Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Le CDCA n'existe pas !

1 Décembre 2022, 19:13pm

Publié par Bernardoc

Aujourd'hui j'ai participé à un colloque au conseil départemental, dans l'amphithéâtre Badinter. C'est la première fois que je remarquais que l'amphi avait été inauguré deux ans avant le bâtiment. Avait-il été construit en premier et le bâtiment Gironde autour après ? Je l'ignore.

Des chercheurs de haut niveau avaient été invités pour apporter leurs savoirs et leurs compétences à cette journée consacrée à L'archéologie du handicap.

Le thème n'avait pas été choisi au hasard, mais avait été inspiré par la villa gallo romaine de Plassac (il faudra bien qu'on aille y faire un tour) qui est accessible aux PMR (Personnes à Mobilité Réduite) et a mis en place des ateliers artistiques en direction des personnes autistes.

Le buffet qui nous attendait à midi manquait de résilience, et avant de reprendre les travaux de l'après-midi nous avons eu droit à un concert offert par l'orchestre jazz du collège de Monségur, l'orchestre du collège d'Ambarès et celui du centre Peyrelongue (mal-voyants).

L'après-midi nous furent présentés deux services du conseil départemental : le Groupe Actions Handicap Gironde et la Mission Diversité Égalité. Le premier est une « entité dotée d'une charte, d'une identité visuelle, d'une lettre de mission pour chaque membre », ce que nous avions demandé en vain pendant trois ans lorsque je siégeais au Conseil Départemental de la Citoyenneté et de l'Autonomie (CDCA). Ce dernier, qui est antérieur au GAHG et qui apparemment est positionné sur le même thème n'a jamais été cité de toute la journée. Mais je suppose que ce groupe vient faire part de ses travaux au CDCA et lui demande de les approuver, si le mode de fonctionnement n'a pas changé.

J'aurais bien voulu rappeler l'existence du CDCA, mais, contrairement au matin, la parole n'a pas été donnée à la salle l'après-midi. Dommage.

Et ce n'est pas fini...

 

Le CDCA n'existe pas !
Le CDCA n'existe pas !
Le CDCA n'existe pas !
Le CDCA n'existe pas !
Le CDCA n'existe pas !
Le CDCA n'existe pas !
Le CDCA n'existe pas !
Le CDCA n'existe pas !
Le CDCA n'existe pas !
Le CDCA n'existe pas !
Le CDCA n'existe pas !

Voir les commentaires

 Notre Union Locale attaquée !

30 Novembre 2022, 09:25am

Publié par Bernardoc

Suite aux tags du groupuscule d'extrême droite (le GUD) et à la volonté d'incendier notre UL de Mérignac ce weekend, le collectif de militants de l'UL appelle à réagir publiquement avec un

 

rassemblement jeudi 1er Décembre de 12 à 14h devant l'UL

(avenue marcel Dassault).

 

Une conférence de presse et le point sur cette situation et les suites a y donner sera fait.

Venez nombreux soutenir les camarades pour faire comprendre aux auteurs de ces actes inqualifiables qu'ils n'altèreront en rien la détermination de nos organisations CGT à lutter pour la défense des salariés.

Un casse croute est prévu sur place.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Assurance chômage : la CGT s’oppose aux nouvelles économies sur le dos des travailleurs

29 Novembre 2022, 18:42pm

Publié par Bernardoc

Le Ministre du Travail a annoncé les conclusions de la pseudo concertation sur l’assurance chômage.

Dans la foulée de la loi votée avec la droite LR qui donne les pleins pouvoirs au gouvernement jusque fin 2023, celui-ci s’apprête à prendre un décret réduisant à nouveau drastiquement les droits des travailleurs privés d’emploi. Face à l’opposition unanime de toutes les confédérations syndicales, le gouvernement persiste et signe.

Une nouvelle usine à gaz se met en place : à partir de février 2023, la durée des droits pourra baisser en fonction du taux de chômage. Le gouvernement met en place un indicateur à sa main fixant deux périodes :

rouge si le taux de chômage remonte et vert si la situation « s’améliore ».

En fixant à 9%, contre 7,3 actuellement, le taux de chômage pour annuler la baisse, il n’y a aucune chance, sauf immense krach boursier, que les droits soient rétablis en 2023.

Puisque nous sommes en période soi-disant verte, un coefficient de 0,75 va être appliqué et réduire ainsi la durée maximale d’indemnisation de 25 %.

