Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

L'occitan au Telhan.

6 Novembre 2016, 18:52pm

Publié par Bernardoc

Depuis cinq ans se déroule au mois d'octobre (en débordant un peu avant et après) Mascaret, hestenau occitan de Bordèu. J'essaie chaque année de participer à au moins un événement de ce festival qui mêle dans différents lieux de la métropole (et même au-delà puisque cette année il y a eu une séquence à Cadilhac) expositions, concerts, bals, contes, cinéma,...Cette année, mon choix s'est porté sur une « Caminada gourmande » au Taillan, une ville voisine, dont j'avais vu une transformation apparaître : un panneau en occitan en dessous du panneau en français à l'entrée de la ville, à l'instar de ce qui existe en Bretagne ou en Euskadi, ou dans d'autres départements occitans (je pense, entre autres, à la Dordogne) qui n'ont pas honte de la langue qui fut pendant des siècles la langue de tous les jours.

Cette conférence, qui a attiré une quarantaine de personnes, était animée par Christian COULON (professeur émérite à Sciences Po). Il a commencé par nous affirmer que la cuisine gasconne n'existait pas avant le XX° siècle : il existait une cuisine paysanne, mais c'était une cuisine « pauvre ». Mais la poule au pot me direz-vous ? Eh bien, c'était en résistance à la cuisine italienne importée par les Médicis, et ce plat n'avait rien de véritablement gascon.

Autre fait intéressant : le magret, ce plat qui fait un tabac dans tous les restaurants, ne se développa qu'au début des années 1970, et c'est André DAGUIN, un cuisinier étoilé gersois qui initia ce mets dès 1959. Quand au foie gras...non, il n'est pas originaire de chez nous.

En revanche, le « grenier médocain » (estomac de porc) fut bien inventé par un charcutier de Lesparre et de St Estèphe ; mais le mystère demeure quant à son appellation.

Bien entendu on ne pouvait oublier la garbure, dont la recette nous fut lue en occitan et au début il s'agissait d'une soupe pauvre, avant que haricots, pommes de terre,...fussent importées.

Après la caminada, nous pûmes goûter celle qui avait été fabriquée le matin par l'atelier cuisine, avec d'autres spécialités, et nous terminons par les desserts présentés (les pastis).

Comme tout se termine par des chansons, je partis après « Se canto », non sans avoir acquis auparavant La fada multicarta de Micheu CHAPDUELH, dont un bon nombre de poèmes avaient été chantés par Joan-Pau VERDIER.

Et ce n'est pas fini...

L'occitan au Telhan.

Voir les commentaires

Honneur et mémoire.

5 Novembre 2016, 22:01pm

Publié par Bernardoc

Première réunion hier soir : la visite de clôture de l'exposition, à la maison des associations de Mérignac, consacrée aux 256 fusillés de Souge. Il y avait du monde, beaucoup de personnalités connues, beaucoup de camarades qui avaient mené la campagne avec moi lors des dernières départementales, résistants, familles et enfants de fusillés,...Chose assez surprenante, la visite a commencé à l'heure ! Bravo aux organisateurs. C'est Jean LAVIE qui conduisait la visite, s'arrêtant devant chacun des 21 panneaux de l'exposition pour expliquer au sénateur-maire l'intention qui avait conduit à la réalisation, et apportant des compléments d'information.

Après environ 45 minutes, place aux discours. D'abord quelques mot de Jo DUROU, vétéran et président de l'association, puis Jean qui remercia tous les présents, avec un mot sympa pour les élus qui avaient œuvré pour que les subventions soient suffisamment importantes afin de pouvoir réaliser cette exposition nécessaire pour entretenir le souvenir des martyrs, morts pour la France, quelles que soient leurs origines, parce qu'ils luttaient pour libérer notre pays du joug nazi.

