Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Cadeau.

20 Août 2013, 16:00pm

Publié par Bernardoc

         Pour mon anniversaire, j’ai reçu (entre autres) un beau recueil : Jeune Afrique50 ans, une histoire de l’Afrique. Ce n’était pas une surprise puisque j’en avais émis le vœu.

         Je fus un lecteur à la fois occasionnel et régulier de ce magazine pendant les six ans qui se sont écoulés entre notre retour du Ghana et notre départ pour la Polynésie, même si je me tournais davantage vers des revues anglophones, plus au fait du pays que nous venions de quitter.

         Cet ouvrage, que viennent de publier les éditions de La Martinière, est construit par décennies et fait alterner « unes » au format normal et réduit, articles originaux de l’époque et chronologie ; de plus, chaque décennie est illustrée par un portfolio d’un des photographes du journal (et je dois dire que je préfère infiniment les photos en noir et blanc) : une véritable mine vivante concernant ce continent depuis les décolonisations.

         C’est ainsi que j’ai découvert qu’à l’origine le magazine succédait à L’Action et s’intitulait Afrique action, avec comme sous-titre « L’hebdomadaire du monde nouveau » ; jusqu’à ce qu’une brouille entre son créateur Béchir BEN YAHMED et le président Bourguiba, soutien de la première heure, le conduise à prendre le titre que nous connaissons aujourd’hui et sa migration de Tunis à Paris, via Rome.

         En 1966, le sous-titre était tout simplement : « Hebdomadaire international » ; au cours de la décennie suivante, le qualificatif « indépendant » y était accolé.

         Au cours de ces 50 ans on peut voir l’évolution du journal quant à l’appréciation de certains leaders : ainsi, en 1982, la couverture titrait : « l’inquiétant phénomène Rawlings », alors que 15 ans plus tard, avec une photo beaucoup moins agressive, c’était : « RAWLINGS : comment j’ai sauvé le Ghana ».

         Dans les années 1990 « le temps du monde » figurait sous le titre.

         De 2000 à 2006, le gros titre n’était plus Jeune Afrique, mais L’INTELLIGENT (je ne l’ai jamais acheté à cette époque), « Hebdomadaire politique et économique international », puis « Hebdomadaire international ; politique, économie, culture » pour redevenir Jeune Afrique, hebdomadaire international indépendant » : la boucle est ainsi bouclée.

         J’ai dévoré cette (ces ?) histoire(s ?) en une nuit, et je me suis régalé. Bravo pour cette somme.

Et ce n’est pas fini…  

Commenter cet article