Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

regards sur le monde

Confinement M2.

20 Avril 2020, 09:27am

Publié par Bernardoc

Comme lors de mes 17 déménagements, c'est la fin du rangement qui devient de plus en plus pénible. Pourtant il y a eu une poubelle verte remplie et jetée par semaine et un rangement de livres qui traînaient un peu partout. C'est comme ça que je suis tombé sur des polars « régionaux » que j'avais dû acheter dans différents endroits improbables, mais aussi aux « Escales du livre » de Bordeaux. Et donc, j'ai saisi l'occasion de dévorer ces bouquins plutôt que de me lancer dans Proust, comme la radio nous incitait à le faire au début du confinement.

Ce qui me plaît dans ces livres, c'est qu'ils parlent de lieux que je connais, de Nice à Bordeaux, en passant par Toulon et le bassin. Je mets donc des images sur le texte sans avoir besoin d'imaginer. Est-ce de la paresse ? Me privé-je d'une part de rêve ? C'est possible, mais ce n'est pas grave, ça aide à faire passer le long temps de confinement.

Je vous parlerai plus concrètement de ces cinq romans à partir d'après-demain.

En attendant, je continue d'aller sur le site lejourdapres.parlement-ouvert.fr sur lequel je soutiens certaines propositions, après y avoir inscrit les miennes. Comme je le disais plus haut, ça ne débouchera sur rien, mais ça fait passer le temps.

Depuis une semaine nous n'avons plus touché au théâtre, dont une représentation pourrait éventuellement se dérouler en décembre...si nous trouvons une salle.

En attendant je vais enregistrer une histoire pour mes petits enfants.

Continuez à vous protéger, c'est bientôt les grandes vacances !

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Confinement : S1.

24 Mars 2020, 09:40am

Publié par Bernardoc

Voici donc une semaine que le confinement a été décrété. Avec notre petit jardin, nous sommes relativement privilégiés. Je suis sorti deux fois pour acheter du pain à bicyclette, mais contrairement à l'habitude, je ne fais pas ma boucle de 9 km, mais j'y vais tout droit à 1,3km. Les gens semblent devenus raisonnables : distance respectées dans les queues, bonjour de loin, une seule personne à la fois dans la boutique et paiement sans contact.

Après avoir tondu mon premier gazon semé à l'automne, j'ai décidé de faire un peu de rangement, mais j'ai été obligé de ralentir car la poubelle débordait, deux ramassages n'ayant pas eu lieu (ce n'est pas un blâme, loin de là !).

Ensuite, en tant que président départemental d'une association, j'ai commencé à contacter chacun de nos adhérents, qui étaient ravis de ce lien. Je n'ai eu qu'à déplorer une personne atteinte du virus. Maintenant, pour les derniers, c'est plus difficile : certains n'ont laissé aucune coordonnée et il faut espérer qu'ils ne soient pas en liste rouge. Ce devrait être terminé aujourd'hui.

Le printemps des poètes est terminé pour cette année, j'espère que vous avez apprécié ma sélection sur le thème du courage.

Chaque jour aussi, nous faisons une séquence « théâtre » - nous avons fait relâche hier, comme la plupart des théâtres parisiens le lundi – afin qu'il n'y ait plus de problème de texte le jour où nous aurons la joie de nous retrouver pour répéter. Mais le spectacle aura-t-il lieu fin juin ?

Les dernières boules de graisse ont été dévorées, il me reste quelques graines et après les oiseaux se débrouilleront.

Chaque matin je vais voir mes plantations : si chaque

fleur donne une gousse de fèves, la récolte devrait être abondante, et je surveille également la sortie de mes pommes de terre plantées avec l'aide de mes petits enfants.

C'est pas mal pour une semaine, non ?

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

1 plage sur 2 risque de disparaître dans le monde

4 Mars 2020, 11:01am

Publié par Bernardoc

Article de radins.com du 3 mars 2020

L’alerte a été lancée le 2 mars 2020 par une publication de Nature Climate Change, revue scientifique sur le changement climatique. Une étude, menée par Michalis VOUSDOUKAS du Centre commun de recherche de la Commission européenne et son équipe de chercheurs. Ils ont étudié l’impact du réchauffement climatique et de la montée des eaux sur les littoraux du monde entier.

