Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Au sujet d'une candidature.

10 Novembre 2020, 11:54am

Publié par Bernardoc

Après MLP, JLM vient de « proposer » sa candidature pour la présidence de la République. La troisième fois sera-t-elle la bonne, comme elle le fut pour Mitterrand et Chirac ? On verra bien.

J'avais activement participé à sa première campagne en 2012, car le nouveau souffle que ce tribun, issu du parti qu'il avait créé et dans lequel je militais alors, représentait un formidable espoir pour la gauche. Espoir douché, et je m'étais rabattu sur hollande au deuxième tour, on a vu ce que ça a donné.

Toujours adhérent du PG, j'avais laissé le mouvement gazeux de LFI faire la campagne. Mais j'avais voté JLM aux deux tours. Le vote blanc n'étant pas reconnu, j'avais choisi le vote nul, mais qui voulait dire quelque chose.

Maintenant, je me pose des questions concernant cette troisième candidature, même si elle est soutenue par ces illustres hommes de gauche que sont Robespierre et Jaurès (via Marianne). Si en règle générale les interventions insoumises (comme les communistes) sont remarquables à l'assemblée, il y a d'autres attitudes qui me dérangent. Je veux parler des reniements qui font des bulles dans ce mouvement gazeux. A un moment JLM s'était engagé à ne plus mettre un genou à terre et on l'a vu singer les étatsuniens lors d'une manif. On l'a vu aussi participer à une manifestation où « Allah akbar » était largement scandé ; par des racisés ? Terme affreux dans lequel il s'empêtre au lieu de prôner l'universalisme laïque et républicain.

Mitterrand avait écrit, à propos de la V° République qu'il s'agissait d' un « Coup d'état permanent », ce qui ne l'a pas empêché d'être le président qui a fait le plus long mandat de cette République et de s'y sentir bien. JLM, grand admirateur de Mitterrand, fera-t-il de même ? Déjà, sa façon de se présenter, entre parfaitement dans le cadre gaullien : la rencontre du peuple (qu'il veut fédérer) avec un homme. Alors, si ça marche, y aura-t-il vraiment une constituante ? J'avoue que j'ai des doutes.

Alors, JLM aura-t-il ma voix parmi les cinq ou six candidats de gauche qui se présenteront, je n'en suis pas sûr actuellement et ce sera vraiment par défaut. En revanche, L'avenir en commun est un excellent programme (si l'on exclut le service militaire) et les futurs candidats députés ont des chances de recevoir mon suffrage.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Une intéressante expérience.

9 Novembre 2020, 15:58pm

Publié par Bernardoc

Ce matin j'ai enregistré la bande sonore d'un film réalisé par un Chinois et co-produit par Arte. Il s'agit d'un conte philosophique, assez noir, inspiré entre autres par les catastrophes de Tchernobyl et Fukushima. Je n'ai vu que quelques images du film et l'enregistrement se faisait donc uniquement à partir du texte. Il y a eu plusieurs prises, le preneur de son me demandant parfois de relire avec une intention différente, tout cela, bien entendu, avec un matériel professionnel qu'il avait apporté à la maison (lui avait une autorisation de mobilité professionnelle).

Nous sommes deux à avoir fait cet enregistrement, la production choisira la voix qui lui semblera la plus adéquate. Si je suis choisi, un autre enregistrement sera réalisé en studio afin d'éviter tous les parasites audios.

C'était donc la première fois que je me livrais à ce genre d'exercice et je dois dire que c'était assez épuisant. Chapeau à ceux qui doublent les films !

Ah oui, j'oubliais une chose. Dans sa volonté d'universalité, le réalisateur souhaitait que ce texte soit lu en ESPERANTO, même si lui-même n'est pas (encore) espérantiste.

Quel beau rêve d'espoir !

Maintenant je m'attaque à des rétro-traductions de chansons de Brassens, étape indispensable avant la publication de notre livre bilingue des chansons de Brassens.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Le sursaut américain.

8 Novembre 2020, 15:35pm

Publié par Bernardoc

Il y a 4 ans j'avais mis une affiche sur FB : « Trump élu, tous les espoirs sont permis pour Macron ». En effet, je voyais une certaine ressemblance entre ces deux personnes sorties de nulle part, mais mises en avant par le monde de la finance afin de tenter d'avoir un appui au sommet pour les aider à s'enrichir encore plus. Apparemment, ils ont parfaitement réussi leur contrat, les dividendes n'ayant jamais été distribués avec autant de générosité que pendant leur temps à la tête de l'état. En contrepartie, bien entendu, la pauvreté s'est aussi grandement développée.

Un mouvement « Nous sommes les 99% » s'est développé, estimant que la caste des riches était numériquement inférieure aux classes moyennes ou populaires, pour ne pas dire pauvres.

Ce qui vient de se passer aux USA, montre qu'ils n'avaient pas tort et que, même si les trumpistes ont augmenté leur nombre de voix, les autres ont fait de même et en plus grand nombre. Résultat : Trump, accident de l'histoire, est viré !

Ne serions-nous pas capables de faire la même chose en France ? C'est ce que j'ai voulu dire en disant que « Les étatsuniens nous montrent le chemin ». Sommes-nous encore capables de réagir et d'imposer une autre politique ? Il y a quelques années on parlait de révolution citoyenne par les urnes ; n'est-il pas temps de s'y préparer ?

On avait eu cette réaction lorsque nous avions viré Sarkozy, mais on avait eu tort de s'arrêter après le deuxième tour, et de ne pas faire comme nos aïeuls en '36 et de continuer dans les entreprises pour obtenir les réformes auxquelles nous aspirions. Résultat, cinq ans de politique de droite sous l'étiquette socialiste et la mise en selle de Macron.

Alors, pensons-y en 2022 : allons voter et continuons la lutte ensuite pour aller vers « Les jours heureux » que nous espérons depuis 1945.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

« Quoi qu'il en coûte » qu'y disait !

7 Novembre 2020, 16:43pm

Publié par Bernardoc

Extrait de Ouest France du 6 novembre 2020


 

Les oubliés du Ségur ne lâchent rien. Ils veulent, comme tous leurs collègues de la Santé, la prime mensuelle de 183 €. Ils l’ont redit, avant-hier. Et sont prêts à entamer un bras de fer avec la direction.

Nous sommes réquisitionnés dans le cadre du Plan blanc, mais nous sommes dans une colère rouge. Derrière ce petit jeu de mots, on sent de l’irritation donc, mais aussi de la lassitude et du  découragement et de la démotivation, chez cet agent, qui travaille à la cuisine centrale. Je suis multitâches pour 1 450 € nets par mois. 

Il y a quand même de sacrées distorsions. Je travaille à côté de quelqu’un, qui est à un mètre de moi. Lui a la prime, moi pas. Il y a de l’incompréhension et un gros sentiment d’injustice. 

Le sujet : la fameuse prime mensuelle nette de 183 €, que réclament certains agents, qui se qualifient eux-mêmes d’oubliés du Ségur. À savoir : les salariés infirmiers et aides-soignantes du SIAD (Soins infirmiers à domicile), les agents du service addictologie, ceux de l’EFS (Établissement français du sang), ceux des instituts de formation en soins infirmiers. Sans oublier les employés de la cuisine centrale ou de la buanderie.

Nous avions pourtant un courrier avec notre fiche de paye de septembre, qui nous annonçait que nous allions toucher cette prime. Mais depuis, plus rien. 

Si nous n’avons pas de réponse, nous envisageons une procédure au tribunal administratif. 

En attendant, les représentants cégétistes assurent : des agents demandent leur mutation. C’est le cas de tous les infirmiers du service d’addictologie. 

Plus généralement, ils estiment que ces 183 €, c’est un petit rattrapage. Ce n’est pas à la hauteur. On ne peut pas se contenter de cela. En France, le personnel hospitalier est largement sous-payé. Il en va de l’attractivité de nos métiers, où les salaires et les primes sont gelés depuis dix ans.

