Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Un frondeur au gouvernement ?

25 Octobre 2014, 22:23pm

Publié par Bernardoc

         Qu’ouïs-je ? Le ministre du travail etc…vient de confesser que la politique menée par le gouvernement auquel il appartient est un échec. Il constate que les milliards pris dans nos poches pour remplir celles du patronat n’ont abouti qu’à faire augmenter le chômage.

         En observant ce qu’il s’est passé depuis deux ans et demi, je ne vois que deux solutions à envisager : soit il est démis de ses fonctions (méthode Ayrault), soit Valls présente la démission de son gouvernement, et après sa reconduction par le président de la République, on ne retrouve plus Rebsamen parmi les porteurs de maroquin.

         Encore une fois, je me répète mais ça fait du bien, en période de crise l’Etat doit reprendre la main et devenir un bâtisseur en proposant de grands travaux d’intérêt général, ce qui induirait une croissance de l’emploi. Mais cela ne passe bien évidemment pas par la poursuite de la politique du quinquennat précédent (et futur ?), mais par l’engagement de travailler pour le bien du plus grand nombre et pas des plus fortunés, beaucoup moins nombreux et qui, eux, n’ont pas besoin de l’Etat qu’ils torpillent à plaisir d’ailleurs.  

         Bien que je milite encore au Parti de Gauche, je ne crois pas à la prédiction de Mélenchon d’une prochaine dissolution de l’assemblée, à moins que le PS ne s’auto-dissolve rapidement sous l’impulsion de celui qui avait remporté 5% des suffrages lors des primaires socialistes, ce qui n’est peut-être pas si improbable que cela. Et là je ne peux m’empêcher de citer Le Gorafi qui disait dans un de ses derniers articles que « Manuel Valls est le meilleur candidat pour faire perdre la gauche aux prochaines élections » ou bien était-ce « pour faire gagner la droite » ?

Et ce n’est pas fini…

Commenter cet article
D
Le problème, c'est que Rebsamen est largement aussi à droite que Valls. Il surjoue l'honnêteté intellectuelle en avouant l'échec - comment pourrait-il prétendre le contraire ? - mais ne remet<br /> aucunement en cause la ligne sociale-libérale du gouvernement. Elle va payer, dit-il. Pourquoi veux-tu qu'on débarque un pareil comparse ?
Répondre