La personne qui retrouve rapidement un emploi quelques mois après son licenciement ou sa fin de CDD ne sera pas pénalisée mais celles et ceux qui n’auront pas pu retrouver du travail verront la fin de droit se rapprocher dangereusement. Par exemple, un travailleur ayant jusqu’à présent droit à 24 mois après un licenciement perdra 6 mois et n’aura plus droit qu’à 18 mois d’indemnisation.
À partir de 55 ans, la sanction sera plus lourde, puisque la même proportion fera perdre jusqu’à 9 mois, précipitant la fin de droit, donc le basculement vers les minima sociaux, les galères financières, la précarité, les emplois dégradés.

Le gouvernement ne se cache pas d’aider le patronat à recruter dans des conditions de plus en plus précaires, et le MEDEF et la CPME applaudissent la réforme.

Quelques limitations sont prévues :

la réforme ne s’appliquera pas aux territoires d’Outremer ;

certaines annexes sont épargnées pour le moment : dockers, intermittents du spectacle, marins et titulaires du contrat de sécurisation professionnelle (CSP).
Le ministère a visiblement peur que sa réforme alimente les mouvements sociaux : il a renoncé à durcir une nouvelle fois le seuil d’indemnisation qui reste à 6 mois et prévoit un seuil empêchant la baisse de durée d’indemnisation en dessous de 6 mois ; pour autant, les jeunes, surreprésentés dans les contrats courts, resteront les principales victimes avec les seniors de cette réforme, puisque les droits courts seront plus souvent touchés par le raccourcissement des droits. Si le gouvernement aide massivement les entreprises à embaucher nombre d’apprentis, il n’a aucun scrupule à pénaliser les jeunes à la sortie de leur contrat. 4,4 milliards d’euros d’économies concentrées sur les fins de droit sont prévues, soit 11% des 39 milliards d’euros d’allocations, au nom du plein emploi, en réalité le plein d’emplois précaires.

La CGT s’oppose à ce véritable saccage des droits sociaux et étudie toutes les actions possibles pour faire annuler ce décret.

Et ce n'est pas fini...
 

Voir les commentaires

Un témoignage bouleversant.

28 Novembre 2022, 11:19am

Publié par Bernardoc

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Lo nadau de Vensac.

27 Novembre 2022, 11:37am

Publié par Bernardoc

Les mounaques estivales ne sont pas les seules à décorer la place de l'ancienne mairie. En hiver aussi la place est somptueusement décorée pour le plus grand plaisir des habitants et des visiteurs médocains de passage. Un aperçu pour vous donner envie d'y aller faire un tour.

Et ce n'est pas fini...

Lo nadau de Vensac.Lo nadau de Vensac.
Lo nadau de Vensac.Lo nadau de Vensac.
Lo nadau de Vensac.Lo nadau de Vensac.

Voir les commentaires

Hommage à une médaillée.

26 Novembre 2022, 18:22pm

Publié par Bernardoc

 

Cet après-midi, il y avait, à la Maison départementale des sports à Talence, la remise des médailles ministérielles de bronze pour la jeunesse, le sport et l'engagement associatif. C'est une cérémonie à laquelle j'étais régulièrement invité depuis huit ans, mais aujourd'hui c'était un jour encore plus important puisque Rose faisait partie des récipiendaires.

 Les instances départementales avaient été largement renouvelées, mais j'avais encore quelques connaissances. Par deux fois je me suis cassé la figure en descendant les bizarres et irrégulières marches de l'amphithéâtre Tony ESTANGUET, mais je me suis retenu à temps.

 La dame qui a décoré Rose (la présidente du comité départemental du basket) lui a soufflé, après avoir entendu son éloge, qu'il y a bien longtemps qu'elle aurait dû la recevoir cette médaille, qui reconnaît son engagement depuis 1978.

Et ce n'est pas fini...

Hommage à une médaillée.
Hommage à une médaillée.
Hommage à une médaillée.
Hommage à une médaillée.
Hommage à une médaillée.
Hommage à une médaillée.
Hommage à une médaillée.
Hommage à une médaillée.
Hommage à une médaillée.
Hommage à une médaillée.
Hommage à une médaillée.
Hommage à une médaillée.

Voir les commentaires

Bazas.

25 Novembre 2022, 11:36am

Publié par Bernardoc

Après quelques années d'interruption dues aux multiples confinements, l'AMOPA-Gironde a repris ses traditionnelles sorties d'automne. Cette année, c'est Bazas, avec notamment sa cathédrale qui nous a accueillis le mercredi 23 novembre. C'était une nouveauté, habituellement nous nous réunissions le samedi, mais c'est jour de marché à Bazas et donc cela aurait présenté des difficultés, en particulier pour se garer.