La députée, puis le maire répondirent à ces discours en remerciant l'association de contribuer au devoir de mémoire et à l'éducation nécessaire à la construction de liens humains fraternels permettant de vivre ensemble.

Inutile de vous dire l'émotion qui régnait parmi les participants, dont certains étaient venus d'au-delà de l'eau.

Il est désormais trop tard pour voir cette exposition qui était restée visible pendant deux semaines, mais si certains sont intéressés, qu'ils me contactent, je peux les mettre en relation.

Quelques photos, mais qui ne donnent qu'une idée imparfaite, car je manquais de recul pour avoir le kakemono en entier.

Et ce n'est pas fini...

Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.
Honneur et mémoire.

Voir les commentaires

Centenaires.

4 Novembre 2016, 15:46pm

Publié par Bernardoc

La France comptera en 2070 13 fois plus de centenaires qu'aujourd'hui, tandis que la population âgée de 75 ans ou plus sera deux fois plus nombreuse, selon l'Insee publiées.

Si les tendances démographiques actuelles se prolongent, le nombre de centenaires atteindra 270.000 en 2070, comparé à 21.000 au 1er janvier 2016, ce qui était déjà près de 20 fois plus qu'en 1970.

Actuellement, la France est le pays européen qui compte le plus de centenaires, devant l'Espagne et l'Italie. En partie parce que c'est l'un des pays les plus peuplés, mais aussi parce que l'espérance de vie féminine y est élevée.

Cinq centenaires sur six sont des femmes, et parmi les "supercentenaires" (110 ans ou plus), il n'y a quasiment que des femmes. Près d'un centenaire sur deux vit à domicile, dont 29% habitent seuls. En 2070, près d'un centenaire sur trois serait un homme contre un sur six en 2016, car l'espérance de vie des hommes progresserait davantage d'ici là que celle des femmes.

La France comptera 76,5 millions d'habitants au 1er janvier 2070, une hausse de 10,7 millions par rapport à 2013 (date du dernier recensement) composée essentiellement de personnes de 65 ans ou plus. En particulier, la population âgée de 75 ans ou plus, avec 13,7 millions de personnes, sera deux fois plus nombreuse qu'en 2013.

Bon, en 2070 je serai mort, à moins que je ne me décide à concurrencer Jeanne CALMENT (ça me fera 121 ans). Et même si nous sommes programmés pour vivre jusqu'à 120 ans, je suppose que ça va mettre du temps à se réaliser. D'autant qu'avec le recul de l'âge de la retraite, organisé consécutivement par les gouvernements de droite et du parti socialiste, l'espérance de vie vient d'entamer une courbe inversée (la seule que notre actuel président aura réussi à inverser), c'est à dire que contrairement à ce qui se passait jusqu'alors depuis la Libération, les hommes voient la mort se rapprocher.

Mais restons optimistes : il me semble avoir déjà lu quelque part que lorsque j'aurai 100 ans (en 2049), nous serons 100 000 !

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

10 ans de mariage.

3 Novembre 2016, 15:29pm

Publié par Bernardoc

Cela ne nous concerne plus, mais c'est le titre de la pièce que nous sommes allés voir hier soir au Trianon (l'ancien cinéma Jean VIGO pour ceux qui auraient des doutes). Pourquoi ce choix ? Tout simplement parce que Rose avait gagné une place lors d'un tirage au sort, et je n'allais quand même pas la laisser y aller seule ! Nous fûmes accueillis par Stephan (à l'entrée) et Gilles (à la caisse), deux vieilles connaissances.

Cette comédie d'Alil VARDAR était mise en scène par Roger LOURET.

Deux personnages en scène donc, Alec et Lisa. Le premier, amant de la meilleure amie de sa femme, a choisi ce jour anniversaire pour lui annoncer sa volonté de divorcer.

C'est ensuite une succession de flash-back au cours desquels chacun vide son sac et où l'on assiste à différents épisodes depuis leur rencontre en boîte, jusqu'à ce dixième anniversaire, en passant par la phase de l'attente du bébé.