En extrapolant les données historiques et les tendances concernant les plages, leur érosion et leur submersion, ils ont établi deux scénarios distincts sur la base des prévisions d’augmentation des températures liées aux émissions de gaz à effet de serre. Un scénario, celui du « pire », annonce une véritable catastrophe de niveau mondial…et celui du « mieux » n’est guère plus rassurant.

Le scénario du « mieux » est déjà pire que ce qu’espèrent, en général, les spécialistes : une hausse de la température limitée à 3 degrés au niveau mondial. Tout juste suffisant pour que la Terre ne soit pas la proie de catastrophes majeures et qui, pour y réussir, nécessiterait la coopération de l’ensemble des pays du monde. Dans ce cas, « seulement » 95.000 kilomètres de plages dans le monde seraient perdus, soit près d’un tiers du total.

L’autre scénario est celui où les émissions de gaz à effet de serre poursuivent leur augmentation au rythme actuel. Dans ce cas, les chercheurs estiment tout simplement que 49,5% des plages du monde entier vont disparaître.

Quant à la date de ces événements, elle est proche : avant la fin du siècle, soit d’ici 80 ans.

TOUT VA BIEN !

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Hommage aux postiers.

3 Janvier 2020, 17:05pm

Publié par Bernardoc

Depuis ma retraite mon bureau de poste référent est celui du centre de tri de St Médard en Jalles. Il est un peu plus loin que celui du Haillan, mais cela me donne l'occasion de faire un (petit) tour de vélo ou de pouvoir me garer plus facilement qu'au centre ville.

Mais surtout les agents sont d'une affabilité remarquable, toujours prêts à donner le bon renseignement et à aider les personnes qui s'y rendent. J'ai vraiment l'impression d'être encore considéré comme un usager et non pas comme un client. Je ne sais pas s'il reste encore des fonctionnaires, mais en tous cas, ils ont une haute conception de la mission de service public qu'ils doivent remplir, digne de cette puissante administration qui a tant fait pour l'aménagement du territoire aux siècles derniers.

Nous avons vraiment bien fait, nous les élus du Front de Gauche à l'époque d'aller les soutenir dans leur lutte : ils le méritent amplement. Et ce n'est pas facile, la preuve en est le rallongement des tournées qui a pour résultat que nous recevons rarement notre courrier avant 15h30. Mais là, les pauvres facteurs n'y sont pour rien ; ils sont victimes comme la plupart des gens qui remplissent ces missions de service public (hospitaliers, pompiers,...) du saccage macronien de nos belles institutions issues des idées du Conseil National de la Résistance qui nous promettaient « Les jours heureux ».

Tous ensemble dans la résistance !

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

La France rejette une grande partie de ses déchets radioactifs... dans la Manche !

18 Décembre 2019, 15:19pm

Publié par Bernardoc

Ecrit pour Gentside le 19 août 2019 par Baptiste Régnard ; vous comprendrez que cela nous ait échappé !

L'ONG Greenpeace révèle qu'une grande partie des déchets et substances radioactives en provenance du site de la Hague, au large du Cotentin, sont rejetés dans la Manche. 

Connue pour ses opérations (parfois périlleuses) pour alerter l'opinion face aux dangers du non respect de l'environnement, Greenpeace a cette fois choisi le Cotentin pour monter une opération dans le but de dénoncer le rejet de déchets radioactifs dans la Manche. 

Un choix tout sauf anodin. Cette région est l'une des plus nucléarisée au monde. Entre la centrale de Flamanville (deux réacteurs en fonctionnement, plus l'EPR en cours de construction), le Centre de stockage de la Manche (CSM), l'usine de retraitement de la Hague et les sous-marins nucléaires à Cherbourg, le nucléaire y est roi.  

