Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Bernard SARLANDIE

Enfin !

3 Novembre 2020, 11:36am

Publié par Bernardoc

Tiré de Geo

Le Sri Lanka a commencé à renvoyer au Royaume-Uni 242 conteneurs de déchets dangereux, notamment biomédicaux, arrivés illégalement dans le pays après une bataille judiciaire qui a duré deux ans, ont indiqué samedi des responsables.

Les 20 premiers conteneurs de déchets biomédicaux, dont certains provenant de morgues, ont été chargés sur le MV Texas Triumph vendredi, et 65 autres conteneurs seront chargés d'ici une semaine, a indiqué un porte-parole des douanes, Sunil Jayaratne.

"Le reste sera envoyé dès qu'un autre bateau sera disponible", a-t-il ajouté.

Un tribunal avait ordonné le 14 septembre le renvoi au Royaume-Uni de ces conteneurs. La cour d'appel avait également ordonné des poursuites judiciaires contre l'importateur local qui avait fait venir entre septembre 2017 et janvier 2018 ces déchets, provenant notamment d'hôpitaux et de morgues et comprenant des parties de corps humains, en affirmant qu'ils étaient destinés à être recyclés.

L'organisation militante Centre for Environmental Justice (CEJ) avait saisi le tribunal pour demander le rapatriement des conteneurs.

Selon la douane sri lankaise, les déchets, qui comprenaient également des tonnes de plastique, ont tous été importés en violation des règlementations locales et internationales.

Selon les autorités, qui avaient été alertées par la puanteur des conteneurs, retrouvés abandonnés au port de Colombo et sur une zone franche voisine, ils contenaient notamment des bandages, des chiffons et des parties de corps humains en provenance de morgues.

Plusieurs pays d'Asie, lassés d'être la décharge des grands pays développés, ont renvoyé ces deux dernières années des conteneurs de déchets vers leur pays d'origine. Parmi eux figurent les Philippines, l'Indonésie et la Malaisie.

Quand les pays dits « développés » auront-ils une attitude écoresponsable ? Cette expédition de poubelles a un bilan carbone déplorable et prive aussi les pays envoyeurs de milliers d'emplois.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Budget participatif (bis).

2 Novembre 2020, 12:02pm

Publié par Bernardoc

Je viens de voter, sur le site du département, pour cinq projets portés par des individus ou des associations. A la lecture des 214 contributions, on peut voir le foisonnement d'intelligence créatrice chez nos concitoyens, ce, qu'en tant qu'éducateur, je n'ai jamais douté.

Qu'est-ce qu'un budget participatif ? C'est une partie du budget de la collectivité qui est dédié à la réalisation de projets initiés par les habitants au plus près du terrain. Un appel d'idées est lancé et ensuite les citoyens votent pour celui qu'ils souhaitent voir réalisé. C'est un pas vers la démocratie participative, avec la prise en compte des souhaits des habitants, et non l'approbation muette de ce qui tombe d'en haut.

Le budget participatif, comme les transports en commun gratuits, n'a rien à voir avec la couleur politique des élus, on en trouve autant à droite qu'à gauche, comme autant de résistance des deux côtés, certains élus craignant de perdre une once du pouvoir qu'ils ont acquis par les urnes (quel que soit le taux de participation).

Du temps où il y avait une gauche unie autour du Front dans ma commune, j'avais proposé qu'elle demande que cette démarche soit inscrite dans le futur programme. Je ne me suis pas heurté à un mur, mais à une profonde indifférence. Dommage...

Peut-être qu'un jour il y aura des comités de quartier, qui iront au-delà des associations de propriétaires et de locataires, et pourront proposer des projets locaux.

Il n'est pas interdit de rêver.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

« La cour de récré diplomatique ».

1 Novembre 2020, 15:35pm

Publié par Bernardoc

Titre d'une double page de Sud ouest dimanche aujourd'hui.

 

Il y a quelques semaines, j'avais affiché deux couvertures des Dossiers du Canard qui traitait des dingues qui nous gouvernent. Eh bien le journal régional nous offre une actualisation, hélas...Par ordre alphabétique :

Jair BOLSONARO (Brésil) : « Qu'ils gardent leur argent et qu'ils aident Angela MERKEL à reboiser l'Allemagne » dit-il à propos de la Norvège qui versait des fonds pour l'Amazonie.

Rodrigo DUTERTE (Philippines) : « Fils de pute, je vais te porter malheur » à l'adresse d'Obama en 2016.

Recep Tayyip ERDOGAN (Turquie) : Macron « doit passer un examen de santé mentale ».

Boris JOHNSON (Royaume uni) : « Les Français se comportent comme des fumiers sur le Brexit ».

Jaroslaw KACZYNSKI (Pologne) : « Si quelqu'un affirme qu'aujourd'hui en Pologne il n'y a pas de démocratie, cela veur dire qu'il est dans un état qu'il faut faire examiner par des méthodes médicales » au sujet de Clinton.

Kim Jung un (Corée du nord) : « Je disciplinerai par le feu le gâteux américain mentalement dérangé » ; visé : Trump, bien entendu.