Les deux acteurs, Larra MENDY et Julien BOISSIER DESCOMBES semblaient visiblement prendre beaucoup de plaisir à être devant nous. Je me suis demandé si certains sourires de Larra étaient prévus au scénario ou révélaient simplement l'appréciation jubilatoire du jeu du partenaire.

On a vraiment pu apprécier la qualité du jeu des acteurs lors de la dernière scène, lorsqu'ils arrivèrent transformés en vieux, qui célébraient leurs 51 années de mariage, moment très émouvant, très longuement applaudis et pas seulement parce que c'était la fin de la pièce.

Spectacle divertissant à recommander donc (24 €).

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Communiqué de l'ADMD

2 Novembre 2016, 11:44am

Publié par Bernardoc

Ce 2 novembre 2016, c'est la 9ème Journée mondiale pour le droit de mourir dans la dignité, célébrée partout en France (plus d’une centaine de manifestations) et dans plusieurs pays (Italie, Mexique, Suisse, Allemagne, Espagne, Portugal…), et alors que les élections présidentielles sont dans 6 mois, l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité lance une grande campagne de communication pour réaffirmer le droit de chacun de choisir les conditions de sa propre fin de vie.

Cette campagne, virale (Twitter, Instagram, Périscope, Facebook…) et qui paraîtra dans l’édition du 2 novembre du journal 20 Minutes (4ème de couverture, inversée – édition Ile-de-France), accuse « la France, pays des Droits de l’Homme, de laisser mourir de faim et de soif les personnes en fin de vie ».
 
En effet, alors que François Hollande s’était engagé à légiférer en faveur d’un droit à une assistance médicalisée pour finir sa vie dans la dignité, c’est à Jean Leonetti qu’il a confié le soin de mettre sous forme de loi ce qui existait depuis 2010 sous forme de décret, c'est-à-dire la sédation, la terrible mort par dénutrition et par déshydratation. La loi du 2 février 2016 n’ouvre ainsi aucun droit supplémentaire et ne permet toujours pas de mourir dignement lorsque la vie n’est plus que de la survie.
 
Jean-Luc Romero, président de l’ADMD, rappelle que l’association porte depuis 36 ans la même revendication en faveur de la légalisation de l’aide active à mourir (euthanasie et suicide assisté) et de l’accès universel aux soins palliatifs.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Toussaint

1 Novembre 2016, 14:34pm

Publié par Bernardoc

Texte légèrement remanié de planet.fr

Les jours fériés en France sont au nombre de 11 dans le calendrier. Religieux ou historiques, chacun est destiné à une célébration bien précise.

Le 1er novembre est directement lié à la fête de la Toussaint. Cette fête catholique, serait hypothétiquement liée à la fête des Lémures – spectres errants et malfaisants – de la Rome païenne, mais un lien a également été établi avec la fête des morts celtique Samain.

La fête précède d’un jour la Commémoration des fidèles défunts, ou Commémoration des morts, le 2 novembre, date à laquelle les fidèles viennent se recueillir sur les tombes de leurs aimés disparus. Cependant, l’établissement du 1er novembre comme jour férié a progressivement créé l’amalgame entre les deux fêtes, le recueillement se faisant souvent à l’occasion du jour férié. Ainsi les fidèles célèbrent-ils souvent leurs morts à cette date plutôt qu’à celle mentionnée dans la Bible.

Les jours fériés en danger ?

A la suite de la canicule meurtrière de l’été 2003, le gouvernement Raffarin vota une loi instituant la Journée de solidarité envers les personnes âgées, stipulant que le lundi de pentecôte, bien que restant un jour férié, ne serait plus chômé. La mesure, qualifiée de degré 0 de l'économie par ATTAC à l'époque, perdurera de 2004 à 2008.

