Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Pour ceux qui auraient encore des doutes...

16 Décembre 2011, 16:53pm

Publié par Bernardoc

         Ce matin, sur une radio nationale, Madame PARISOT, présidente du Medef, était interrogée. Pour elle, c’était clair : la crise de l’emploi et des entreprises ne provient pas de la désastreuse politique du gouvernement (puisqu’il ne fait qu’obéir aux ordres du Medef), mais bien de ces vilaines collectivités territoriales qui n’arrêtent pas de mettre des bâtons dans les roues des gentils entrepreneurs.

         Ainsi s’en est-elle prise, entre autres, aux taxes, établies d’ailleurs d’après une loi votée au parlement par une certaine majorité, sur les annonces publicitaires des commerçants. Si le commerce marche si mal, c’est la faute à ces mairies qui vont pressurer les PME et les TPE, les empêchant d’investir et de se développer.

         Mais de qui se moque-t-elle ?

A-t-elle évoqué la suppression de la taxe professionnelle et le manque à gagner qui va s’ensuivre pour les communes ? Que nenni !

A-t-elle évoqué le maintien, voire la diminution de la dotation générale de fonctionnement reversée par l’Etat ? Que nenni !

A-t-elle évoqué l’augmentation future du gaz qui va grever le budget des communes pour le chauffage des locaux ? Que nenni !

A-t-elle évoqué le retrait de l’Etat dans de nombreux domaines, que les collectivités territoriales sont bien obligées de suppléer pour le bien-être de leurs administrés ? Que nenni !

Non, pour Madame PARISOT, il faudrait sans doute augmenter la taxe d’habitation, afin de pénaliser davantage les familles les plus modestes ; il faudrait sans doute poursuivre encore la casse des services publics vendus, ou plutôt bradés, pour le plus grand malheur des usagers et le plus grand bonheur des actionnaires.

Comme disait Denis KESSLER, ancien militant de la Gauche Prolétarienne (maoïste) devenu un temps n° 2 du Medef : la guerre de classe existe toujours, et nous la gagnerons, puisque « Nous sommes le peuple, nous sommes le nombre, nous sommes l’intelligence ».

Et ce n’est pas fini…  

Commenter cet article