Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

LIBERTÉS, SALAIRES, EMPLOIS, ASSEZ de RÉGRESSION !

26 Janvier 2022, 09:46am

Publié par Bernardoc

L’URGENCE est SOCIALE
Le GOUVERNEMENT doit RÉPONDRE aux REVENDICATIONS !

Le gouvernement poursuit sa politique libérale notamment contre les services publics avec pour ne citer que cela, la casse de l’hôpital, de l’École et de la justice en supprimant des lits, des postes, des moyens. Il provoque la légitime explosion de colère de l’Éducation nationale et des parents !

 Il aggrave les mesures liberticides et autoritaires. Il répond par la répression, comme en Guadeloupe, face à la mobilisation pour de légitimes revendications.
Ce gouvernement et le patronat méprisent les salariés, les agents, les précaires, les privés d’emplois et les retraités en refusant une augmentation significative des salaires dont le SMIC, des pensions et allocations. Ils dérogent au droit du travail et aux statuts tout en déversant des centaines de milliards d’argent public en abreuvant le monde de la finance via des dividendes qui s’envolent aux actionnaires.

INACCEPTABLE !
 

Sans augmentation importante du point d’indice et du SMIC, alors que l’inflation repart, il n’y aura aucune avancée probante pour les agents et salariés dont les mínima de branches sont actuellement en dessous du salaire de base minimum.

Les organisations CGT, FO, FSU, Solidaires, Fidl, MNL, Unef et UNL appellent, au plan national et dans l’unité, à la mobilisation ce 27 janvier. Elles contestent dans le même temps que le gouvernement ait maintenu sa réforme de l’assurance chômage qui aura pour conséquence d’enfermer de trop nombreux salariés dans la pauvreté, des emplois à faible salaire, à temps partiel ou en CDD.

Les retraités très massivement mobilisés attendent toujours une réponse pour une augmentation immédiate de leur pension, retraite de base et retraite complémentaire, dont la dernière revalorisation a été plafonnée à un niveau très inférieur à l’inflation.

La jeunesse est confrontée à une grande précarité de vie et de travail, à la pauvreté accentuée par la crise sanitaire, économique et sociale. Elle doit alors obtenir une réponse à l’encontre des contre-réformes décidées encore par ce gouvernement.

Jeudi 27 janvier 2022
GRÈVE et MANIFESTATION interprofessionnelle
BORDEAUX − 11h30 − Place de la République

 

Augmentation immédiate et significative des salaires, des pensions, des minimas sociaux et allocations pour tous.

 ➔Fin des fermetures de services, des suppressions d’emplois, du démantèlement et des privatisations dans l’ensemble des services publics et la Fonction Publique. Ouverture de lits d’hôpitaux nécessaires pour faire face à l’urgence sanitaire, à commencer par rouvrir les 5 700 fermés en 2021.
➔Fin de l’état d’urgence, des lois liberticides et des pouvoirs d’exception.

Les Unions Départementales de Gironde CGT et FO, la FSU et Solidaires 33 appellent l’ensemble des salariés du public et du privé, la jeunesse étudiante à se réunir dans toutes les entreprises, tous les services et tous les établissements pour discuter des revendications et organiser la mobilisation et la grève pour les faire aboutir !

TOUTES ET TOUS ENSEMBLE, MOBILISONS NOUS

 Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

En grève le 27 pour un plan d'urgence, nos conditions de travail et nos salaires !

25 Janvier 2022, 09:34am

Publié par Bernardoc

Contre la politique de Macron-Blanquer !

La colère est toujours là, et aucune des "réponses" apportées par Castex le 13 janvier au soir n'est à la hauteur : on ne peut se contenter de masques que nous réclamions et qui auraient dû nous équiper dès le début de la pandémie, de postes de précaires là où des embauches massives de personnels titulaires s’imposait, pas plus que nous ne pouvons croire à la contrition d’un ministre en vacances à Ibiza la veille de le rentrée scolaire.
La rencontre avec le duo Castex Blanquer nous le prouve, le dialogue dit social ne fait que nous enfermer dans des logiques qui ne servent pas nos intérêts.
Ce 27 janvier, nous devons continuer de nous mobiliser massivement pour dire que ce ne sont pas des miettes que nous voulons, mais qu’il s’agit pour nous d’exiger :

  • un recrutement massif d’enseignants pour faire notamment baisser de manière durable les effectifs dans les classes, non seulement pendant la crise sanitaire mais bien évidemment au-delà.