En effet, il semble que, d’une manière générale, les jours fériés ne soient pas les amis des politiciens, qui, comme chacun le sait, « travaillent » beaucoup plus que les enseignants qui, eux, ne travaillent que six mois par an ! En témoigne le débat qui, chaque année, fait rage à l’occasion des nombreux jours fériés du mois de mai. Faut-il, ou non, dans ce contexte de crise, supprimer certains de ces jours de fête ? La question divise, d’autant plus que les économistes estiment que la croissance n’en serait que peu relancée.

Pour mémoire, rappelons que le 5 mars est férié dans cette partie de la France, laïque, une et indivisible, je veux parler de la Polynésie dite « française » : on y célèbre en effet l'arrivée de l'évangile à Tahiti.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

A Gentioux, le 11 Novembre 2016 à 11H30

31 Octobre 2016, 15:21pm

Publié par Bernardoc

Rassemblement national

pour la réhabilitation collective

des 639 Fusillés pour l’exemple

de 1914-1918 !

 Durant la Première Guerre Mondiale (1914-1918), en quatre ans de conflit, 195 000 soldats dont 35 000 officiers eurent affaire à la justice militaire. 2 500 furent condamnés à mort pour désobéissance, 639 furent fauchés par des balles françaises par les pelotons d’exécution pour l’exemple, les os de milliers d’autres ont blanchi dans les bagnes d’Afrique du Nord. A cela s’ajoutent les exécutions sommaires d’hommes abattus par des brutes galonnées assoiffées de sang.

Dès septembre 1914, des voix s’élevèrent pour condamner ces assassinats « légaux » et réclamèrent la réouverture des procès. Les protestations ne cessèrent de prendre de l’ampleur, sous la pression de l’opinion publique, notamment à l’initiative du député de l’Aube Paul Meunier, les Conseils de guerre « spéciaux » cessèrent d’exister à partir de 1916.

Mais la machine à tuer continua de fonctionner particulièrement pour réprimer les mutineries de 1917. La hiérarchie militaire n’avait pas eu son compte de sang. Une quarantaine de Fusillés pour l’exemple furent réhabilités jusque dans les années 1930. Il en reste 600 dont l’honneur n’a pas été rétabli. La Justice humaine exige que les 639 Fusillés pour l’exemple soient réhabilités collectivement par une démarche de la République. Ils avaient le droit de dire NON à la guerre et aux massacres.

C’est ce droit de dire NON à l’horreur que la Libre Pensée et tous ceux qui combattent avec elle – le Mouvement de la Paix, l’Association Républicaine des Anciens Combattants, l’Union Pacifiste de France, de nombreuses sections de la Ligue des Droits de l’Homme - veulent voir reconnu par l’acte solennel et symbolique de réhabilitation collective des 639 Fusillés pour l’exemple.

Le 11 novembre 2016 nous serons à l’exacte mi-temps du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Ce 11 novembre sera aussi le dernier avant les élections présidentielles et législatives de 2017. La Libre Pensée entend se rappeler aux bons souvenirs de tous ceux qui se sont reniés et/ou qui n’ont pas voulu aller jusqu’au bout du chemin de Justice que l’honneur commande à la République : Réhabilitation collective des 639 Fusillés pour l’exemple !

Le rassemblement national à Gentioux dans la Creuse – où, depuis 1988 sans discontinuer, à l’initiative de la Libre Pensée, des centaines de pacifistes, d’antimilitaristes, de libres penseurs, de laïques et d’humanistes se rassemblent chaque 11 novembre - sera le prélude d’un autre, au cours du 2éme Trimestre 2017 sur la ligne de front, près du chemin des Dames à Roucy dans l’Aisne, où six soldats furent fusillés pour l’exemple. Nous y célébrerons les mutineries de 1917 qui furent le sursaut des révoltes pacifistes et internationalistes de milliers de soldats qui refusaient de mourir pour des intérêts qui n’étaient pas les leurs.

