Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Le château de Ste Barbe.

20 Septembre 2014, 10:18am

Publié par Bernardoc

El castillo de Santa Barbara

Les origines du château datent du IXe siècle au moment de la domination musulmane de la péninsule ibérique.

Le 4 décembre 1248, jour de la Ste Barbe, le château a été capturé par les forces castillanes dirigé par Alphonse de Castille, le futur roi Alphonse X.

Perché au sommet du mont Benacantil, à 166 mètres de hauteur, il offre une vue sans pareille sur la baie d’Alicante ainsi que sur la ville. Il s’agit de l’une des plus grandes forteresses médiévales d’Espagne.

Il compte trois enceintes, à différentes hauteurs, datant de trois époques bien distinctes :

  • La plus élevée (« La Torreta »), à hauteur du donjon, renferme les plus anciens vestiges de la forteresse, datant pour la plupart du XIVe siècle.

Celle du milieu compte les plus grandes dépendances, construites au XVIe siècle, dont

  • La salle Salón Philippe II
  • Le Cuerpo de Guardia (Corps de Garde)
  • Le Patio de Armas (Cour d’Armes)
  • Le Baluarte de la Reina (Bastion de la Reine)

 

  • Enfin, l’enceinte du bas, construite au XVIIIe siècle, comprend le ravelin, dénommé « Revellín del Bon Repós ».

Depuis une cinquantaine d’années que le château a été ouvert au public, les améliorations sont visibles d’année en année. Des maquettes d’armes moyenâgeuses (bélier, catapulte,…) ainsi que des sculptures métalliques de guerriers maures ou chrétiens témoignent des rudes combats qui eurent lieu autour de la ville que le château protégeait. Mais les visiteurs sont gâtés depuis l’installation d’un ascenseur dans la colline, que l’on atteint par un tunnel depuis la plage Postiguet.

Nous y étions en fin d’après-midi, mais les visiteurs étaient encore fort nombreux, preuve de l’attrait offert par ce monument.

     Les photos sous le lien :

https://plus.google.com/photos/112734244000396611033/albums/6061061480190969793?authkey=CK7EzZzv4aGE8wE

Et ce n’est pas fini…

Commenter cet article