  • un recrutement sous statut de la fonction publique, à commencer par la titularisation de tous les précaires sans conditions, AESH et AED, avec une véritable formation et des temps complets.

  •  un plan de construction de locaux scolaires, et en attendant une réquisition des locaux pour pouvoir faire réellement des dédoublements.
    - des moyens de protection gratuits et efficaces (tels qu’ils sont reconnus par le code du travail) pour tous les élèves et les personnels.
    - une augmentation de salaire, avec un minimum de 400 euros pour tous les personnels de l'éducation, mais que nous devons étendre à tous les salariés pour mettre un coup d'arrêt à l'appauvrissement de la population, dont nous voyons les conséquences au quotidien sur les enfants et un dégel immédiat du point d’indice.

  •  un arrêt de toutes les politiques sanitaires répressives, comme le Passe vaccinal, qui ne servent qu'à dissimuler les responsabilités des gouvernements dans la casse de la santé et éviter l’implosion d’un hôpital exsangue avec 100 000 suppressions de lits d'hôpitaux qui ont continué pendant l'épidémie. 5700 pour la seule année passée.
    La propagande qui prétend que tout cela serait impossible est contredite par les faits. Un rapport d'OXFAM vient de révéler que les principales fortunes du pays ont plus gagné en 19 mois de pandémie que dans les 10 années précédentes. De mars 2020 à octobre 2021 les richesses des grandes fortunes françaises ont augmenté de 86%, soit un gain de 236 milliards d’euros ! Elles avaient déjà progressé de 231 milliards d’€ entre 2009 et 2019. Les 5 premières fortunes du pays ont doublé leurs richesses depuis le début de la pandémie : elles ont gagné 173 milliards d’euros. Ces 5 principaux milliardaires français possèdent désormais autant que les 40% les plus pauvres en France .

    Tous les gouvernements ont mis en œuvre la politique du "quoi qu'il en coûte" qui a enrichi les multinationales et les groupes financiers...Et ils laissent entendre maintenant que les travailleurs devront rembourser ces dizaines de milliards. Le monde d'après qu'ils nous préparent, c'est rembourser la dette, casser nos droits sociaux, nous appauvrir en gelant les salaires face à l'inflation, casser davantage encore les retraites et les droits des chômeurs.

    Alors de l’argent, il y en a, pour satisfaire nos besoins et pour répondre à nos revendications !

     Tous ensemble, le 27 janvier ! Ce sera l’occasion de nous retrouver en interpro dans tous les secteurs du privé et du public, de faire convergence puisque nous sommes soumis aux mêmes logiques d’austérité, d’attaques sur nos droits, et d’accaparation des richesses produites par les travailleurs au profit d’une poignée de capitalistes !
    Cette journée ne peut être utile que si elle prépare une suite, avec l'objectif clair de faire plier le gouvernement pour lui imposer nos exigences.
    Secteurs par secteurs, divisés, nous ne pouvons pas gagner. Il s'agit bien de construire un mouvement d'ensemble.

    Pour le 27, il s'agit bien de compter sur nos propres forces, en discutant dans les établissements, en participant à toutes les initiatives qui permettent d'avancer vers un mouvement d'ensemble, en interpro, d'initier des assemblées pour décider des suites que nous voulons donner.


Jeudi 27 janvier en grève et en manifestation !
Bordeaux - 11h30 - Place de la République à Bordeaux.


Après la manifestation, la CGT Educ’action et la CGT Enseignement privé, appellent à participer à l'AG départementale que nous voulons aussi interpro., vers 14h/14h30 à la Bourse du travail.

CGT Éduc’Action33 : Bourse du travail, Bureau 101, 44 Cours Aristide Briand 33000 BORDEAUX Tel : 05 56 91 80 54

 Courrier électronique : cgteducaction33@gmail.com

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

La roue de l’infortune condamne chaque jour davantage les retraités

24 Janvier 2022, 14:43pm

Publié par Bernardoc

En cause la politique criminelle de santé de Macron :

u À cause du chaos sanitaire actuel.

u À cause de l’abandon de soins vitaux par manque ou absence de couverture complémentaire lors des soins urgents à l’hôpital (forfait urgence).
u À cause de la suppression de lits à l’hôpital – Macron en a fermé plus de 17600 en 4 ans !

u À cause de la déprogrammation d’opérations essentielles en chaine.
u À cause de la suppression de personnels soignants dans les services et d’un recrutement inférieur aux besoins.

En cause sa politique économique discriminatoire

À cause d’une augmentation des prix non régulés avec notamment les mutuelles +8 %,
la prévoyance +10 %, les carburants +19,6 %, l’énergie +14,3 %, les légumes frais +11,3 %, les fruits +4,2 %..., soit 5% pour les dépenses qui représentent jusqu’à 75 % du budget des ménages populaires, c’est-à-dire celles liées au logement, l’alimentation, l’habillement textile cuir, les frais de transport.
u À cause d’une très nette sous-indexation des pensions face à l’inflation.
u À cause de la baisse des cotisations sociales qui induit à terme mécaniquement la suppression de la solidarité intergénérationnelle.
u À cause du détournement de la richesse produite en France au seul profit des 500 plus grandes fortunes (300 milliards d’euros en 2021!).


Jeudi 27 janvier avec L’usr cgt 33
11h30 pLace de la RépubLique – Bordeaux


Je manifeste :

l Pour une autre répartition des richesses,

l Pour de meilleures conditions de vie,

l Pour la revalorisation des pensions,

l Pour la défense des services publics (Santé, Éducation, Énergie, Transports, Communication, Culture...),

l Pour une Sécurité Sociale financée par les cotisations sociales et pour préserver les prestations de l’Assurance Maladie, (Allocations Familiales, Retraites, Dépendance, Assurance Chômage)

 

AVEC MACRON
ÇA NE VA PAS SI MAL POUR LES RICHES DANS CE PAYS :


Le patrimoine des plus grandes fortunes françaises a bondi de 439% en 10 ans !

Et la fortune des 500 plus riches de France a augmenté de 30 % pendant la crise.

La France compte 42 milliardaires, c’est 4 fois plus qu’avant la crise financière de 2008, ils n’ont pas souffert de la crise au quotidien et 9 mois ont suffi aux milliardaires français pour retrouver leur niveau de richesse d’avant la pandémie. Champagne !

Face à l’impôt les riches s’enrichissent, grâce à la suppression de l’ISF et la mise en place de la « flat tax » (baisse des prélèvements obligatoires des entreprises). Pendant que 20% des Français-es les plus pauvres ont vu leur épargne fondre de près de 2 milliards d’euros au cours du premier confinement, les 20% les plus riches voyaient leur fortune augmenter de plus de 30 milliards d’euros soit 79 % du gain total de niveau de vie induit par ces deux mesures fiscales.

Quand ça veut, ça veut ! Sur les 14 milliards d’euros de niches fiscales dédiées aux particuliers, 9 % de contribuables les plus riches captent 7 milliards d’euros, et la moitié du montant de crédit d’impôt d’aide à la personne profite aux 10% les plus riches. Alors que plus de 7 millions
de personnes ont désormais besoin d’aide alimentaire, (soit 10% de la population française), millions de personnes supplémentaires sont en situation de vulnérabilité à cause de la crise.

