Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

L'Humanité n'a pas de quoi être fière !

14 Mai 2014, 23:27pm

Publié par Bernardoc

Malgré l'interdiction par le droit international, Amnesty International a pu constater au cours des cinq dernières années que la torture était toujours pratiquée dans 141 Etats.

L’organisation dénonce une augmentation de ces sévices qui auraient été "normalisés" au nom de la "sécurité nationale" et de la lutte contre le terrorisme. L’ONG estime en outre que des séries télévisées telles que "Homeland" ou "24 heures" tendent à "glorifier" ces brutalités.

Trente ans après la convention des Nations unies contre la torture (1984), de nombreux Etats continuent encore à utiliser ces méthodes barbares afin d'obtenir des informations ou bien pour terroriser la population. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, la torture n’est pas réservée aux dictatures. Elle est présente notamment dans cinq Etats : les Philippines, le Maroc et le Sahara occidental, le Nigeria, l’Ouzbékistan et le Mexique.

Les pays occidentaux, bien que moins concernés, figurent également dans le rapport de l’ONG. Parmi ceux-ci, ce sont notamment les Etats-Unis qui sont montrés du doigt. D’après le secrétaire général d'Amnesty Salil SHETTY, "l'usage de la torture, particulièrement aux Etats-Unis et dans leurs sphères d'influence (...), a été complètement normalisé". L’organisation internationale dénonce notamment l’isolement de prisonniers dans de petites cellules entre 22 et 24 heures par jour dans les prisons de haute sécurité.

Dans certains pays, la torture est ancrée dans les mentalités comme étant la norme. Ainsi, selon une étude de l’ONG, 74% des Indiens et des Chinois estiment la torture parfois nécessaire. Marqués par le 11 septembre 2001 (attaque et effondrement des tours jumelles), 45% des américains sont du même avis. Extrait de planet.fr

Et nous sommes au XXI° siècle, avec l’espoir de continuer à coloniser l’espace. Pour y transporter quoi ?

Et ce n’est pas fini…

Commenter cet article