pas des miettes que nous voulons, mais qu’il s’agit pour nous d’exiger :

  • un recrutement massif d’enseignants pour faire notamment baisser de manière durable les effectifs dans les classes, non seulement pendant la crise sanitaire mais bien évidemment au-delà.

  • un recrutement sous statut de la fonction publique, à commencer par la titularisation de tous les précaires sans conditions, AESH et AED, avec une véritable formation et des temps complets.

  •  un plan de construction de locaux scolaires, et en attendant une réquisition des locaux pour pouvoir faire réellement des dédoublements.
    - des moyens de protection gratuits et efficaces (tels qu’ils sont reconnus par le code du travail) pour tous les élèves et les personnels.
    - une augmentation de salaire, avec un minimum de 400 euros pour tous les personnels de l'éducation, mais que nous devons étendre à tous les salariés pour mettre un coup d'arrêt à l'appauvrissement de la population, dont nous voyons les conséquences au quotidien sur les enfants et un dégel immédiat du point d’indice.

  •  un arrêt de toutes les politiques sanitaires répressives, comme le Passe vaccinal, qui ne servent qu'à dissimuler les responsabilités des gouvernements dans la casse de la santé et éviter l’implosion d’un hôpital exsangue avec 100 000 suppressions de lits d'hôpitaux qui ont continué pendant l'épidémie. 5700 pour la seule année passée.
    La propagande qui prétend que tout cela serait impossible est contredite par les faits. Un rapport d'OXFAM vient de révéler que les principales fortunes du pays ont plus gagné en 19 mois de pandémie que dans les 10 années précédentes. De mars 2020 à octobre 2021 les richesses des grandes fortunes françaises ont augmenté de 86%, soit un gain de 236 milliards d’euros ! Elles avaient déjà progressé de 231 milliards d’€ entre 2009 et 2019. Les 5 premières fortunes du pays ont doublé leurs richesses depuis le début de la pandémie : elles ont gagné 173 milliards d’euros. Ces 5 principaux milliardaires français possèdent désormais autant que les 40% les plus pauvres en France .

    Tous les gouvernements ont mis en œuvre la politique du "quoi qu'il en coûte" qui a enrichi les multinationales et les groupes financiers...Et ils laissent entendre maintenant que les travailleurs devront rembourser ces dizaines de milliards. Le monde d'après qu'ils nous préparent, c'est rembourser la dette, casser nos droits sociaux, nous appauvrir en gelant les salaires face à l'inflation, casser davantage encore les retraites et les droits des chômeurs.

    Alors de l’argent, il y en a, pour satisfaire nos besoins et pour répondre à nos revendications !

     Tous ensemble, le 27 janvier ! Ce sera l’occasion de nous retrouver en interpro dans tous les secteurs du privé et du public, de faire convergence puisque nous sommes soumis aux mêmes logiques d’austérité, d’attaques sur nos droits, et d’accaparation des richesses produites par les travailleurs au profit d’une poignée de capitalistes !
    Cette journée ne peut être utile que si elle prépare une suite, avec l'objectif clair de faire plier le gouvernement pour lui imposer nos exigences.
    Secteurs par secteurs, divisés, nous ne pouvons pas gagner. Il s'agit bien de construire un mouvement d'ensemble.

    Pour le 27, il s'agit bien de compter sur nos propres forces, en discutant dans les établissements, en participant à toutes les initiatives qui permettent d'avancer vers un mouvement d'ensemble, en interpro, d'initier des assemblées pour décider des suites que nous voulons donner.


Jeudi 27 janvier en grève et en manifestation !
Bordeaux - 11h30 - Place de la République à Bordeaux.


Après la manifestation, la CGT Educ’action et la CGT Enseignement privé, appellent à participer à l'AG départementale que nous voulons aussi interpro., vers 14h/14h30 à la Bourse du travail.

CGT Éduc’Action33 : Bourse du travail, Bureau 101, 44 Cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX Tel : 05 56 91 80 54

 Courrier électronique : cgteducaction33@gmail.com

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

La roue de l’infortune condamne chaque jour davantage les retraités

24 Janvier 2022, 14:43pm

Publié par Bernardoc

En cause la politique criminelle de santé de Macron :

u À cause du chaos sanitaire actuel.

u À cause de l’abandon de soins vitaux par manque ou absence de couverture complémentaire lors des soins urgents à l’hôpital (forfait urgence).
u À cause de la suppression de lits à l’hôpital – Macron en a fermé plus de 17600 en 4 ans !

u À cause de la déprogrammation d’opérations essentielles en chaine.
u À cause de la suppression de personnels soignants dans les services et d’un recrutement inférieur aux besoins.

En cause sa politique économique discriminatoire

À cause d’une augmentation des prix non régulés avec notamment les mutuelles +8 %,
la prévoyance +10 %, les carburants +19,6 %, l’énergie +14,3 %, les légumes frais +11,3 %, les fruits +4,2 %..., soit 5% pour les dépenses qui représentent jusqu’à 75 % du budget des ménages populaires, c’est-à-dire celles liées au logement, l’alimentation, l’habillement textile cuir, les frais de transport.
u À cause d’une très nette sous-indexation des pensions face à l’inflation.
u À cause de la baisse des cotisations sociales qui induit à terme mécaniquement la suppression de la solidarité intergénérationnelle.
u À cause du détournement de la richesse produite en France au seul profit des 500 plus grandes fortunes (300 milliards d’euros en 2021!).


Jeudi 27 janvier avec L’usr cgt 33
11h30 pLace de la RépubLique – Bordeaux


Je manifeste :

l Pour une autre répartition des richesses,

l Pour de meilleures conditions de vie,

l Pour la revalorisation des pensions,

l Pour la défense des services publics (Santé, Éducation, Énergie, Transports, Communication, Culture...),

l Pour une Sécurité Sociale financée par les cotisations sociales et pour préserver les prestations de l’Assurance Maladie, (Allocations Familiales, Retraites, Dépendance, Assurance Chômage)

 

AVEC MACRON
ÇA NE VA PAS SI MAL POUR LES RICHES DANS CE PAYS :


Le patrimoine des plus grandes fortunes françaises a bondi de 439% en 10 ans !

Et la fortune des 500 plus riches de France a augmenté de 30 % pendant la crise.

La France compte 42 milliardaires, c’est 4 fois plus qu’avant la crise financière de 2008, ils n’ont pas souffert de la crise au quotidien et 9 mois ont suffi aux milliardaires français pour retrouver leur niveau de richesse d’avant la pandémie. Champagne !

Face à l’impôt les riches s’enrichissent, grâce à la suppression de l’ISF et la mise en place de la « flat tax » (baisse des prélèvements obligatoires des entreprises). Pendant que 20% des Français-es les plus pauvres ont vu leur épargne fondre de près de 2 milliards d’euros au cours du premier confinement, les 20% les plus riches voyaient leur fortune augmenter de plus de 30 milliards d’euros soit 79 % du gain total de niveau de vie induit par ces deux mesures fiscales.

Quand ça veut, ça veut ! Sur les 14 milliards d’euros de niches fiscales dédiées aux particuliers, 9 % de contribuables les plus riches captent 7 milliards d’euros, et la moitié du montant de crédit d’impôt d’aide à la personne profite aux 10% les plus riches. Alors que plus de 7 millions
de personnes ont désormais besoin d’aide alimentaire, (soit 10% de la population française), millions de personnes supplémentaires sont en situation de vulnérabilité à cause de la crise.

Haro sur les profits, de Sarkozy à Macron, les versements aux actionnaires du CAC 40 ont augmenté de 70%, la rémunération des PDG du CAC 40 de 60%, alors que le SMIC n’a seulement augmenté que de 12% sur la même période. Fixé au 1/10/ 2021 à 10,48€ brut/h, soit 1258,25€ net/mois), il a bondi à 10,57 € brut/h. au 1/01/ 2022 soit 1269€ net/mois
pour 151,67 h., à peine + 0,9%, nettement en dessous de l’inflation (2,8%).

Dans les transports, ils gagnent encore !

Les déplacements en voiture, y compris les déplacements contraints, sont soumis à la taxe carbone, les déplacements en avion ne le sont pas ! Le secteur aérien ne paie aucune taxe carbone sur le kérosène qu’il consomme, contrairement aux autres carburants routiers et représente un manque à gagner pour l’Etat de 3,6 milliards d’euros. Les déplacements en avion sont un mode de transport essentiellement utilisé par les plus riches. Un vol sur dix au départ de la France est un jet privé dont le propriétaire dispose en moyenne d’une fortune de 1,3 milliards d’euros, et son recours à l’avion a augmenté depuis la pandémie (sans doute pour n’être pas contaminé et respecter la distanciation !). Les déplacements en avion représentent une empreinte carbone moyenne de plus de 22 tonnes chez les 1% des européens les plus riches, contre moins de 0,5 tonne pour les 50% les plus pauvres qui circulent le plus souvent à pieds, métro ou tram...

Et pour les biens nantis, la santé ne coûte pas...un bras !

Les 10% les plus précaires consacrent une part deux fois plus importante de leur revenu à l’achat d’une complémentaire santé que les 10% les plus riches.

Les plus grandes fortunes prospèrent, les plus pauvres en paient le prix, et ça c’est à cause de qui ? EMMANUEL MACRON !

Et ce n'est pas fini...
 

Voir les commentaires

Séquence nostalgie.

23 Janvier 2022, 10:52am

Publié par Bernardoc

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Vache à lait ?

22 Janvier 2022, 17:27pm

Publié par Bernardoc

« A quoi correspond la somme de 500 000 euros facturée par le cabinet de conseil McKinsey à l'Education nationale ?

A l'organisation d'un "séminaire" pour "réfléchir aux grandes tendances des évolutions du secteur de l'enseignement".

Le colloque a finalement été annulé en raison du Covid. »

in franceinfo

 

Encore des privés qui viennent se nourrir sur le dos du mammouth ! Comme s'il n'y avait pas assez de chercheurs et d'acteurs du service public pour « réfléchir». Même si je n'ai qu'une estime très modérée pour la Cour des Comptes, j'espère qu'elle se penchera la-dessus.

Mais il y a des décennies que le privé envahit l'education nationale. J'ai découvert cela lorsque Principal-adjoint, j'ai souhaité utiliser un logiciel pour m'aider à fabriquer les emplois du temps (après les avoir faits à la main pendant trois ans). Eh bien, le ministère n'a pas ça en magasin, il faut donc s'adresser à un concepteur, et payer chaque année pour la mise à jour. A mon époque on ne nous demandait pas de lancer un appel d'offres, même s'il y avait au moins deux fabricants de ce type de logiciels.

Depuis que j'ai pris ma retraite, est apparu « Pronote », qui, d'après ce que j'ai compris, regroupe tout un tas de données. Je pensais que c'était une innovation du ministère, jusqu'à ce que j'entende de la publicité pour cet outil à la radio. Donc, là encore, officine privée qui traite des données confidentielles. Un exemple : une élève n'est pas en classe, elle est notée « absente », ce qui peut être vérifié immédiatement à distance par les parents. Seulement voilà : elle était chez l'assistante sociale pour révéler qu'elle était victime d'inceste. Que va-t-elle dire à ses parents le soir pour expliquer son « absence » à une heure de cours ?

Quels gestes barrières le ministère peut-il mettre en place pour protéger les élèves ? Quel est son poids par rapport à ces géants du net ?

Quelqu'un peut-il m'éclairer ? N'ai-je pas tout compris ?

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Sortir du silence​.

21 Janvier 2022, 10:04am

Publié par Bernardoc

La Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) poursuit son travail d’écoute auprès des victimes. Elle lance un appel à témoignages ciblé, à destination des victimes de violences sexuelles au sein d’une institution. Des adultes ayant été victimes, quand ils étaient enfants, d’un entraîneur dans un club de basket, d’un éducateur dans un foyer d’accueil, d’un instituteur à l’école… Ou d’un autre enfant dans ces lieux.

Parmi les 8 200 témoignages que la Ciivise a déjà reçus par mail, téléphone, voie postale, ou lors de réunions publiques, 80 % concernent des violences sexuelles incestueuses. Mais, après avoir décortiqué les 3 800 premiers questionnaires, la commission sait aussi que 10 % des témoignages concernent des violences sexuelles ayant eu lieu dans des institutions : école, colonie ou camps de vacances, clubs de sport, activités culturelles ou artistiques, religions, établissements d’accueil d’enfants handicapés, internat ou externat. Parmi ces victimes, qui avaient en moyenne 10 ans au moment des faits, sept sur dix sont des femmes. Elles ont subi (dans huit cas sur dix) des attouchements du sexe, des seins ou des fesses. Les violences se sont produites au sein de l’établissement scolaire (trois cas sur dix), au sein de l’institution religieuse (deux à trois cas sur dix) ou dans le cadre d’une colonie de vacances (deux cas sur dix). Plus de six victimes sur dix ont parlé plus de dix années après les faits.

La Ciivise est là pour écouter​, rappelle-t-elle. Les témoignages permettront de lutter contre l’impunité des agresseurs et de mieux protéger les enfants d’aujourd’hui et de demain​.

Pour témoigner : par téléphone : 0 805 802 804 en métropole et 0 800 100 811 en outre-mer. Par mail : temoignages@ciivise.fr ou par courrier postal : Civise, 14, avenue Duquesne, 75007 Paris. Un questionnaire peut aussi être rempli sur le site : ciivise.fr

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

1 2 3 > >>