Haro sur les profits, de Sarkozy à Macron, les versements aux actionnaires du CAC 40 ont augmenté de 70%, la rémunération des PDG du CAC 40 de 60%, alors que le SMIC n’a seulement augmenté que de 12% sur la même période. Fixé au 1/10/ 2021 à 10,48€ brut/h, soit 1258,25€ net/mois), il a bondi à 10,57 € brut/h. au 1/01/ 2022 soit 1269€ net/mois
pour 151,67 h., à peine + 0,9%, nettement en dessous de l’inflation (2,8%).

Dans les transports, ils gagnent encore !

Les déplacements en voiture, y compris les déplacements contraints, sont soumis à la taxe carbone, les déplacements en avion ne le sont pas ! Le secteur aérien ne paie aucune taxe carbone sur le kérosène qu’il consomme, contrairement aux autres carburants routiers et représente un manque à gagner pour l’Etat de 3,6 milliards d’euros. Les déplacements en avion sont un mode de transport essentiellement utilisé par les plus riches. Un vol sur dix au départ de la France est un jet privé dont le propriétaire dispose en moyenne d’une fortune de 1,3 milliards d’euros, et son recours à l’avion a augmenté depuis la pandémie (sans doute pour n’être pas contaminé et respecter la distanciation !). Les déplacements en avion représentent une empreinte carbone moyenne de plus de 22 tonnes chez les 1% des européens les plus riches, contre moins de 0,5 tonne pour les 50% les plus pauvres qui circulent le plus souvent à pieds, métro ou tram...

Et pour les biens nantis, la santé ne coûte pas...un bras !

Les 10% les plus précaires consacrent une part deux fois plus importante de leur revenu à l’achat d’une complémentaire santé que les 10% les plus riches.

Les plus grandes fortunes prospèrent, les plus pauvres en paient le prix, et ça c’est à cause de qui ? EMMANUEL MACRON !

Et ce n'est pas fini...
 

Voir les commentaires

Séquence nostalgie.

23 Janvier 2022, 10:52am

Publié par Bernardoc

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Vache à lait ?

22 Janvier 2022, 17:27pm

Publié par Bernardoc

« A quoi correspond la somme de 500 000 euros facturée par le cabinet de conseil McKinsey à l'Education nationale ?

A l'organisation d'un "séminaire" pour "réfléchir aux grandes tendances des évolutions du secteur de l'enseignement".

Le colloque a finalement été annulé en raison du Covid. »

in franceinfo

 

Encore des privés qui viennent se nourrir sur le dos du mammouth ! Comme s'il n'y avait pas assez de chercheurs et d'acteurs du service public pour « réfléchir». Même si je n'ai qu'une estime très modérée pour la Cour des Comptes, j'espère qu'elle se penchera la-dessus.

Mais il y a des décennies que le privé envahit l'education nationale. J'ai découvert cela lorsque Principal-adjoint, j'ai souhaité utiliser un logiciel pour m'aider à fabriquer les emplois du temps (après les avoir faits à la main pendant trois ans). Eh bien, le ministère n'a pas ça en magasin, il faut donc s'adresser à un concepteur, et payer chaque année pour la mise à jour. A mon époque on ne nous demandait pas de lancer un appel d'offres, même s'il y avait au moins deux fabricants de ce type de logiciels.

Depuis que j'ai pris ma retraite, est apparu « Pronote », qui, d'après ce que j'ai compris, regroupe tout un tas de données. Je pensais que c'était une innovation du ministère, jusqu'à ce que j'entende de la publicité pour cet outil à la radio. Donc, là encore, officine privée qui traite des données confidentielles. Un exemple : une élève n'est pas en classe, elle est notée « absente », ce qui peut être vérifié immédiatement à distance par les parents. Seulement voilà : elle était chez l'assistante sociale pour révéler qu'elle était victime d'inceste. Que va-t-elle dire à ses parents le soir pour expliquer son « absence » à une heure de cours ?

Quels gestes barrières le ministère peut-il mettre en place pour protéger les élèves ? Quel est son poids par rapport à ces géants du net ?

Quelqu'un peut-il m'éclairer ? N'ai-je pas tout compris ?

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Sortir du silence​.

21 Janvier 2022, 10:04am

Publié par Bernardoc

La Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) poursuit son travail d’écoute auprès des victimes. Elle lance un appel à témoignages ciblé, à destination des victimes de violences sexuelles au sein d’une institution. Des adultes ayant été victimes, quand ils étaient enfants, d’un entraîneur dans un club de basket, d’un éducateur dans un foyer d’accueil, d’un instituteur à l’école… Ou d’un autre enfant dans ces lieux.

Parmi les 8 200 témoignages que la Ciivise a déjà reçus par mail, téléphone, voie postale, ou lors de réunions publiques, 80 % concernent des violences sexuelles incestueuses. Mais, après avoir décortiqué les 3 800 premiers questionnaires, la commission sait aussi que 10 % des témoignages concernent des violences sexuelles ayant eu lieu dans des institutions : école, colonie ou camps de vacances, clubs de sport, activités culturelles ou artistiques, religions, établissements d’accueil d’enfants handicapés, internat ou externat. Parmi ces victimes, qui avaient en moyenne 10 ans au moment des faits, sept sur dix sont des femmes. Elles ont subi (dans huit cas sur dix) des attouchements du sexe, des seins ou des fesses. Les violences se sont produites au sein de l’établissement scolaire (trois cas sur dix), au sein de l’institution religieuse (deux à trois cas sur dix) ou dans le cadre d’une colonie de vacances (deux cas sur dix). Plus de six victimes sur dix ont parlé plus de dix années après les faits.

La Ciivise est là pour écouter​, rappelle-t-elle. Les témoignages permettront de lutter contre l’impunité des agresseurs et de mieux protéger les enfants d’aujourd’hui et de demain​.

Pour témoigner : par téléphone : 0 805 802 804 en métropole et 0 800 100 811 en outre-mer. Par mail : temoignages@ciivise.fr ou par courrier postal : Civise, 14, avenue Duquesne, 75007 Paris. Un questionnaire peut aussi être rempli sur le site : ciivise.fr

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Le classement LinkedIn des métiers en croissance

20 Janvier 2022, 15:32pm

Publié par Bernardoc

1. Responsable des opérations commerciales

Sa mission: Le responsable des opérations commerciales a pour mission d’optimiser les processus et outils de vente (base de données clients, logiciel CRM…) afin de faciliter le travail des commerciaux.

2. Responsable du développement

Sa mission: Le responsable du développement définit et exécute la stratégie commerciale de l’entreprise. Son rôle est notamment de détecter les nouvelles opportunités du marché.

3. Assistant facturation

Sa mission: Généralement intégré au service comptabilité, l’assistant facturation gère l’ensemble des entrées financières de l’entreprise (émission des factures, suivi des paiements, relances…).

4. Conseiller clientèle

Sa mission: Dans la banque et l’assurance, le conseiller clientèle développe et gère un portefeuille de clients à qui il propose des produits et services financiers.

5. Ingénieur en fiabilité de site

Sa mission: L’ingénieur en fiabilité de site s’assure de la stabilité et de la bonne performance d’une solution IT (application, site…). Il peut intervenir à la fois sur la partie matérielle et logicielle du produit.

6. Conseiller en insertion professionnelle

Sa mission: Dans des missions locales, des services municipaux ou des associations, le conseiller en insertion professionnelle aide les personnes éloignées de l’emploi à s’insérer sur le marché du travail.

7. Consultant en télécommunications

Sa mission: Le consultant en télécommunications accompagne des entreprises privées ou des collectivités dans la mise en place et la sécurisation de leur infrastructure télécom.

8. Responsable de compte

Sa mission: Le responsable de compte est chargé d'un ou plusieurs clients stratégiques pour son entreprise. Interlocuteur privilégié de ses clients, il s’assure de leur satisfaction et de leur fidélité.

9. Chargé de recrutement

Sa mission: Le chargé de recrutement met en pratique la politique de recrutement définie par la direction des ressources humaines. Il joue notamment un rôle essentiel dans la rédaction des offres d’emploi, le tri des candidatures, et les premiers entretiens.

10. Responsable douane

Sa mission: Le responsable douane assure le respect des obligations douanières de son entreprise. Ses missions incluent la veille réglementaire douanière ou encore la gestion des relations avec l’administration des douanes, notamment dans le cadre des contentieux.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Lettre ouverte au Président de la République

19 Janvier 2022, 09:33am

Publié par Bernardoc

Paris, le 17 janvier 2022

 

Monsieur le Président de la République,

Nous venons de franchir le seuil de l’année 2022, la dernière de votre mandat. Il y a bientôt 5 ans, vous preniez un engagement en qualité de candidat (lettre du 18 mars 2017) : « Je protégerai le pouvoir d’achat des personnes retraitées. Nous ne toucherons pas au niveau des pensions ». Force est de constater qu’une fois élu, vous avez emboîté le pas de vos prédécesseurs en accélérant la cadence !

Hausse de 25% de la CSG, gel de la revalorisation des pensions deux années de suite puis sous indexations manifestes particulièrement pour 2021 à un moment où l’inflation galopante affecte durement et durablement des produits de base comme l’énergie, l’alimentation, les transports,...qui
correspondent à des dépenses contraintes. Les pensions sont ainsi en retard sur l’évolution des prix et plus encore sur celle des salaires et ce alors que les profits des plus riches augmentent. Nous n’oublions pas les propos de membres de votre gouvernement contre les personnes retraitées jugées nanties à 2 000 € mensuels les mesures touchant au montant des APL.

Pourtant, dans notre pays, plus de 5 millions de personnes retraitées connaissent des difficultés monétaires, et plus d’un million d’entre elles se situent sous le seuil de pauvreté et depuis 2014, le pouvoir d’achat des retraités a fortement diminué, de près d'un mois de pension par an ! La pandémie a révélé les failles de notre système de santé (résultat de politiques régressives successives) qui ont eu des conséquences fatales pour nombre de personnes âgées privées des soins hospitaliers requis. Nous ne voyons pas les améliorations promises en lits, personnels et matériels ; c’est même à des nouveaux reculs que nous assistons. Ce recul ne se manifeste pas seulement dans la santé mais dans tous les Services Publics. Fermeture systématique des services de proximité et fracture numérique ont pour résultat l’isolement et la solitude des retraités et personnes âgées. S’il est pourtant un domaine à renforcer, c’est bien le Service public notamment de santé à même de prendre en charge, en proximité, les besoins des populations.
L’abandon de la loi « Grand âge et Autonomie » que votre gouvernement présentait comme une des « mesures phares » de votre quinquennat, confirme le peu d’intérêt que vous portez aux personnes âgées. L’urgence est pourtant, là encore, reconnue par l’expertise d’organismes officiels. Les manques en personnels, en établissement comme à domicile et les restes à charge insupportables continueront de plonger des personnes âgées et leur famille dans la détresse. Les personnels et l’encadrement dénoncent régulièrement cette situation. C’est indigne d’un pays qui refuse aux plus fragiles ce qu’il accorde généreusement aux plus fortunés pour accroître leur richesse. Il s’agit au contraire de promulguer une loi ambitieuse, à la hauteur des demandes et des attentes.

Dans votre lettre du 18 mars 2017, vous vous engagiez à « valoriser [le] rôle indispensable [des retraités] dans la société » mais vous avez toujours refusé de nous recevoir et vous n’avez jamais eu le moindre mot contre les scandaleuses campagnes de « stigmatisation contre les vieux ». L’absence de ministère dédié est la preuve du mépris vis-à-vis des 17 millions de personnes retraitées que nous représentons.

En 2021, la réponse des personnes retraitées a été claire : à l’appel de nos organisations, elles ont manifesté, en dépit de la pandémie, à trois reprises : le 31 mars, le 1er octobre et le 2 décembre où 25 000 personnes dans la rue à Paris ont exprimé colère et revendications. Les alertes de nos organisations ont été nombreuses auprès des Préfectures, des élus, des ARS et dans les quelques lieux de représentation où nous siégeons, CDCA et HCFEA...
Aujourd’hui, en janvier 2022, nos organisations continuent d’exiger la suppression de l’augmentation de la CSG pour toutes les pensions, leur indexation sur l’évolution des salaires, le rattrapage des pertes de pouvoir d’achat enregistrées depuis 2014 et l'attribution des pensions
de réversion sans conditions de ressources ni d'âge. La retraite est un droit lié au statut d’ex salarié, ce n’est pas une prestation sociale. Les personnes retraitées n’attendent pas de la compassion mais une vraie justice sociale permettant de vivre dignement.


Pour les neuf organisations de retraités :


Marc Bastide (UCR-CGT)

Didier Hotte (UCR-FO)

Jacqueline Valli (UNAR-CFTC)

Marylène Cahouet (FSU)

Gérard Gourguechon (UNIRS-Solidaires)

Jacques Fogliarini (FGR-FP)

Roger Perret (Ensemble & solidaires – UNRPA)

Michel Denieault (LSR)

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Naufrage.

18 Janvier 2022, 09:34am

Publié par Bernardoc

Non, je ne veux pas parler du Burdigala, dont on attend toujours le procès, mais de l'état de la gauche.

Ce matin j'ai écouté Madame Taubira, ancienne ministre du gouvernement Valls pendant le quinquennat Hollande. Pour la deuxième fois, elle se lance dans la course à la présidence, par le biais d'une « primaire populaire », qui se veut une initiative de citoyens de gauche. Déjà, ces citoyens « de gauche » ont fait comme si Roussel, Poutou et Arthaud n'existaient pas. Ils ont inclus Mélenchon, qui n'en a rien à cirer, dans leur choix.

Bien que je sois contre ce système inspiré des USA (j'étais le seul de la majorité municipale à ne pas participer aux primaires socialistes, puisque j'avais mon candidat) je me demandais si je n'allais pas m'inscrire, puisque, si j'avais bien compris, tout le monde se rallierait derrière celui arrivé en tête : ça aurait pu faire plus de 100 000 militants dans la campagne pour Mélenchon.

Après l'entretien de ce matin sur France inter, le but de la primaire est clair : c'est mettre en selle Madame Taubira, qui sera candidate même si elle n'arrive pas en tête.

Décidément, la vie civique est tombée bien bas, mais elle reste en droite ligne de la dernière présidentielle où les vallsistes dépités de voir leur champion battu, se sont tournés vers celui qui représentait le mieux la droite et ont voté Macron dès le premier tour.

Et vous pensez que c'est ainsi qu'on va ramener les citoyens aux urnes ?

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Molière.

17 Janvier 2022, 10:55am

Publié par Bernardoc

Jules LEMAITRE : « J'admire ce surprenant Molière de toute mon âme : tandis qu'il intéresse les érudits, il fait penser les philosophes, et sait, mieux que tout autre, amuser les enfants. »

Même si l'auteur de cette citation fut un militant de l'Action Française, je ne peux qu'y souscrire, et en plus ce fut le sujet d'une de mes dissertations de seconde. Et j'espère que cet auteur moderne (« Quoi de neuf ? » « Molière » répondait avec à-propos Sacha GUITRY) sera célébré comme il se doit en cette année anniversaire.

C'était mal parti : nous voulions aller voir la Comédie Française au cinéma local, mais la diffusion avait été annulée.

Fort opportunément l'édition dominicale du quotidien local consacrait pas moins de 8 pages à Molière (c'est un journal qui ne servira pas à allumer le feu !).

Et hier soir, Culture box diffusait Les fourberies de Scapin, filmées à la salle Richelieu. Grosse déception : je n'ai pas du tout aimé la mise en scène et le décor assez déprimant. Pour moi, une des meilleures réalisations de cette pièce est le film de Roger COGGIO en 1981, et c'est avec enthousiasme que j'y avais emmené mes élèves de CAP, qui avaient apprécié : sortir du LEP en français pour aller au cinéma, vous pensez ! Mais je suis certain que des graines avaient été semées à ce moment-là.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires