Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

France inter gauchiste ?

6 Octobre 2010, 14:09pm

Publié par Bernardoc

         Entendue ce matin, et répétée à 13 heures, la lecture d’une lettre d’un inspecteur d’académie qui encourageait une de ces étudiantes lâchées en pâture sans aucune préparation devant des élèves pas forcément bienveillants, à démissionner suite à un arrêt maladie. Et la façon dont cette lettre était présentée, suivie d’un commentaire du Snes et de témoignages d’autres enseignants, laissait clairement apparaître une critique implicite de ce fonctionnaire d’autorité qui ne faisait que mettre en place avec éclat la politique gouvernementale qu’il est chargé d’appliquer sans état d’âme.

         En écoutant les arguments développés par ce Directeur des Services Départementaux de l’Education Nationale, on ne peut que constater que c’est un excellent et fidèle serviteur de l’Etat, qui ne se contentera sûrement pas de ce grade hiérarchique, et qui sera bien vite promu, vu son engagement sans faille au service de l’Etat, au grade d’Inspecteur Général, qu’il aura bien mérité !

         Mais que va-t-il se passer au niveau de la radio nationale ? La présentation fort complaisante de ce « détail » concernant la rentrée de 16 000 néo-recrutés, le montage en épingle d’un cas unique alors que les 15 999 autres ont rapidement démontré toutes leurs compétences et leur aptitude à enseigner directement en sortant de la fac, cela ne ressemble-t-il pas à ce qu’en d’autres temps on appelait « l’ anti-France » ? Etait-ce bien la peine de virer Porte et Guillon, si le flambeau est repris par des journalistes qui feraient bien de se tenir à carreau s’ils veulent rester à l’antenne du service public ? Car les critiques qui transparaissent sont une véritable atteinte à l’autorité du Président de tous les Français, que nous avons triomphalement élu pour redresser la France en supprimant tout ce qui était issu du programme du Conseil National de la Résistance et en revenant sur les pseudo acquis de 1968 et des années Mitterrand.

         C’est comme pour les grèves : pourquoi donner toujours les chiffres syndicaux ? Enfin, si la police de Bordeaux, par exemple, a oublié de compter 98 500 manifestants le samedi 2 octobre dernier, c’est qu’ils n’y étaient pas ! Alors pourquoi ce travail de sape radiophonique : bientôt, si ça se trouve, on va entendre que faire travailler les vieux deux ans de plus, c’est retarder d’autant l’entrée des jeunes sur le marché de l’emploi, alors que le gouvernement nous assure exactement du contraire !

         Allons, un peu de retenue Messieurs ! N’oubliez pas que ce n’est pas un hasard si vos patrons ont été nommés directement par le Président de la République (laïque, une et indivisible). Et donnez-nous les bonnes informations.

Et ce n’est pas fini…

        

Commenter cet article