Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

La menace existe toujours.

3 Janvier 2023, 11:47am

Publié par Bernardoc

La guerre engagée le 24 février dernier par la Russie à l’encontre de l’Ukraine fait peser une lourde menace nucléaire sur la population de l’Ukraine et des pays environnants.

Vladimir Poutine agite la menace de la bombe atomique et si de nombreux experts minimisent le risque de déclenchement d’une guerre nucléaire, un dérapage ne peut être exclu. Dès le début du conflit, certains responsables occidentaux ont bombé le torse pour rappeler qu’eux aussi ont la bombe et "que l’Alliance atlantique est une alliance nucléaire".

10 mois après le début du conflit, le constat est flagrant : loin de garantir la paix, la présence des armes nucléaires est un instrument de chantage qui permet à la Russie de continuer ses destructions

Ce chantage à l’extermination de l’humanité doit cesser !

Il est urgent de réactiver le régime de désarmement nucléaire au sein de l’ONU et le renforcement de la mobilisation en vue de l’élimination de toutes les armes nucléaires, comme le prévoit le Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN).

Le Réseau “Sortir du nucléaire” est une association totalement indépendante, et nous y tenons. Nous savons que les temps sont difficiles pour toutes et tous mais vos dons nous sont précieux, notamment les dons réguliers par prélèvement. Ils garantissent la pérennité de nos actions et celle des collectifs qui se mobilisent à nos côtés !

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Il reste de l'espoir en 2023.

2 Janvier 2023, 11:17am

Publié par Bernardoc

Ces profs qui restent, malgré le « malaise enseignant » : « Aider les élèves à devenir des adultes, des citoyens, c’est la plus grande des victoires »

D’année en année, la désaffection pour le métier de professeur se confirme. Pourtant, nombreux sont ceux qui s’accrochent.

Accroche d'un article du Monde du 2 janvier 2023

Ces phrases reflètent parfaitement ce que j'ai pensé lors de mes six métiers dans l'Education nationale. Surveillant d'externat, j'aidais les élèves lors de leurs devoirs ; maître d'internat, j'ouvrais la bibliothèque pour les internes et les conseillait dans leurs lectures ; PEG de CET, j'étais non seulement prof de lettres-anglais, mais aussi prof d'éducation culturelle ; CPE, un accompagnement permanent des élèves ; principal-adjoint : confectionner des emplois du temps satisfaisants à la fois pour les élèves et les enseignants ; principal : s'efforcer de donner aux différents personnels les meilleures conditions de travail.

Très heureux de voir que des collègues sont encore motivés pour défendre cette institution et faire réussir les élèves. J'ai d'ailleurs l'occasion de m'en rendre compte chaque année en allant distribuer les récompenses du concours « Plaisir d'écrire de l'AMOPA ».

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

2023 !

1 Janvier 2023, 09:23am

Publié par Bernardoc

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

MusBA

31 Décembre 2022, 14:05pm

Publié par Bernardoc

Deuxième visite culturelle de notre journée du lendemain de Noël : ce sont les artistes femmes sorties des réserves du musée qui nous avaient attirés. A nouveau, beaucoup de monde dans les différentes salles. Bien entendu, pas de tarif "vieux", mais oh surprise ! l'entrée est gratuite pour les personnes en situation de handicap et pour un accompagnant par personne. C'est la première fois que cela nous arrive en France, alors qu'en Italie ou en Espagne, il y a bien longtemps que c'est la norme.

Une découverte : dans plusieurs salles figure un fragment de tableau ou de sculpture censé encourager les visiteurs à examiner avec attention chaque œuvre exposée.

 J'ai remarqué aussi une note à côté de plusieurs tableaux : ce sont des œuvres qui avaient été volées aux juifs ou francs-maçons par les nazis ; elles n'ont pas été réclamées mais seront remises aux descendants de leurs propriétaires qui les réclameraient. C'est bien de les exposer, cela permettra peut-être aux ayants-droits de les reconnaître.

Les photos mêlent des peintures de l'exposition permanente et d'autres de l'exposition qui se termine le 13 février.

Et ce n'est pas fini...

 

MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA
MusBA

Voir les commentaires

Un Nouveau Regard

27 Décembre 2022, 14:35pm

Publié par Bernardoc

Quoi faire un lendemain de Noël ? Pourquoi pas des visites culturelles ? Nous avons commencé par un lieu que je ne connaissais pas : La Faïencerie, qui présentait une exposition sur les fresques de la chapelle Sixtine peintes par Michel-Ange. lorsque nous étions allés à Rome, nous nous étions arrêtés à la place St Pierre, alors nous avons profité de ces fac-similés sans avoir besoin de lever la tête.

Nous sommes d'abord allés au fond de l'espace pour assister à la projection d'un film retraçant de façon humoristique les travaux consacrés à cette chapelle.

Ensuite, nous sommes retournés au début de l'expo et avons suivi le circuit suivant : la Genèse, les Coins, les Sybilles, les Prophètes et les ancêtres du Christ pour finir devant l'immense tableau du jugement dernier.

Il vous reste encore une semaine pour en profiter.

Et ce n'est pas fini...

Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard
Un Nouveau Regard

Voir les commentaires

Publié depuis Overblog

26 Décembre 2022, 17:20pm

Publié par Bernardoc

Un beau spectacle sur la médiathèque Michel SAINTE-MARIE (ancien maire).

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Joyeux Noël !

25 Décembre 2022, 18:07pm

Publié par Bernardoc

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

LA LIBERTÉ POUR NOS COLLÈGUES ET LE PEUPLE D’IRAN !

24 Décembre 2022, 15:17pm

Publié par Bernardoc

Fédération Nationale des Syndicats du Spectacle, du Cinéma, de l’Audiovisuel et de l’Action Culturelle Cgt

Depuis plusieurs mois, un mouvement secoue la société iranienne, en réaction à la mort de Masha Amini, suite à son arrestation par la police des mœurs pour : « port de vêtements inappropriés ». Les manifestations sont réprimées de manière brutale et implacable par les forces de sécurité iraniennes qui n’hésitent plus à tirer à balles réelles pour assassiner des manifestants.
Au milieu de ce climat de tension extrême et de violences, des artistes et intellectuel·les, des sportifs sont arrêtés, emprisonnés, interrogés et torturés pour avoir soutenu et participé aux manifestations contre le régime liberticide et totalitaire en place en Iran. Nous avons pu observer une recrudescence de ces arrestations arbitraires depuis plusieurs semaines.
Citons, à titre d’exemple, les noms de Taraneh Alidoosti, Saman Yasin, Mohammad Rasoulof, Jafar Panahi, Mostafa Aleahmad, Toomaj Salehi, Hengameh Ghaziani, Katayoun Riahi, Soheila Golestani ou Hamid Pourazari, ainsi que Voria Ghafouri.

Nombre d’actrices, d’acteurs, de chanteurs, de musiciens, de réalisateurs, d’auteurs sont aujourd’hui menacé·es de sanctions excessivement sévères, allant même jusqu’à la peine de mort
concernant Toomaj Salehi, pour des motifs qui s’apparentent tous à des délits d’opinion.
La Fédération CGT du Spectacle et ses syndicats luttent au quotidien pour les libertés des artistes et de tous les personnels qui concourent à la vie culturelle, que ces libertés soient artistiques, sociales ou
économiques.
C'est pourquoi, ils tiennent à dénoncer fermement cette répression d’un autre temps et expriment leur plein soutien aux artistes et personnalités de la culture qui, en Iran, luttent courageusement pour le droit des femmes, la liberté d’opinion et la démocratie.

 

Et ce n'est pas fini...
 

Voir les commentaires

Hélas !

23 Décembre 2022, 15:18pm

Publié par Bernardoc

Les syndicats débordés par un mouvement venu du terrain

La presse

C'est hélas ce qui a tendance à se produire de plus en plus souvent, et c'est bien entendu encouragé par le gouvernement : les syndicats ne servent à rien, les concertations se bornent juste à une information descendante, sans aucune volonté de discussion. Donc, pourquoi maintenir des élections professionnelles ?

Et en l'absence de syndicats, qui pour contrôler que les pseudo accords seront respectés. On l'a bien vu lors des manifs, trop souvent anti-syndicales des gilets jaunes : quels furent les résultats ? Bien malin celui qui pourrait le dire ! Alors que lors des grandes avancées de '36 et '68, même si le mouvement était parti « du terrain », ce sont bien les syndicats qui ont négocié et réalisé des conquêtes sociales que tous les gouvernements de droite tentent depuis lors de détricoter.

Lorsque je dirigeais un collège, j'aurais bien aimé avoir des syndicats en face de moi ; ç'aurait été plus facile d'anticiper la crise de fin janvier et les grommellements non organisés qui se produisaient alors. Mais les panneaux syndicaux restaient désespérément vides, et le seul qui était mis à jour, celui de la CGT-Educ'action, l'était de mon fait.

Mais ça ne fait rien, je n'ai pas baissé les bras et continue d'agir dans le syndicalisme « retraités », car les attaques réactionnaires ne cessent pas lorsqu'on a quitté la période d'activité.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Il faut empêcher que l’hôpital public ne redevienne l’hospice du XIX e  siècle

22 Décembre 2022, 11:47am

Publié par Bernardoc

In Le Monde du 22 décembre 2012 (extraits)

Un collectif de plus de 5 000 médecins, soignants et agents hospitaliers s’adresse au président de la République, Emmanuel Macron,et présente « quatre propositions concrètes pour sauver l’hôpital public »

Les pouvoirs publics, à commencer par le chef de l’État lui-même, doivent avoir conscience que l’hôpital public est en train de se fissurer et bientôt de s’écrouler. Aujourd’hui, il s’agit ni plus ni moins d’empêcher que l’hôpital public ne redevienne l’hospice du XIXe siècle. Les alertes ont été nombreuses et notamment la démission de leurs fonctions administratives de plus de 1 000 chefs de service en janvier 2020. Depuis, il y a eu le Covid-19 et l’hôpital s’est organisé et a fait face.

Le Ségur de la santé, en juillet 2021, a suscité de grands espoirs, mais n’a rien réglé. Les 19 milliards d’euros attribués à cette occasion sont prévus sur dix ans, alors que depuis quinze ans l’hôpital public doit subir plusieurs milliards ­d’économies chaque année. La fuite ­massive des soignants de l’hôpital se poursuit, malgré la revalorisation financière qui a permis de faire passer le salaire des infirmières de la 27e place, sur vingt-neuf des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques, à tout juste la moyenne de ces pays. Près de 20 % des lits sont fermés par manque d’effectifs. L’hôpital public n’est plus capable d’amortir la moindre crise sanitaire, même si elle est prévisible, comme la chaleur en été et la bronchiolite en hiver. La priorité est d’agir sur les conditions de travail. Nous renouvelons avec force quatre propositions concrètes pour sauver l’hôpital public, qu’il est possible de mettre en œuvre très rapidement.

Premièrement, la sécurisation des soignants dans un service défini avec un horaire défini et un ratio maximal de patients par infirmière.

Pour appliquer ces ratios, il est ­nécessaire d’embaucher environ 100 000 infirmières.

Ensuite, la poursuite de la revalorisation financière amorcée par le Ségur.

Puis : un vrai changement de gouvernance. Chaque service doit être libre de proposer son organisation, ses horaires de travail et doit pouvoir gérer le recrutement de son personnel avec les ratios indiqués plus haut.

Enfin, un changement du mode de financement s’impose. Tant que le financement de l’hôpital sera essentiellement basé sur la tarification à l’activité, la prime à la rentabilité de chaque séjour perdurera avec son côté inflationniste et dévastateur sur les conditions de travail.

Les mesures déjà prises à l’initiative du président de la République sont loin d’être négligeables, mais elles ont été insuffisantes pour corriger quinze ans de restrictions. Dix-huit mois après le Ségur de la santé, la situation s’est encore aggravée et la confiance des soignants s’est profondément dégradée. L’hôpital public est le socle commun indispensable auquel tous les citoyens sont attachés. Le système hospitalier français était à la fin du XXe siècle un des fleurons de notre pays permettant un égal accès à des soins de qualité à chacun, quels que soient ses revenus et sa condition. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. La triple épidémie actuelle de Covid-19, de grippe et de bronchiolite épuise son personnel et amène à annuler ou à repousser beaucoup d’autres soins, ce qui entraîne des pertes de chances importantes pour beaucoup de malades.

Face à cette dégradation sans précédent de notre système hospitalier, l’engagement et l’action du chef de l’État, qui a si bien qualifié l’hôpital public de « trésor de la République », sont devenus indispensables. Il y a urgence.

par  Un Collectif De Plus De 5000 Médecins, Soignants et Agents Hospitaliers

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires