Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

828 km de bouchons.

3 Août 2013, 19:44pm

Publié par Bernardoc

         Comme chaque année, les Français qui le peuvent (et ils sont de moins en moins) se sont précipités sur les autoroutes pour s’échapper des villes et aller s’entasser sur les bords de la Méditerranée, de l’Atlantique ou outre Pyrénées. Si l’on en croit le dictionnaire, une autoroute est une « large route réservée à la circulation automobile rapide, à deux chaussées de sens contraire séparées par une berme médiane, et libre de tout obstacle, de tout passage ou croisement à niveau ».

         Il semblerait que la définition soit incomplète, à tout le moins devrait-elle être interprétée. C’est vrai qu’en principe la circulation est plus rapide sur une autoroute, mais quel est le gain de temps véritable lorsque nous devons patienter de longues minutes à des péages, toujours à l’entrée, mais même quelques fois à la sortie (nous en avons fait l’expérience à Noël dernier).

         L’autoroute est censée être « libre de tout obstacle » ; mais qu’est-ce donc que les barrières de péage sinon des obstacles destinés à nous faire perdre du temps ? Lorsque la France a commencé à construire des autoroutes, elle a fait le choix de demander aux utilisateurs de les financer : c’était le PPP (Partenariat Public Privé) avant l’heure. Et il était question de supprimer ces obstacles une fois que ces voies auraient été amorties. Et que s’est-il passé ? Une fois qu’elles ont été amorties, l’Etat méprisant, au lieu de nous les rendre, les a vendues à des compagnies qui continuent à nous faire payer. Et comme si ça ne suffisait pas, des voies express dont tous les usagers étaient contents (par exemple entre la Gironde et le pays basque) se voient attribuer le statut d’autoroutes après l’installation de barrières de péage. Où est le sens du service public et d’aménagement du territoire dans une telle réalisation ?

         Pour terminer sur un sourire, une citation de Patrick SEBASTIEN : "C'est un scandale. J'ai pris l'autoroute à contresens, et on ne m'a même pas remboursé."

Et ce n'est pas fini...



 

Commenter cet article