Rendez-vous à 10 heures sur la place et plaisir de découvrir des anciens et surprise de voir de nouvelles têtes de sympathisants, ce qui est toujours bon pour les finances de l'association.

Une guide nous attendait et commença par nous faire entrer dans le musée municipal pour admirer la maquette de Bazas aux temps anciens.

Puis nous nous dirigeâmes, sous un beau soleil mais par grand vent, vers le parc de la cathédrale où la guide nous raconta l'histoire bazadaise et nous donna quelques indications d'architecture.

Puis, nouvelles stations devant les trois portails d'entrée avant la visite intérieure.

Un repas dans un restaurant de la place (avec une pièce de bœuf, ce qui s'imposait à Bazas!) devait nous permettre de chaleureuses discussions avant de repartir pour un circuit dans la ville. Mais juste avant le départ, la pluis refit son apparition, alors, sagement, j'abandonnais le groupe et repris la route du Haillan.

Et ce n'est pas fini...

Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.
Bazas.

Voir les commentaires

Musée de l'histoire de l'immigration.

24 Novembre 2022, 21:49pm

Publié par Bernardoc

Celui-là au moins était ouvert. J'ai donc retraversé Paris pour aller de la Porte de Pantin à la Porte Dorée. Construit à l'occasion de l'Exposition coloniale internationale de 1931, le palais de la Porte Dorée, bâtiment de 17 000 m² est considéré comme un joyau de l'Art déco. Il abrite ce musée depuis 2007. C'est la deuxième fois que je le visitais.

L'exposition actuelle (jusqu'au 22 janvier) s'intitule « 1945 – 1972 : Paris et nulle part ailleurs ». Elle regroupe les œuvres de 24 artistes étrangers selon 4 thèmes :

    • Exils volontaires ;

    • Hybridations ;

    • L'opacité du monde ;

    • Un langage universel (non, il ne s'agit pas, hélas, de l'espéranto!).

Il y en a pour tous les goûts, certains provoquant davantage d'émotions que d'autres.

Autre attraction dans ce palais : l'aquarium tropical au sous-sol ; les deux visites peuvent être jumelées ou distinctes. Comme une envie de reprendre masque et tuba et replonger dans le lagon de BoraBora.

Et ce n'est pas fini...

Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.
Musée de l'histoire de l'immigration.

Voir les commentaires

Au long des canaux.

22 Novembre 2022, 11:53am

Publié par Bernardoc

Agréable balade entre République et Villette le long du canal St Martin puis du canal de l'Ourcq. Sentiment de tranquillité sous le soleil matinal, un peu étonné de voir le nombre de lieux de pratique sportive aménagés le long des berges, tous étant largement utilisés ; découverte de jeunes de CM2 pratiquant le kayak dans le bassin de la Villette et d'Asiatiques faisant leur gymnastique en groupe au son de musique extrême-orientale dans le parc.

Mon but final devait être la Philarmonie, mais mal renseigné je pensais qu'elle ouvrait à 11 heures, or c'était midi ; j'ai donc opté pour autre chose, vous le verrez prochainement.

Mais j'ai été surpris de voir le nombre de groupes scolaires qui sortaient ou entraient dans ces expos, comme dans beaucoup de musées : l'avantage d'être dans la capitale et de bénéficier du métro !

Et ce n'est pas fini...

Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.
Au long des canaux.

Voir les commentaires

Une situation délicate.

21 Novembre 2022, 18:00pm

Publié par Bernardoc

Deuxième soirée théâtrale lors de mon dernier séjour à Paris, deuxième découverte d'un théâtre : le théâtre Edouard VII, dans les beaux quartiers, entre Madeleine et Opéra.

C'est la qualité de la distribution (Gérard DARMON, Clotilde COURAU, Elodie NAVARRE  et Max BOUBLIL) qui, outre le prix, m'avait attiré. Théâtre cossu, et même au dernier rang du balcon, j'avais une très bonne visibilité.

Voilà pour les points positifs.

La pièce est d'Alan AYCKBOURN, « auteur le plus joué dans son pays après Shakespeare » nous dit la pub. Eh bien, j'espère que les autres pièces ne sont pas du même niveau. J'ai assisté à du sous-Feydeau, où toutes les situations étaient téléphonées et cousues de fil blanc et la qualité des acteurs et de la mise en scène avait bien du mal à sauver cette représentation.

Donc, bravo aux acteurs, mais il y a mieux comme pièce.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires