Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Cannabis ou Sénat ?

9 Janvier 2014, 13:41pm

Publié par Bernardoc

         J’hésite sur le thème de mon billet du jour. Je pourrais mêler les deux en parlant du sénateur-cumulard-chef du PRG et candidat malheureux aux primaires socialistes : Jean-Michel BAYLET, un des courageux parlementaires à prôner la dépénalisation du cannabis. Mais c’est là qu’on se rend compte de l’influence infinitésimale de ce parti croupion, héritier du grand parti républicain du XIX° siècle, l’omnipotent PS n’en a rien à cirer.

         Donc, commençons par le cannabis, pour lequel l’autorisation de mise sur le marché médicamenteux devrait peut-être intervenir d’ici l’été. La médecine française, car dans d’autres pays il y a lurette que cela a été accepté, vient d’admettre que cette substance pourrait soulager les souffrances des malades atteints de sclérose en plaques, et je peux témoigner que ce n’est pas du pipeau. Mais voilà, il y a deux jours Sud Ouest annonçait qu’un chercheur girondin avait mis au point une hormone destinée à lutter contre l’addiction au cannabis. Ou doit se situer le balancier ? A la fin du XIX° siècle, la reine Victoria fumait régulièrement pour apaiser ses douleurs, et peut-être pourrait-on conseiller aux sénateurs d’y tâter un peu.

         Au fait, avez-vous remarqué que « sénat » commence comme « sénile » ? Je le dis d’autant plus volontiers que, en tant que citoyen – et même en tant qu’élu -, je n’ai jamais été associé d’aucune manière à la désignation fort peu démocratique de cette chambre dont on peut se demander si elle est bien utile. A la fin du règne Sarkozy (le premier ?), le Sénat, qui était passé à gauche, a approuvé certaines propositions progressistes. On aurait pu penser que lorsque l’assemblée nationale est à son tour (provisoirement ?) passée à gauche, elle aurait pu reprendre et adopter ces propositions progressistes, telles le droit de vote des étrangers. Que nenni, le Medef veillait au grain et il était nécessaire de faire voter un maximum de lois anti-ouvrières dès le début du quinquennat dans le fol espoir que les patrons allaient devenir socialistes.

         Un parti qui répand la haine parle sans arrêt de l’UMPS, mais le bureau de sénat vient de montrer qu’hélas il n’a pas tort, en votant toutes tendances confondues contre la levée de l’immunité parlementaire d’un sénateur présumé véreux, quoiqu’innocent, ce qu’il demeurera jusqu’à la fin de son mandat. Il était soupçonné d’avoir acheté des votes municipaux ; a-t-il également acheté des votes sénatoriaux ?

         Du balai ! Qu’ils s’en aillent tous !

Et ce n’est pas fini…   

Commenter cet article