Et ce n'est pas fini... 

 

Voir les commentaires

Pourquoi pas vous ?

6 Novembre 2020, 13:13pm

Publié par Bernardoc

à

M. Jean-Luc Gleyze
Président du Conseil Départemental de la Gironde

 

Objet : Situation du Kabako, squat des Mineurs Non Accompagnés, situé 63 rue Camille-Godard, Bordeaux.

Monsieur le Président,

J’ai appris que ce jeudi 5 novembre, des personnes s’étaient présentées à la porte du Kabako, squat hébergeant des Mineurs Non Accompagnés en recours au 63 rue Camille Godard, indiquant aux adolescents présents à ce moment là que le lieu serait bientôt expulsé « pour faire place à une association ». Tout porte donc à croire que des huissiers de justice ont été mandatés par vos services et qu’une procédure d’expulsion de ce bâtiment appartenant au Département de la Gironde est lancée.

Vous n’êtes pas sans savoir que les jeunes hébergés au Kabako sont tous engagés dans une procédure de recours auprès du juge des enfants afin de faire reconnaître leur minorité. Ils sont aujourd’hui présumés mineurs et il appartient au Département de la Gironde d’assurer leur protection, comme ils en ont le droit, comme tout mineur présent sur le territoire, qu’il soit français ou étranger.

Que le Département de la Gironde complique à outrance les procédures des ces jeunes afin de retarder toujours plus leur prise en charge semble déjà inhumain. Mais que ce même Département cherche à expulser des adolescents d’un lieu dans lequel ils ont pu trouver, malgré tout, un peu de repos, de réconfort et de sécurité semble inimaginable.

En tant que Président du Conseil Départemental de la Gironde, il est de votre responsabilité d’interrompre dès aujourd’hui toute procédure d’expulsion visant ce lieu situé au 63 rue Camille-Godard à Bordeaux. Assurer la protection et la sécurité de ces jeunes et leur permettre d’avoir un avenir ici est la seule position humainement acceptable.

En tant qu’habitant de la Gironde je vous demande d’agir immédiatement en ce sens.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes salutations laïques et républicaines.

Et ce n'est pas fini...

 

 

Voir les commentaires

Petit quiz culturel.

5 Novembre 2020, 15:34pm

Publié par Bernardoc

Trouvez la bonne signification :

A. Faire son sucré.

B. Etre bourré comme un petit Lu.

      1. Comme un pet sur une toile cirée.

        D. Se faire chanter Ramona.

E. Avoir le cul bordé de nouilles.

F. Se casser la nénette.

G. Péter dans la soie.

H. Se monter le bourrichon.

      1. A la mord-moi le noeud.

J. laisser pisser le mérinos.

K. S'en tamponner le coquillard.

      1. Yoyoter de la touffe.

      1. Pas piqué des vers.

N. Les doigts dans le nez.

O. Fagoté comme l'as de pique.

P. Etre soupe au lait.

Q. Jouer les saintes nitouches.

R. A tire-larigot.

S. Bouché à l'émeri.

T. Il y a du monde au balcon.

 

Avec ces expressions, facile de deviner mon âge. A vous de jouer :

 

      1. Avoir une poitrine généreuse.

      2. Etre hypocrite, jouer les innocentes.

      3. Ne pas vouloir (pouvoir) comprendre.

      4. Enormément, trop.

      5. Ce n’est pas banal, remarquable, voire incroyable, inouï .

      6. Se mettre facilement en colère, être irascible.

      7. Quelque chose de mal fait, de nul, de mauvais, qui ne ressemble à rien.

      8. Etre soûl, ivre mort.

      9. Partir très vite, précipitamment.

      10. Se faire disputer sévèrement.

      11. Avoir une chance insolente.

      12. Vivre dans le luxe, être riche.

      13. Laisser tomber, laisser faire, laisser dire .

      14. Réussir facilement, presque trop facilement.

      15. Etre mal habillé, débraillé .

      16. S’en moquer complètement.

      17. Divaguer, faire ou dire n’importe quoi.

      18. Se donner du mal, faire des efforts pour rien.

      19. Se faire des illusions, des idées.

      20. Se montrer d’une gentillesse exagérée, ridicule.

Et ce n'est pas fini...

