Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

3%

17 Décembre 2011, 21:27pm

Publié par Bernardoc

         Bizarre comme titre, non ? En fait c’est la part du budget consacré à la culture dans notre petite ville du Haillan. Quand on pense aux décennies pendant lesquelles nous nous sommes battus pour réclamer 1% à la culture au niveau national, on ne peut qu’être fiers de ce que nous, ici, nous proposons à notre niveau. Et c’est sur cette constatation que j’ai terminé mon intervention hier soir lors du conseil municipal au cours duquel a été voté le budget 2012, non pas à l’unanimité mais à une très large majorité, ce qui le rend incontestable. Il est désormais patent que c’est mentir que de propager l’idée que Le Haillan serait une ville dortoir. Seulement, il est très rare de voir la droite se déplacer aux nombreuses manifestations culturelles qui sont proposées aux Haillanais.

         Si vous avez lu mon billet d’hier, il était consacré à l’intervention de la patronne du Medef, le matin à la radio. Eh bien, curieusement, même si cela ne nous étonnera pas, la droite a posé oralement une question se rapportant au même thème : la taxe sur les enseignes. J’ai fait allusion à cette conjonction, que je veux croire fortuite, au début de mon intervention qui ensuite a été une défense du budget présenté par la majorité municipale.  Les chiffres parlaient d’eux-mêmes. Alors que l’inflation sera au minimum de 2%, la dotation globale de fonctionnement (c’est-à-dire la somme d’argent qui est reversée par l’Etat aux communes) est en baisse, comme un certain nombre d’autres subventions, quand elles ne disparaissent pas complètement. Et malgré cela, malgré les nouvelles embauches qui permettront de faire vivre les structures que nous avons construites ou rénovées, de façon à offrir à la population les services qu’elle est en droit d’exiger d’une municipalité, eh bien, nous arrivons à nous désendetter NOUS, preuve que ce n’est pas en proposant un budget d’austérité que le sort des populations s’améliorera, bien au contraire.

         Nous sommes donc fiers de mener une politique à l’opposé de celle qui est menée au niveau national : « Nous on peut ! »

Et ce n’est pas fini…

Commenter cet article