À bord de son navire, le Rainbow Warrior III , Greenpeace a effectué des tours devant les principaux sites pour déployer des banderoles avec les messages : "Pollution nucléaire" ou encore "Déchets nucléaires, ça déborde"."Le Cotentin concentre ce que l'industrie nucléaire a fait de pire, assène Yannick ROUSSELET, chargé de mission nucléaire à Greenpeace. Implanter un centre de stockage et une usine de retraitement sur un marais, construire un réacteur nucléaire qui cumule les malfaçons, et surtout se débarrasser des déchets directement... dans la mer !" 

Entre 1946 et 1993, quatorze pays ont ainsi procédé à des immersions de déchets radioactifs dans plus de 80 sites situés dans les océans Pacifique, Atlantique et Arctique. La moitié d'entre elles a été effectuée dans la zone Atlantique Nord-Est, notamment au large des côtes françaises.  

À 15km du Cotentin, un site particulier a servi de véritable poubelle nucléaire sous-marine. Il s'agit de la fosse des Casquets (ou Hurd's deep pour les Anglais). Entre 1967 et 1969, cette fosse a ainsi accueilli à une centaine de mètres sous l'eau plus de 14.000 tonnes de déchets provenant du site nucléaire du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) de Marcoule (Gard); géré par l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Déchets auxquels se sont ajoutés 3.000 tonnes supplémentaires de Grande-Bretagne et de Belgique. Ce n'est qu'en 1993 qu'une convention internationale mit fin à de telles pratiques. 

Pour autant, l'industrie nucléaire continue de déverser ses déchets en mer, et a trouvé d'autres moyens pour le faire. Du site de la Hague, un pipeline long de 4km s'enfonce à une soixantaine de mètres sous la mer pour déverser, en toute légalité, un ensemble de matière radioactive : tritium, césium, strontium, et même uranium et plutonium. Le tout avec un volume de radioactivité équivalent chaque année à deux fois et demie les émissions de l'ensemble des déchets reposant au fond de la fosse des Casquets. 

Les gestionnaires du site se défendent en invoquant un contrôle strict des déchets et une règlementation respectée à la lettre. Greenpeace révèle cependant que les prélèvements et analyses sont réalisés en interne, avant d'être envoyés à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN). Un peu comme si c'était l'automobiliste qui envoyait ses relevés de vitesse à la gendarmerie. Or c'est bel et bien ce système de surveillance basé sur la confiance qui est en place et qui a notamment permis le scandale des dossiers falsifiés par Areva à sa forge du Creusot pendant près de 50 ans.

Mais ce n'est pas tout. Greenpeace a également envoyé un drone sous-marin pour filmer les déchets enfermés dans des fûts. Et les images sont édifiantes. Rongés par la rouille et le sel, certains étaient déjà éventrés. En 2015, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a elle aussi procédé à ses propres relevés. Résultat : "des concentrations élevées de radionucléides provenant de fuites de colis". En d'autres termes, certains fûts fuient et leur contenu se déverse librement dans l'océan.  

Là où le bât blesse, c'est qu'il est quasiment impossible de remédier à ces erreurs passées et présentes. Compte tenu de leur état, il est devenu difficile voire dangereux de bouger ces fûts ou de tenter de les remonter. De son côté, le ministère de l'environnement se veut rassurant : "lors des dernières campagnes de surveillance de ces fûts, les résultats des analyses n'ont montré aucune augmentation importante des concentrations de radionucléides représentatifs des déchets immergés. La radioactivité observée dans la zone des déchets se confondait aux fluctuations de la radioactivité naturelle de ces fonds marins." explique le ministère. 

Pas de danger imminent, donc. Mais attention, alerte Yannick ROUSSELET, "il suffirait que plusieurs fûts se percent dans un laps de temps rapproché et que des courants défavorables transportent leur funeste contenu vers les côtes, pour que le danger soit réel. Sauf que contrairement au pétrole, c'est une pollution qui ne se voit pas."

Et ce n'est pas fini...


 

Voir les commentaires

Peut-on vivre sans Internet ?

27 Novembre 2019, 09:34am

Publié par Bernardoc

Tiré de le mag radins.com du 18/9/19

Dans un monde hyperconnecté, il est assez difficile de croire qu'il est possible de vivre sans internet. Pourtant, malgré tous ses bienfaits, il est indispensable de se déconnecter de temps en temps du monde digital.

Internet tient une grande place dans notre société. Il nous accompagne au quotidien, partout où nous allons, et quoi que nous fassions. Désormais, le web n’est plus qu’un simple outil pour communiquer, c’est également une aide à portée de main qui nous facilite considérablement la vie. Grâce à internet, nous pouvons faire nos courses sans bouger de chez nous, réserver notre hôtel ou prendre un billet d’avion. Nous pouvons aussi régler nos impôts et nos factures en ligne. En grand vivier de connaissance qu’il est, Internet nous donne les informations dont nous avons besoin pour avancer dans nos travaux de recherche ou permettre à nos enfants d’élargir leurs connaissances. D’ailleurs, de plus en plus d’enseignants renvoient leurs élèves sur internet pour effectuer des recherches. Internet peut même nous aider dans notre recherche d’emploi et le développement de notre réseau professionnel. Grâce à des réseaux tels que LinkedIn ou Viadeo, il est plus facile de nouer des connaissances professionnelles et de trouver une offre qui correspond le mieux à notre profil. Internet est aussi un moyen de divertissement : jeux en ligne ou vidéos, internet nous propose de multiples manières de nous amuser par l’intermédiaire de notre écran.

En France, seule une minorité de la population vit sans internet. Certains font délibérément ce choix, d’autres la subissent par manque de moyens financiers ou de formation adéquate, mais pour beaucoup, il est assez difficile de se passer de cette avancée de la technologie. C’est pour cela que des initiatives sont prises un peu partout dans le monde pour aider certains à se déconnecter pour un temps. Aux États-Unis, par exemple, une école, la WaldorfSchool of the Peninsula, propose un programme d’enseignement où tout ce qui a trait à internet est proscrit. En Allemagne, une fois 19 heures passées, Volkswagen débranche son serveur BlackBerry pour permettre à ses cadres de se déconnecter malgré eux. En Suisse, l’Office de tourisme a mis en place des vacances sans internet dans les hôtels.

De temps en temps vivre sans internet est indispensable pour mieux profiter de la vie, revenir aux sources, s’émanciper de la vie virtuelle et apprécier le moment présent et les multiples facettes du monde réel. Plus facile à dire qu’à faire, le « digital detox » nécessite une bonne volonté et surtout d’autres occupations. Selon Paul Miller, un journaliste qui a réussi la prouesse de vivre sans internet pendant un an, l’important est d’avoir un autre centre d’intérêt. Pour ne pas être tenté d’avoir les yeux constamment rivés sur l’écran, il est nécessaire de trouver de nouvelles activités susceptibles de raviver votre intérêt. Faites du jardinage, prenez un engagement associatif, etc. pour vous occuper sans allumer votre ordinateur. Le but du digital detox n’est pas de renoncer à internet, mais de limiter son utilisation. Pour cela, vous pouvez fixer vos limites en mettant en place un système d’alarme qui définit le moment où vous devez utiliser internet et celui où vous devez arrêter la connexion. Pour supporter la déconnexion, ne restez pas oisif. Profitez de ce moment pour ranger votre maison, faire votre lessive ou tout simplement sortir et rencontrer vos amis.

Et n'oubliez pas : .Les réseaux sociaux vous empêchent de lire 200 livres par an

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Triste

6 Novembre 2019, 10:37am

Publié par Bernardoc

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Thalasso.

29 Octobre 2019, 17:56pm

Publié par Bernardoc

Toujours aussi sympa ces trois jours à Euronat. Et en plus on a fait la razzia sur les arbouses et les lactaires délicieux (très frustrant de laisser des champignons car on en a déjà trop !). Et quand notre aimable voisin a complété ceci par des cèpes, on ne va pas se plaindre, hein ?

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Intéressant, mais flippant.

21 Octobre 2019, 23:02pm

Publié par Bernardoc

Info FRANCEINFO du 21 octobre 2019
Le numérique mondial consomme cinq fois plus de ressources naturelles que le parc automobile français.

Nos objets électroniques ont un gros impact sur l'environnement. Leur fabrication consomme de l’eau, de l’énergie et des ressources non renouvelables comme des minerais. Une étude inédite du cabinet GreenIT, publiée mardi 22 octobre et que franceinfo s'est procurée, estime que le secteur du numérique pèse cinq fois plus que le parc automobile français. 

Avec 4,1 milliards d'utilisateurs et 34 milliards d’appareils comme des téléphones, des tablettes ou des ordinateurs, l’empreinte environnementale du numérique équivaut à un territoire de deux à trois fois la taille de la France. Le numérique mondial pompe beaucoup de ressources de la planète : de l’eau, de l’énergie, mais aussi des minerais non renouvelables comme l’antimoine, le zinc, ou l’or...

GreenIT est un cabinet d’experts, d’entreprises et d’associations comme le WWF ou HOP, qui se penchent depuis 15 ans sur les pratiques environnementales du numérique. Leur étude nous alerte sur l’évolution très rapide du secteur. Le numérique va doubler ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2025 et tripler ses impacts environnementaux, notamment avec le développement des mines... alors qu’il a déjà de gros besoins.

Le secteur numérique risque donc d’aggraver la crise écologique s’il ne recycle pas plus ses produits. En France, par exemple, seulement 6% des téléphones sont recyclés sur les 24 millions vendus neufs. Mais cette étude est aussi une alerte pour l’activité économique du secteur, qui risque de scier la branche sur laquelle il est assis. En effet, elle cite les données d’une étude de McKinsey & Company sur le secteur minier qui estime qu’il ne reste par exemple que 12 ans de réserves d’antimoine, une substance chimique utilisée dans la fabrication de nos objets électroniques.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Les métiers qui inspirent confiance

21 Septembre 2019, 15:03pm

Publié par Bernardoc

Article de Jean-Marc SYLVESTRE dans Atlantico aujourd'hui

Les experts scientifiques en général, les chercheurs, les ingénieurs, les médecins, les pharmaciens mais aussi les pompiers, les ambulanciers, les personnels infirmiers inspirent le plus confiance dans l’ensemble des pays développés. En bas de l’échelle de la confiance, on trouve les personnels politique, ceux des médias et de la publicité.

Ces analyses sont réalisées chaque année, au niveau mondial par l'Institut britannique Ipsos Mori. Cet institut de recherche examine les attitudes du public des pays développés à l'égard des principaux services publics. L’organisation conserve des archives librement accessibles depuis 1970.

Les dernières études réalisées pour mesurer l’opinion dans 23 pays développés révèlent un accroissement considérable de la confiance dans les métiers et les activités scientifiques. Parallèlement, les mêmes études soulignent la grande méfiance à l’encontre des politiques et des communicants.

1er point : un respect profond et une confiance presque totale dans les professions ou les métiers qui ont une base scientifique très forte et qui sont au service du public. Alors concrètement, ce sont les pompiers qui obtiennent la meilleure cote auprès du public, dans tous les pays du monde. Tous les travailleurs de la santé sont très respectés et écoutés : les médecins bien sûr, les urgentistes, mais aussi ambulanciers, pharmaciens, infirmières. Au-delà, tous les métiers à forte composante scientifique sont respectés et recherchés, les ingénieurs, les architectes, les informaticiens, les enseignants aussi, les agriculteurs, mais dans une moindre mesure.

2e point : Ceux qui font désormais l’objet de méfiance et n’attirent guère ni l’envie, ni le respect sont tous les professionnels de la politique, parce qu’ils sont considérés comme très peu fiables. Ce n’est pas nouveau ... Les professionnels de la communication et de la publicité également ne plaisent guère aux foules.

Article écrit par un journaliste de droite dans sur un site de droite qui s'est imposé dans mon fil d'actu. Pourtant, ce qui est décrit me paraît digne de confiance. Il y a un hic cependant : pourquoi ces professionnels qui inspirent confiance sont-ils à ce point maltraités à la fois par le gouvernement et par toute une f(r)ange du public au service duquel ils sont ?

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>