Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Le nuraghe de Palmavera.

19 Octobre 2021, 17:06pm

Publié par Bernardoc

Le nuraghe est une tour en pierres d'aspect conique, haute de 20 mètres et large de 35. Sa fonction est à la fois défensive et communautaire. On ne peut s'empêcher de penser à nos châteaux forts du Moyen Age, et pourtant celui-ci (dont le nom vient des petits palmiers typiques de cette région) a commencé à être érigé dès le XV° siècle av JC. Le village comptait une centaine d'habitations et s'étendait jusqu'à la mer toute proche. En cas d'attaque, les villageois se réfugiaient à l'intérieur des remparts.

Les fouilles effectuées dans la deuxième moitié du XX° siècle ont révélé, entre autres, une cabane de réunion avec son banc circulaire étonnamment bien conservé. C'est là que s'exerçait le pouvoir politique et religieux.

De là, nous avons sacrifié à la visite du Capo Caccia, promontoire qui se dresse au dessus de la crique de Porto Conte, qui a donné son nom à un parc naturel régional. Bien entendu, une photo en amoureux s'imposait.

Merci Luigi !

Et ce n'est pas fini...

Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.
Le nuraghe de Palmavera.

Voir les commentaires

La nécropole Anghelu Ruju.

18 Octobre 2021, 17:55pm

Publié par Bernardoc

Étonnant site, un des plus importants de l'île, que nous avons visité juste avant le repas, car il fermait à 14 heures.

Une quarantaine de tombes sont creusées dans la roche, qui reproduisent les logements que l'on pourrait trouver en surface. Le site fut découvert en 1903 grâce à un crâne apparu lors du travail des champs. Les fouilles se sont poursuivies jusqu'en 1967.

Les tombes les plus anciennes, en forme de puits, remontent au 40ème siècle avant notre ère et les sépultures furent utilisées pendant plus de 20 siècles, abritant ainsi les morts des civilisations qui se sont succédées sur l'île.

Ces « domus de janas » (maisons de fées) représentent un témoignage saisissant de l'ère prénuragique. Certaines sont ornées de colonnes et de corniches, mais le temps continue son œuvre sur ces constructions rustiques.

Une visite à ne pas manquer !

Et ce n'est pas fini...

La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.
La nécropole Anghelu Ruju.

Voir les commentaires

Ca ne s'est pas améiloré depuis 4 ans !

17 Octobre 2021, 14:25pm

Publié par Bernardoc

Toujours aucune action chez nous ; l'élu qui devait s'en occuper il y a 6 ans ne fait plus partie de l'équipe.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Hommage

16 Octobre 2021, 18:05pm

Publié par Bernardoc

LIBERTE

EGALITE

FRATERNITE

Vive la République

LAIQUE !

Et ce n'est pas fini...

 

 

Voir les commentaires

Patience !

13 Octobre 2021, 15:00pm

Publié par Bernardoc

En attendant la suite de la Sardaigne, puis Avignon et Paris, un clin d'oeil en souvenir de mes voyages helléniques.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Alghero.

7 Octobre 2021, 11:23am

Publié par Bernardoc

La Sardaigne n'a cessé d'être envahie au cours des siècles. Il y a une vingtaine d'années, j'ai eu l'occasion de faire un stage dans le sud-ouest de l'île, à Iglesias, qui n'est pas vraiment un nom à consonance italienne. Et dans cette ville du nord-ouest, Alghero, ce sont les catalans qui ont laissé des traces, toujours vivantes d'ailleurs ne serait-ce que dans les couleurs et dans les noms de rues.

Le Routard décrit la ville comme un mélange de St Malo et d'Essaouira ; bien vu, je confirme. Mais c'est aussi la ville du corail, omniprésent dans toutes les boutiques. Elle fut fondée au XII° siècle par la même famille (les Doria) qui avait également créé Castelsardo. Nos déambulations dans la vieille ville, après l'indispensable promenade sur les remparts, nous ont conduits jusqu'à l'imposante cathédrale di Santa Maria et son campanile octogonal.

Avant le « temps libre » pour prendre un capuccino et faire quelques achats, nous avions également visité le « complesso monumentale San Francesco », église gothico-catalane de la fin du XV° siècle et son cloître aux 22 colonnes et à arcades rondes.

Plusieurs vélos sont beaucoup plus récents : le 100ème Giro était parti d'Alghero !

Une ville dans laquelle on aurait aimé flâner un peu plus longtemps, mais les horaires d'ouverture de la nécropole d'Anghelu Ruju commandaient notre départ.

Et ce n'est pas fini...

Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.
Alghero.

Voir les commentaires

De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.

6 Octobre 2021, 15:44pm

Publié par Bernardoc

Après notre repas typique et fort bien organisé à la ferme auberge, nous regrimpons dans le car, direction Porto Torres. Une belle route côtière va nous va nous y conduire. Rien de bien particulier dans cette cité reliée à Toulon par ferry, mais la plus grande (59 mètres de long, 17 mètres de large) et la plus ancienne (XI° siècle) église romane de Sardaigne : la basilica di San Gavino. Un des aspects les plus remarquables est l'absence de façade car une abside se dresse à chaque extrémité du monument. On y pénètre donc par une porte sur le côté.

A l'extérieur, quatre colonnes isolées (récupérées) ajoutent à l'aspect surprenant de l'édifice.