Bien entendu, cela sera aussi l’occasion de rendre hommage aux soldats russes de la première brigade, qui se sont mutinés durant l’été 1917, dans le camp militaire de la Courtine, à quelques kilomètres de Gentioux, en constituant leur soviet. La Fédération de la Creuse de la Libre Pensée est d’ailleurs à l’origine de l’érection d’un monument à la Courtine, dont elle est propriétaire, qui rappelle cet évènement historique.

Dans le contexte de ce rassemblement, la Libre Pensée amplifiera le mouvement profond que vient de tout le pays pour la réhabilitation collective et qui compte déjà : 31 Conseils généraux, 6 Conseils régionaux, 2 000 Communes.

Un sondage réalisé pour le compte du journal l’Humanité a montré que 75% des citoyens exigeaient que Justice soit rendue aux Fusillés et à leurs familles.

Nous érigerons un monument sur la ligne de front qui rendra hommage, honneur et justice aux 639 Fusillés pour l’exemple de 1914-1918.

  • La République réhabilitera les Fusillés !

  • Nous sommes la République !

    Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Nettoyage d'automne.

30 Octobre 2016, 08:30am

Publié par Bernardoc

Lorsque nous avions acheté notre maison, elle apparaissait comme possédant un jardin luxuriant. De fait trente ans plus tôt, lors de sa construction, le propriétaire avait planté force arbres, en ne pensant pas qu'ils allaient pousser et occuper tant de place.

Lors de la première AG du lotissement, des voisins qui allaient partir me suggéraient de couper un arbre car ils avaient peur qu'en cas de tempête il tombe sur leur toit. Je les avais rassurés en disant qu'il était doublement haubané. Nous étions cependant régulièrement démarchés par des gens qui voulaient élaguer nos arbres.

Et puis Guy, le frère de Rose, dont la connaissance des arbres (entre autres) était le métier nous a avertis du danger que représentait cet arbre, blessé par l'acier qui l'encerclait. Décision fut donc prise de le faire abattre, lui et deux autres, l'un qui était en train de mourir peu à peu et l'autre, piquant, qui prenait chaque jour davantage de volume.

Voilà, c'est fait ; nous aurons du bois pour l'hiver prochain. Et ci-dessous un reportage photo : avant, pendant et après : on voit la différence !

Et ce n'est pas fini...

Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.
Nettoyage d'automne.

Voir les commentaires

SECURITÉ SOCIALE : UN ÉQUILIBRE EN TROMPE-L’OEIL !

29 Octobre 2016, 15:47pm

Publié par Bernardoc

Communiqué de l’Union confédérale des retraités CGT

Selon le gouvernement, le PLFSS 2017 devrait permettre un quasi retour à l’équilibre des comptes sociaux. Le déficit 2016 serait en réelle diminution pour 2016 pour être ramené à 3,4 milliards d’euros.

Tout d’abord, la ministre de la Santé omet de dire qu’elle n’inclut pas le déficit du fonds de solidarité vieillesse (FSV) de – 3,8 milliards d’euros, autre composante de la Sécu qui verse les cotisations retraites des chômeurs et le minimum vieillesse.

L’analyse des comptes montre que ce retour à l’équilibre résulte avant tout de mesures d’économies altérant notre système de santé et des ‘‘efforts’’ réalisés depuis plusieurs années par les citoyens et notamment les retraités.

L’excédent de 1,5 milliard d’euros de la branche vieillesse résulte des réformes des retraites successives dont la réforme Sarkozy de 2010 reculant l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans, ainsi que l’allongement de la durée de cotisations décidée par la réforme de 2014.

Même constat pour la branche accidents du travail-maladies professionnelles excédentaire de 700 millions d’euros, alors que toutes les analyses épidémiologiques, sociologiques montrent une explosion des maladies professionnelles. Cette situation tient surtout à ce que les entreprises rechignent à déclarer les accidents du travail et les maladies professionnelles. D’autre part, de nombreux cancers professionnels sont pris en charge par l’assurance maladie.

Le retour à l’équilibre de la branche famille s’explique par la modulation des allocations familiales remettant en cause l’universalité du système et par le transfert au budget de l’État des allocations logement et notamment de l’APL.

L’amélioration la plus spectaculaire est attendue du côté de l’assurance maladie avec un déficit réduit à 2,6 milliards d’euros en dépit de l’accroissement des dépenses liées notamment au vieillissement de la population.

Le gouvernement a obtenu la maîtrise des dépenses de santé en mettant l’hôpital public à sec sur le dos de la qualité des soins. Les mesures prises ces dernières années n’ont fait que désorganiser l’accès aux soins, sans parler des dépassements d’honoraires, des fermetures de services et d’hôpitaux. Les services d’urgence des hôpitaux ‘‘craquent de partout’’ par manque de moyens, entraînant des délais d’attente démesurés.

Aujourd’hui, 36 % de la population doit renoncer à un ou plusieurs soins de santé pour raison financière, et plus particulièrement au niveau des soins auditifs, dentaires, ophtalmologiques, touchant principalement les retraités et personnes âgées.

C’est dans ce contexte de rétablissement des comptes publics à la compétitivité sur le dos de la réponse aux besoins sociaux qu’est proposé le plan de financement de la Sécu pour 2017. Pour revenir à l’équilibre des comptes, le gouvernement prévoit 4,1 milliards d’économies pour l’assurance maladie.

L’objectif de l’ONDAM (Objectif national de dépenses de l’assurance maladie), s’il passe de 1,75 % à 2,1 % pour notamment financer les mesures octroyées aux médecins dans le cadre de la convention qui les lient à la CNAM, reste très insuffisant par rapport aux besoins de santé. À noter que le PLFSS a opéré une ponction de 235 millions d’euros sur la Caisse nationale de financement de l’autonomie pour assurer le respect de l’ONDAM 2016.

Les franchises, forfaits, pénalités, les déremboursements et dépassements d’honoraires sont toujours maintenus, voire encouragés, et ils ne font que participer à l’augmentation des restes à charge et aux renoncements aux soins.

Ce PLFSS 2017 conforte la désorganisation de notre système de santé par le transfert d’activités et de moyens du service public hospitalier au profit des professionnels de santé libéraux. Il participe à la mise en oeuvre de la loi de modernisation du système de santé et de la recomposition des établissements publics de santé, de leur regroupement en GTH et suppression de lits et de places. Il faut rompre avec une approche comptable de gestion de la Sécurité sociale.

Nous avons besoin d’une autre ambition : la reconquête de la Sécurité sociale tant en matière d’assurance maladie, de retraite, de famille, de perte d’autonomie que de financement. Cela passe notamment par d’autres orientations en matière de financement de la Sécurité sociale, en remettant en cause le dogme de la baisse du ‘‘coût du travail’’ et en mettant à contribution les revenus financiers des entreprises.

Pour gagner, face à ces enjeux, nous devons amplifier la mobilisation autour de l’exigence d’un autre financement de la Sécurité sociale à partir des richesses créées dans les entreprises.

Pour cela, l’UCR-Cgt appelle l’ensemble des retraités à participer massivement aux rassemblements et initiatives d’action dans les départements le 8 novembre, à l’appel des fédérations des Organismes sociaux et de la Santé et Action sociale.

Montreuil, le 26 octobre 2016

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Le compteur LINKY fait toujours parler.

28 Octobre 2016, 09:27am

Publié par Bernardoc

Je ne suis pas sûr que ce soit en bien comme La Dépêche du Midi nous le confirme.
Et à part ça Enedis continue d'attaquer les courageuses cités qui ont eu l'outrecuidance de les refuser.

Et ce n'est pas fini...

Le compteur LINKY fait toujours parler.

Voir les commentaires