Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

La honte !

14 Août 2012, 09:07am

Publié par Bernardoc

Je viens de passer devant l’ancien collège Paul Langevin dans lequel j’avais pris un énorme plaisir à travailler pendant six ans, mais dont cependant j’avais demandé la fermeture au nom de l’égalité républicaine (voir plus haut).

Depuis sa fermeture en juin 2010, il avait été utilisé de différentes façons : les appartements avaient servi de bureau au Pin galant pendant les travaux ; les locaux de la Segpa avaient abrité Cap Léo après la destruction de leur local, ce qui était une juste compensation après le don de quatre fresques réalisées par nos élèves (ou anciens élèves) lors de leur prise en charge extra-scolaire – ces fresques qu’on allait s’efforcer de conserver lors de la restructuration du collège, nous avait annoncé sans rire le conseiller général de l’époque : AH ! AH ! AH !- ; des stages de formation professionnelle y ont été organisés, ce qui avait été refusé par le conseil d’administration (merci la FCPE !) ; on va même y construire un avion maintenant !

Mais ce qui m’a profondément choqué hier soir, c’est l’état de délabrement dans lequel on laisse les bâtiments dits « pédagogiques », restés en l’état depuis 1972 : vitres brisées, portes défoncées, tags sur les vitres à l’intérieur,… En l’état je pense que ces bâtiments sont source de danger pour les éventuels squatteurs qui pourraient les transformer en véritable cour des miracles.

Alors, qui va se charger de la démolition avant qu’un drame ne s’y produise ? La Préfecture, qui a autorisé la fermeture ? Le Rectorat, qui a réparti les anciens élèves ailleurs ? Le Conseil général, propriétaire des bâtiments ? La Cub, propriétaire du terrain ? La Municipalité, qui a la jouissance des bâtiments ? Je voudrais croire qu’il ne s’agit pas d’une affaire de gros sous, chacun essayant de faire payer l’autre. Mais une réponse rapide s’impose avant que Langevin fasse à nouveau la une des journaux, avec cette fois-ci un drame qui serait le résultat d’une négligence difficilement compréhensible.

Et ce n’est pas fini…

Commenter cet article