Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

L'amour à la page.

18 Janvier 2013, 10:02am

Publié par Bernardoc

         Avec ses vœux, Marie-Hélène SAINTON, m’envoyait une invitation pour une conférence qu’elle allait donner à la bibliothèque du Grand Parc. Voici la présentation qui en était faite :

"Aimer c'est plus que vivre"

Romantiques, lyriques, amoureuses, passionnées, sont les lettres de Juliette Drouet fervente épistolière à Victor Hugo.

Marie Hélène Sainton,professeur de Lettres Modernes vous propose de retracer les évènements marquants de la destinée extraordinaire de Juliette Drouet dans l'ombre du "grand petit homme".
Cette évocation sera illustrée, avec la complicité de Marie-Jeanne Bourhis, par la lecture d'extraits puisés dans les milliers de lettres que Juliette a adressées au poète, durant les cinquante années de leur liaison amoureuse.
 

L’horaire étant compatible, je me suis fait une joie d’y aller. Et bien entendu, j’y ai retrouvé d’anciennes collègues, dont Martine de Langevin, toutes à la retraite, qui étaient venues écouter leur amie dont elles connaissaient le grand talent. Parmi les personnes connues se trouvait un seul homme avec qui j’avais eu plaisir de travailler un an à Zola.

         Il y avait effectivement une écrasante majorité de femmes pour venir découvrir l’amour de Juliette DROUET pour Victor HUGO à travers les milliers de lettres qu’ils ont échangé. Non sans une certaine malice gourmande, Marie-Hélène nous a révélé que si Hugo s’était lancé dans cet amour adultère, il ne faisait que rendre la monnaie de sa pièce à Adèle, sa légitime, qui le trompait avec Sainte Beuve.

         Pendant presque deux heures la conférencière a captivé l’auditoire en retraçant les tumultes amoureux que la verdeur du poète entraînait, et la façon dont Juliette s’en accommodait avec plus ou moins de bonheur, et ce, quel que soit l’endroit, notamment pendant les longues années d’exil ou lors du retour en France.

         Hugo ne survivra que deux ans à son amour, deux ans pendant lesquels il n’écrira plus.

         Une excellente après-midi qui mériterait d’être dupliquée en d’autres lieux.

         Quelques photos sous le lien :

https://picasaweb.google.com/112734244000396611033/JulietteHugo?authuser=0&authkey=Gv1sRgCJ_lvK7mgvK-cA&feat=directlink

Et ce n’est pas fini…

Commenter cet article