Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

culture

Sur le chemin de la manif...

4 Décembre 2021, 18:33pm

Publié par Bernardoc

...Il y avait le cimetière Montparnasse ; voici quelques photos de tombes originales ou de célébrités découvertes au hasard de notre errance (je n'avais pas réussi à télécharger le plan du cimetière).

Et ce n'est pas fini...

Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...
Sur le chemin de la manif...

Voir les commentaires

Samedi prochain.

27 Novembre 2021, 09:39am

Publié par Bernardoc

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

La Fontaine (Jean de)

14 Novembre 2021, 17:10pm

Publié par Bernardoc

Cette année est le 400ème anniversaire de sa naissance, et sans aucun doute un des plus célèbres auteurs français. On l'étudie à tous les niveaux et on trouve quelque chose de nouveau à chaque fois.

Je suis tombé sur une fable lors de l'oral de mon premier concours à l'éducation nationale et j'ai terminé en faisant une explication écologique, ce qui a surpris le jury, quelques semaines après la candidature de Dumont à la présidentielle.

Mais il y a quelques étés, j'ai entendu au poste quelque chose de similaire, où l'on rappelait qu'il avait été maître des eaux et forêts, ce qui n'avait pu qu'influencer son écriture.

Pour célébrer cet anniversaire, la bibliothèque de Limeyrat (village en poésie) a organisé une remarquable exposition où les fables sont représentées à l'intérieur de boîtes retraçant les scènes. Vous avez un mois pour l'admirer.

Et ce n'est pas fini...

La Fontaine (Jean de)
La Fontaine (Jean de)
La Fontaine (Jean de)
La Fontaine (Jean de)
La Fontaine (Jean de)
La Fontaine (Jean de)
La Fontaine (Jean de)
La Fontaine (Jean de)
La Fontaine (Jean de)
La Fontaine (Jean de)
La Fontaine (Jean de)
La Fontaine (Jean de)

Voir les commentaires

Vesunna.

13 Novembre 2021, 19:34pm

Publié par Bernardoc

C'était ma deuxième visite dans ce musée au cœur de Périgueux, qui existe depuis 2003 et qui fut conçu par l'architecte Jean NOUVEL. Cette visite, à l'initiative de Josiane et Didier, était motivée par une exposition consacrée à Alix. Je me suis donc retrouvé 60 ans en arrière lors de mes journées Tintin, et je me suis régalé.

Mais bien sûr, nous en avons profité pour admirer les riches collections archéologiques abritées autour de ce grand site gallo-romain.

« Vesunna, l’antique Périgueux, est la ville gallo-romaine la mieux connue d’Aquitaine. Sa prospérité est illustrée par des collections regroupées depuis le début du XIXe siècle par des historiens et archéologues locaux : blocs d’architecture, sculptures, stèles funéraires… Des maquettes de la ville et des principaux monuments attestent l’importance de l’ancienne Cité des Petrucores. Sans renier leur culture celte, ils avaient adopté les techniques et le mode de vie des romains : construction en pierre, religion, alimentation, parure. »

Nous étions avec Maeva, et nous avons eu l'agréable surprise de voir que l'entrée était gratuite pour la personne handicapée et son accompagnant. Comme en Espagne ou en Italie ! Encore un petit effort à faire pour les vieux, et je pense que nous reviendrons.

Et ce n'est pas fini...

Vesunna.
Vesunna.
Vesunna.
Vesunna.
Vesunna.
Vesunna.
Vesunna.
Vesunna.
Vesunna.
Vesunna.
Vesunna.
Vesunna.

Voir les commentaires

Botticelli.

10 Novembre 2021, 12:11pm

Publié par Bernardoc

J'avais choisi cette exposition car c'était une des rares visibles le lundi et en nocturne.

Bof ! Beaucoup de monde, mais d'après ce que j'ai pu voir, le peintre m'est apparu comme un plagiaire, comme en témoignent les tableaux et ceux qui les ont inspirés. Bon, il paraît que c'était la mode à l'époque et « Mon imitation n'est pas un esclavage. »

En revanche j'ai bien aimé le musée, que je ne connaissais pas. Il se présente, sans doute un peu pompeusement comme « la plus belle collection privée d’œuvres d'art de Paris ». Je ne sais si c'est véritablement le cas, mais il se compose de pièces (salons, bibliothèque, fumoir, jardin d'hiver,...) décorées de tableaux représentant l'école française du XVIII° siècle (Fragonard, Vigée Le Brun,...), la peinture hollandaise (Rembrandt, Van Dyck,...), anglaise (Reynolds, Hoppner,...), sans oublier la renaissance italienne, illustrée non seulement par des tableaux, mais aussi par des sculptures.

Donc finalement je n'ai pas regretté ma visite, d'autant que contrairement aux musées nationaux, il y a un tarif vieux !

Et ce n'est pas fini...

Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.
Botticelli.

Voir les commentaires

Nuoro.

27 Octobre 2021, 18:43pm

Publié par Bernardoc

Nous sommes en route vers le nord, pour arriver à Olbia d'où nous décollerons le lendemain. Notre première étape est Nuoro, capitale de la Barbagia, considérée comme une ville d'art à cause de ses nombreux musées. Nous nous contenterons d'en visiter un seul, mais quel musée : le musée du costume et des traditions sardes. Situé sur les flancs du mont Ortobene, l'approche se fait à pied au cours d'une ascension d'une dizaine de minutes.

Des vitrines retracent la vie d'antan de différentes professions, des pêcheurs aux bergers en passant par les tisseuses, sans oublier les chasseurs.

Mais une salle est remarquable, c'est celle de la boulangerie avec des centaines de pains, tous différents et chacun dédié à un saint.

Une autre salle est dédiée aux costumes des différentes parties de l'île et qui varient en fonction de la période de vie et du statut social.

Une autre encore, montre toute une collection d'hideux personnages de carnaval, accompagnés de divers instruments de musique.

Et ce n'est pas fini...

 

Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.
Nuoro.

Voir les commentaires

L'évadé de St-Martin.

16 Septembre 2021, 14:18pm

Publié par Bernardoc

Il s'agit de St-Martin de Ré et bien entendu de sa prison.

L'intrigue se déroule entre novembre et le printemps, dans la ville (surtout autour de son EHPAD) et la campagne environnante, avec quelques escapades à La Rochelle. Les lieux sont bien décrits, les personnages bien campés, mais malgré tout on a du mal à y croire.

Henriette, la grand-mère aux cigarillos, rétive à l'EHPAD, son fils, lieutenant de gendarmerie et son petit-fils lycéen à La Rochelle, tous trois mêlés à l'enquête, par devoir ou par intérêt pour l'aventure sont bien sympas, mais attendent le temps passer.

Monique, l'amie d'Henriette, qui tombe amoureuse et s'enfuit avec le commissaire continental envoyé pour prêter main forte à la gendarmerie, semble avoir les pieds sur terre.

Et tout ce petit monde nous raconte sa vision des faits au fil des chapitres qui leur sont tour à tour dédiés.

L'énigme évolue et bien vite ce n'est plus la recherche de l'évadé qui prime, mais je ne vais pas vous en dire plus, puisque c'est un polar.

Je n'ai pas été enthousiasmé par ce roman d'Olivia DUPUY chez SOnoir, mais à vous de vous faire une idée.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Pour que vivent les caricatures.

6 Septembre 2021, 10:10am

Publié par Bernardoc

Journaliste, écrivaine et veuve du desinateur Georges Wolinski, Maryse Wolinski enjoint dans ce texte le président Emmanuel Macron à défendre l'art de la caricature et à s'engager pour bâtir un Maison du dessin de presse et du dessin satirique. Voici sa tribune, cosignée par les dessinateurs de presse Chappatte, Coco, Gorce, Juin, Kak et Riss : 

"Au lendemain de l'attentat du 7 janvier et de l'assassinat de cinq dessinateurs parmi les plus talentueux, leur confrère Chappatte signa dans le New York Times un dessin au texte évocateur : "Sans humour, nous sommes tous morts." Quatre années plus tard, à l'occasion d'une polémique autour d'un autre dessin, ce même journal faisait preuve d'une terrible amnésie et annonçait cette fois sa décision de ne plus publier de dessins dans son édition internationale. Cette initiative suscita une vive émotion. Elle était le signe d'un recul de la liberté d'expression.

En 2020, Monsieur le Président, dans vos vœux à la presse, vous étiez des plus clairs : "Cinq ans après l'attentat de Charlie Hebdo et alors que le New York Times a décidé […] de cesser de publier des dessins de presse […], je souhaite que notre pays continue à ne pas céder à ce que j'appelle cet esprit de lapidation et à cette forme d'ordre moral autoproclamé."

Pour défendre cet art de l'esprit critique, vous faisiez alors vôtre le souhait de créer en France la Maison du dessin de presse et du dessin satirique, idée lancée par Georges Wolinski au début des années 2000 : "Un lieu de rencontre, disiez-vous, de formation, d'exposition et qui, bien évidemment, travaillera avec le réseau des lieux existants dédiés au dessin de presse sur le territoire."

La création d'un tel lieu se justifie d'autant plus que la presse satirique appartient à notre histoire. Elle a connu ses premières lettres de noblesse avec Honoré Daumier et La Caricature. Elle a accompagné la IIIe République et s'est développée jusqu'à nos jours comme contre-pouvoir.

Quelques mois après cette annonce, en plein procès des attentats de janvier 2015, l'horreur frappa de nouveau quand un professeur fut décapité pour avoir fait réfléchir ses élèves sur des dessins publiés dans Charlie Hebdo. Cette fois encore, vous avez fait du dessin de presse un enjeu civilisationnel. Vous avez dit : "Ils ne passeront pas", et vous avez défendu avec constance le droit à la caricature, cette forme d'expression que les intégristes ne supportent pas et qui mérite d'être protégée, valorisée, défendue.

Votre parole était essentielle car dans ces moments tragiques où la démocratie est attaquée, c'est à l'Etat de montrer la voie. De fait, la caricature est un langage complexe avec sa grammaire, ses codes et ses techniques qui nécessitent des référents communs, une vaste culture générale, un appétit pour l'actualité et une grille de lecture spécifique pour être compris. C'est un langage qui s'apprend. C'est ce langage que ce professeur voulait expliquer à ses élèves.

L'objectif de la Maison européenne du dessin de presse est bien de défendre ce langage, le diffuser, le rendre accessible à tous, à commencer par les plus jeunes. Accompagner les dessinateurs, ne pas laisser seuls les professeurs et les associations qui s'efforcent sur le terrain d'enseigner cette belle langue.

Deux missions de préfiguration ont été lancées par le ministère de la Culture pour étudier les possibilités de création d'une telle Maison. Il en résulte que la Région Ile-de-France est très déterminée pour soutenir financièrement ce beau projet. Fortement impliqué, le maire du 6e arrondissement de Paris, Jean-Pierre Lecoq, met à la disposition du projet un lieu situé entre l'Ecole des beaux-arts et l'Académie des beaux-arts. Quant à la Ville de Paris, elle s'est dite prête à l'accueillir. Il ne manque plus que votre engagement, celui de l'Etat, qui ne serait autre que le respect de la parole donnée." 

Et ce n'est pas fini...


 

Voir les commentaires

Panique au grand hôtel.

1 Septembre 2021, 14:07pm

Publié par Bernardoc

C'est le cinquième polar de François FERBOS, paru aux Editions Sonoir, mais c'est le premier que je lis. L'auteur est un flic girondin marin et globe-trotteur, et il connaît donc fort bien Bordeaux et le Bassin. En effet, si l'histoire commence entre l'hôtel de police et l'Intercontinental, toute la deuxième partie se déroule autour du Ferret. L'auteur connaît parfaitement tous les endroits où il situe son intrigue qui met en scène un oligarque russe, bientôt naturalisé français et la mafia russe, qui se révèlera en fait être les services secrets poutiniens.

On sent une jubilation dans l'écriture : l'auteur s'en donne à cœur joie lorsqu'il fait parler maladroitement Tovaritch et lorsqu'il pointe tous les dysfonctionnements de la police, ou plutôt comment il se passe de l'obligation aveugle aux consignes hiérarchiques pour mener à bien ses missions. Là aussi, il parle en connaisseur.

Je continue donc mes lectures de polars locaux, parenthèse dans mes lectures plus militantes, dont un exemple viendra sous peu.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Archéologie : une espèce découverte et nommée en référence au Seigneur des Anneaux

24 Août 2021, 12:55pm

Publié par Bernardoc

In Gentside du 21 août 2021

Des paléontologues de l'Université du Colorado ont découvert un mammifère préhistorique qui aurait vécu il y a plusieurs milliers d'années de cela, mais surtout aurait survécu à l'extinction des dinosaures.

Après avoir identifié cette nouvelle espèce, les chercheurs ont décidé de la nommer en référence à un personnage de la saga du Seigneur des Anneaux, en raison de grandes similitudes observées avec ce dernier.

L'histoire du Seigneur des Anneaux se serait-elle déroulée avant notre ère ? C'est presque ce que semblent croire ces paléontologues. Lorsqu'ils ont nommé cette espère. Ce nouveau mammifère, aujourd'hui éteint, a été appelé Beornus honeyi.

Ce nom fait bien évidemment référence à Beorn, personnage qui apparaît dans la trilogie Le Hobbit et possède la capacité de se transformer en ours. Pourtant, le Beornus honeyi n'a rien à voir avec un ours, malgré son nom. Il ressemblerait plutôt à un tigre, de la taille d'un chat. Là où les chercheurs établissent un lien entre l'espèce et le personnage fictif, c'est qu'il possèdent tous les deux des molaires boursouflées.

En plus de cela, les paléontologues ont également fait la découverte de deux nouvelles espèces, dont les restes se trouvaient juste à côté du Beornus. Elles ont été appelées Miniconus jeanninae et Conacodon hettingeri. Pas de référence au Seigneur des Anneaux, cette fois.

Mais le plus étonnant réside dans le fait que ces espèces appartiennent à une nouvelle catégorie : les ongulés archaïques. Les ancêtres des mammifères à sabots, comme les vaches, les chevaux ou les éléphants.

Et ce n'est pas fini...


 


 

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 > >>