 

 

Voir les commentaires

Vous avez dit « télétravail » ?

4 Novembre 2020, 09:31am

Publié par Bernardoc

Télétravail : pourquoi il faut sortir de la loi de la jungle L'Humanité

Les partenaires sociaux se penchent sur le télétravail en confinement Les Echos

Deux titres du 3 novembre 2020.

En effet, lors du premier confinement, certains travailleurs (surtout des cadres, fort peu de plombiers) ont été contraints de poursuivre leur travail à la maison. Mais comment s'y sont-ils pris ? Lorsqu'il s'agissait d'un couple, je suppose qu'ils devaient se relayer pour assurer l'enseignement aux enfants et poursuivre leur travail sur leurs outils personnels.

Ce n'est pas ce que l'on peut qualifier de « télétravail », mais plutôt de « travail à la maison ».

Le télétravail, s'il permet de réduire la fatigue et le temps de transport, doit pouvoir s'effectuer dans des conditions raisonnables, et non pas être le résultat de bricolage plus ou moins réussi. C'est l'entreprise qui doit fournir le matériel, équivalent à celui du bureau, participer à l'abonnement internet et fournir des équipements ergonomiques afin de prévenir les TMS (Troubles Musculo-Squelettiques).

C'est à ces conditions que l'on pourra véritablement utiliser le vocable de « télétravail ».

Retraité, je ne suis pas vraiment concerné, mais militant associatif et syndical j'ai essayé de participer à plusieurs réunions en visio, mais j'ai abandonné : Orange n'a pu installer la fibre chez moi, l'ADSL est aléatoire et jongler entre le téléphone et la tablette (pas de caméra sur mon ordinateur fixe) n'est pas des plus confortables.

J'espère donc que les négociations entamées hier aboutiront.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Enfin !

3 Novembre 2020, 11:36am

Publié par Bernardoc

Tiré de Geo

Le Sri Lanka a commencé à renvoyer au Royaume-Uni 242 conteneurs de déchets dangereux, notamment biomédicaux, arrivés illégalement dans le pays après une bataille judiciaire qui a duré deux ans, ont indiqué samedi des responsables.

Les 20 premiers conteneurs de déchets biomédicaux, dont certains provenant de morgues, ont été chargés sur le MV Texas Triumph vendredi, et 65 autres conteneurs seront chargés d'ici une semaine, a indiqué un porte-parole des douanes, Sunil Jayaratne.

"Le reste sera envoyé dès qu'un autre bateau sera disponible", a-t-il ajouté.

Un tribunal avait ordonné le 14 septembre le renvoi au Royaume-Uni de ces conteneurs. La cour d'appel avait également ordonné des poursuites judiciaires contre l'importateur local qui avait fait venir entre septembre 2017 et janvier 2018 ces déchets, provenant notamment d'hôpitaux et de morgues et comprenant des parties de corps humains, en affirmant qu'ils étaient destinés à être recyclés.

L'organisation militante Centre for Environmental Justice (CEJ) avait saisi le tribunal pour demander le rapatriement des conteneurs.

Selon la douane sri lankaise, les déchets, qui comprenaient également des tonnes de plastique, ont tous été importés en violation des règlementations locales et internationales.

Selon les autorités, qui avaient été alertées par la puanteur des conteneurs, retrouvés abandonnés au port de Colombo et sur une zone franche voisine, ils contenaient notamment des bandages, des chiffons et des parties de corps humains en provenance de morgues.

Plusieurs pays d'Asie, lassés d'être la décharge des grands pays développés, ont renvoyé ces deux dernières années des conteneurs de déchets vers leur pays d'origine. Parmi eux figurent les Philippines, l'Indonésie et la Malaisie.

Quand les pays dits « développés » auront-ils une attitude écoresponsable ? Cette expédition de poubelles a un bilan carbone déplorable et prive aussi les pays envoyeurs de milliers d'emplois.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Budget participatif (bis).

2 Novembre 2020, 12:02pm

Publié par Bernardoc

Je viens de voter, sur le site du département, pour cinq projets portés par des individus ou des associations. A la lecture des 214 contributions, on peut voir le foisonnement d'intelligence créatrice chez nos concitoyens, ce, qu'en tant qu'éducateur, je n'ai jamais douté.

Qu'est-ce qu'un budget participatif ? C'est une partie du budget de la collectivité qui est dédié à la réalisation de projets initiés par les habitants au plus près du terrain. Un appel d'idées est lancé et ensuite les citoyens votent pour celui qu'ils souhaitent voir réalisé. C'est un pas vers la démocratie participative, avec la prise en compte des souhaits des habitants, et non l'approbation muette de ce qui tombe d'en haut.

Le budget participatif, comme les transports en commun gratuits, n'a rien à voir avec la couleur politique des élus, on en trouve autant à droite qu'à gauche, comme autant de résistance des deux côtés, certains élus craignant de perdre une once du pouvoir qu'ils ont acquis par les urnes (quel que soit le taux de participation).

Du temps où il y avait une gauche unie autour du Front dans ma commune, j'avais proposé qu'elle demande que cette démarche soit inscrite dans le futur programme. Je ne me suis pas heurté à un mur, mais à une profonde indifférence. Dommage...

Peut-être qu'un jour il y aura des comités de quartier, qui iront au-delà des associations de propriétaires et de locataires, et pourront proposer des projets locaux.

Il n'est pas interdit de rêver.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

« La cour de récré diplomatique ».

1 Novembre 2020, 15:35pm

Publié par Bernardoc

Titre d'une double page de Sud ouest dimanche aujourd'hui.

 

Il y a quelques semaines, j'avais affiché deux couvertures des Dossiers du Canard qui traitait des dingues qui nous gouvernent. Eh bien le journal régional nous offre une actualisation, hélas...Par ordre alphabétique :

Jair BOLSONARO (Brésil) : « Qu'ils gardent leur argent et qu'ils aident Angela MERKEL à reboiser l'Allemagne » dit-il à propos de la Norvège qui versait des fonds pour l'Amazonie.

Rodrigo DUTERTE (Philippines) : « Fils de pute, je vais te porter malheur » à l'adresse d'Obama en 2016.

Recep Tayyip ERDOGAN (Turquie) : Macron « doit passer un examen de santé mentale ».

Boris JOHNSON (Royaume uni) : « Les Français se comportent comme des fumiers sur le Brexit ».

Jaroslaw KACZYNSKI (Pologne) : « Si quelqu'un affirme qu'aujourd'hui en Pologne il n'y a pas de démocratie, cela veur dire qu'il est dans un état qu'il faut faire examiner par des méthodes médicales » au sujet de Clinton.

Kim Jung un (Corée du nord) : « Je disciplinerai par le feu le gâteux américain mentalement dérangé » ; visé : Trump, bien entendu.

Nicolas MADURO (Vénézuela) : « Raciste, ordure corrompue, colonialiste » invective-t-il Rajoy, premier ministre espagnol en 2016.

Viktor ORBAN (Hongrie) : compare les actions de la Commission européenne à celles des « troupes soviétiques » dans son pays.

Donald TRUMP (USA) : « pourquoi est-ce qu'on veut des gens qui viennent de tous ces pays de merde ? On devrait avoir plus de gens d'endroits comme la Norvège ». Bienvenue aux Haïtiens, Salvadoriens et Africains !...

Milos ZEMAN ( Tchéquie) : « Moi je ne vais pas soutenir des putes » à propos du groupe de rock féministe russe Pussy riot.

Eh bien, on est mal barrés !

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires