Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Arrivée à Zola

6 Septembre 2009, 08:34am

Publié par Bernardoc

           Avril 2006 : coup de téléphone à mon bureau de Langevin : c’était l’Inspecteur d’académie, M. Savajols qui m’annonçait depuis Paris, le résultat de la CAPN : j’avais obtenu ma mutation (au bout de ma troisième demande) pour le collège Emile Zola du Haillan. Même si ce n’était que mon septième vœu, j’allais cependant retrouver mon salaire de 2004 qui avait été depuis amputé de plus de 175 € par mois.                           

Tout s’annonçait bien : j’arrivais avec une certaine aura dans ce collège où parmi les parents d’élèves se trouvaient des personnels de l’éducation nationale (enseignantes, infirmière) qui avaient bien apprécié de travailler sous ma guidance dans mes deux précédents établissements. D’autres se souvenaient que je les avais bien accueillis dans mon précédent collège. Il y avait aussi un camarade du syndicat, une copine de l’aïkido…L’inspectrice d’arts plastiques avait prévenu la professeure titulaire de la discipline de l’aide et de l’accompagnement que je m’étais toujours efforcé d’apporter aux enseignants volontaires, actifs et pédagogues.

Lors du repas de pré-rentrée, j’ai surtout discuté avec deux professeurs venus spontanément vers moi : l’une, enseignant également à l’Iufm, m’a dit qu’elle avait beaucoup apprécié la portée pédagogique de mon discours d’ouverture, ce qui est la moindre des choses : l’Inspecteur d’académie qui avait ouvert notre stage de formation de personnels de direction avait été très ferme là-dessus : « Vous êtes le premier pédagogue de votre établissement ; ne laissez jamais un inspecteur se rendre seul dans une classe ! ». L’autre professeur m’a raconté combien ils avaient souffert de l’étouffement des initiatives au cours des cinq années précédentes, de l’inexistence physique du conseiller général (alors que le collège était en travaux depuis des années) et des très mauvais rapports avec le maire.

Comme le préconisent les textes, je propose toujours que la journée de pré-rentrée se termine par une heure d’information syndicale suivie par une rencontre de l’intersyndicale avec le Principal. Ce premier jour, il n’y a pas eu de réunion syndicale, mais les élus au CA ont (presque) tous répondu à mon invitation : il n’y avait pas de revendication spécifique, il s’agissait avant tout d’une prise de contact.

J’étais assez satisfait de ma première journée, mais j’appréhendais la fin de la semaine où j’allais devoir mettre mes pieds dans des chaussures qui ne m’appartenaient pas et dans lesquelles je me sentais mal à l’aise, moi qui appliquait depuis des années le mode de rentrée préconisé par l’ancien recteur Monteil qui avait ensuite été validé par Ségolène Royal lorsqu’elle était ministre de l’enseignement.

Et ce n’est pas fini…

Commenter cet article