Effectivement, le bâtiment est imposant. Il fallait bien cela pour honorer Gavinius, un soldat romain envoyé pour exécuter deux prêtres ; résultat, c'est lui qui fut converti et tous les trois furent donc décapités en 304. leurs reliques furent trouvées (?!) au XVII° siècle ; c'est alors qu'on construisit la crypte (aussi grande que l'église) pour les abriter.

Lorsque nous la visitâmes un chœur était en train de répéter, nous nous nous sommes donc faits très discrets, et nous avons pu vérifier l'excellente acoustique du lieu.

Notre voyage reprit ensuite jusqu'à la banlieue d'Alghero, à l'hôtel Corte Rosada, situé dans une pinède au bord de mer, dotée d'une piscine et d'un jacuzzi : il y a pire comme punition !

Et ce n'est pas fini...

De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.
De Castelsardo à Alghero en passant par Porto Torres.

Voir les commentaires

Auront-ils entendu ?

5 Octobre 2021, 18:23pm

Publié par Bernardoc

Je parle de nos gouvernants. Pourtant, André BRUNEEL, député communiste du nord, a fait une brillantissime intervention à l'assemblée cette après-midi. Il a rappelé toutes les revendication de la France qui n'en peut plus et crève alors que les profits capitalistes suffiraient à payer nos retraites pendant une vingtaine d'années.

Le ciel était clément à Bordeaux aujourd'hui et nous n'avons pas eu besoin d'imper ou de parapluie. Nous étions plusieurs milliers (Sud ouest parle de 4 000, je vous laisse le soin de réajuster). Un peu de dépit de voir que les retraités étaient plus nombreux aujourd'hui que le 1er ; peut-être faudra-t-il enfin se poser la question de ces journées à répétition plutôt qu'une semaine (à minima) tous ensemble ? Surtout que les slogans ont quasiment disparu, quant à L'Internationale, ce beau chant d'espoir, je pense que les gens ne la connaissent plus. Espérons au moins que la population aura lu les tracts appelant à la manif en précisant les revendications.

Enfin, bon, c'est pas gagné : l'avenir s'annonce sombre.

Et ce n'est pas fini...

Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?
Auront-ils entendu ?

Voir les commentaires

Castelsardo.

4 Octobre 2021, 13:45pm

Publié par Bernardoc

Entre Tiempo Pausania et Castelsardo, nous avons traversé la valéée de la lune : immenses blocs de granit entourés d'un maquis touffu dont l'érosion dessine différentes sculptures, la plus connue étant sans conteste le rocher de l'éléphant, juste à la sortie de la vallée, avant d'arriver à Castelsardo. Difficile de faire une photo du rocher seul et des cavités à sa base, anciennes sépultures, tant les gens se pressent autour.

Notre car ne pouvait monter à l'assaut de la vieille ville de Castelsardo, et nous dûmes prendre une navette pour nous éviter quelques centaines de marches.

Cette petite ville perchée sur un promontoire d'origine volcanique n'était pas sans me rappeler Erice en Sicile. Le château des Doria, construit au XII° siècle, domine la ville. Il est maintenant transformé en musée de la vannerie et du tressage méditerranéen ( y compris des bateaux qui ressemblent à s'y méprendre au Kon-tiki) et abrite également quelques machines de guerre ou armures du Moyen Age. Nous avons eu droit à un récital sarde de la part de Luigi au-dessus du puits du château.

En redescendant par les ruelles en escaliers de la vieille ville, nous avons pu nous rendre compte que l'activité tressage est encore bien vivante, mais pour combien de temps ? Les tresseuses n'étaient pas dans leur prime jeunesse.

Un repas nous attendait ensuite dans une ferme-auberge (agriturismo).

Et ce n'est pas fini...

 

Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.
Castelsardo.

Voir les commentaires

En route vers l'ouest.

3 Octobre 2021, 12:28pm

Publié par Bernardoc

Valises bouclées, ce soir nous dormirons à Alghero. Première étape : Tempio Pausania que nous atteindrons après une traversée de forêts de chênes-liège, industrie de la région, qui n'est pas sans rappeler ce que nous avions vu au Portugal.

Située dans l'arrière-pays, cette deuxième ville importante de la Gallura est construite toute en granit, une autre des richesses de la région. Fondée par les Romains, cette ville se développa au Moyen Age et accueillit avec bonheur le chemin de fer en 1930.

Elle s'étend autour de deux places : celle de la mairie et celle des trois églises : la cattedrale di San Pietro, l'oratoire de Santa Croce et celui del Rosario. A l'intérieur, une croix avec une échelle de chaque côté, destinées à descendre le christ de la croix, et des bras articulés qui permettaient de les mettre le long du corps pour le transport lors des processions. Nous verrons la croix encadrée d'échelles au moins une autre fois.

Nous sommes arrivés à Tempio Pausania dans une ville encore endormie, mais Luigi a fait ouvrir une boutique de liège ce qui a permis divers achats en cette matière, chapeaux, casquettes, boucles d'oreille,...

En déambulant dans les rues désertes, nous avons pu découvrir une intéressante expo-photo (temporaire?) sur les anciens métiers.

Après la pause technique capuccino, nous rembarquons direction Castelsardo via la vallée de la lune.

Et ce n'est pas fini...

En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.
En route vers l'ouest.

Voir les commentaires