Nicolas MADURO (Vénézuela) : « Raciste, ordure corrompue, colonialiste » invective-t-il Rajoy, premier ministre espagnol en 2016.

Viktor ORBAN (Hongrie) : compare les actions de la Commission européenne à celles des « troupes soviétiques » dans son pays.

Donald TRUMP (USA) : « pourquoi est-ce qu'on veut des gens qui viennent de tous ces pays de merde ? On devrait avoir plus de gens d'endroits comme la Norvège ». Bienvenue aux Haïtiens, Salvadoriens et Africains !...

Milos ZEMAN ( Tchéquie) : « Moi je ne vais pas soutenir des putes » à propos du groupe de rock féministe russe Pussy riot.

Eh bien, on est mal barrés !

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Bain de jouvence.

31 Octobre 2020, 09:21am

Publié par Bernardoc

Hier soir, sur F3, j'ai rajeuni de plus de 50 ans devant le programme ORTF : ils ont inventé la télévision. Même si c'était une émission à la gloire de Pierre SABBAGH, les séquences judicieusement choisies m'ont fait revivre les émissions de qualité en noir et blanc. C'était l'époque où « l'étrange lucarne » nous attirait comme la lumière attire les papillons de nuit. Les séquences censées représenter la vie familiale de l'époque m'ont ravi avec les papiers peints dont on ne voudrait pas maintenant, mais qui faisaient fureur à l'époque, le meuble télévision, l'obligation de se lever et d'appuyer sur un bouton pour changer de chaîne (eh non, pas de zapette) lorsque la deuxième est arrivée, l'introduction du carré blanc...

On a mentionné les réalisateurs communistes comme Claude SANTELLI et Stellio LORENZI, la censure dont a été victime Jean FERRAT à plusieurs reprises, les quelques 150 journalistes virés pour avoir fait grève en 1968. Bien entendu Pompidou affirmant que « la télévision est la voix de la France » débouche après la fin du ministère Chaban sur la réinstauration du ministère de l'information.

La distraction, avec de nombreux jeux, n'empêchait pas la présence dans les programmes de la culture et des émissions politiques ; si l'on n'avait pas eu la sortie de Maurice CLAVEL « Messieurs les censeurs, bonsoir ! », il aurait manqué quelque chose à cette rétrospective.

Puis en même temps que la couleur (eh oui, les jeunes, en ce temps-là la télé n'était pas en couleur – je me souviens d'ailleurs qu'à la rentrée 1967, une liste de candidats à la gestion de la cité-U réclamait l'achat d'un poste couleur pour une des salles de télé) apparurent de nouvelles émissions, même si on conservait l'indéboulonnable Guy LUX.

C'était vraiment une autre époque, je ne connaissais pas Rose alors qu'aujourd'hui nous fêtons, confinés, nos 46 ans de mariage.

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

C'est reparti !

30 Octobre 2020, 08:49am

Publié par Bernardoc

Nous voilà reconfinés pour un mois minimum. C'est vraiment pas le pied, mais si cela nous permet de survivre, on va s'y plier.

Je ne suis pas allé voir la coiffeuse avant, et pourtant je sens bien que cette année le père-noël n'ira pas visiter les bambins de la crèche.

Le théâtre balbutiait, je me demande si la covid ne sera pas venue à bout de notre troupe. La chorale n'a toujours pas repris. Nous reverrons-nous d'ici le mois de juin ?

Ce soir nous devions aller au théâtre, dans le cadre du festival occitan de Gironde. Nous n'irons pas voir « Je ne parle pas occitan en public ».

Demain nous célébrons nos 46 années de mariage, eh bien ce sera une fête confinée.

Pour la première fois, nous faillirons à la promesse faite à notre mère d'aller fleurir notre quinzaine de tombes en Dordogne.

Les bassins de lumière vont nous rembourser nos billets pour l'exposition Klimt. J'espère qu'elle sera prolongée de la durée du confinement.

Le travail aux archives de l'Institut d'Histoire Sociale est à nouveau remis à une date ultérieure.

Heureusement l'entreprise d'élagage n'est pas confinée et notre jardin sera plus beau ce soir.

Et je vais me remettre à lire les polars régionaux, comme au printemps.

Portez-vous bien et prenez soin de vous en attendant le prochain confinement (François Morel vient de nous expliquer comment il ferait au 23ème!)

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Désarmement nucléaire : amplifions la bataille

29 Octobre 2020, 17:11pm

Publié par Bernardoc

Après l’entrée en vigueur du Traité d’interdiction des armes nucléaires de l’ONU, nous devons amplifier la bataille pour le désarmement nucléaire.

La lutte pour la paix dans le monde et le désarmement, notamment nucléaire, s’inscrivent dans les priorités de la CGT, engagée dans un syndicalisme de transformation de la société pour un Développement Humain Durable.

La CGT se réjouit que le 24 octobre 2020, 50 États aient ratifié le Traité d’Interdiction des Armes Nucléaires, permettant ainsi son entrée en vigueur 90 jours plus tard.

Ce traité a été adopté par 122 États lors de l’assemblée générale des Nations unies le 7 juillet 2017 et les processus nationaux de signature et de ratification sont en cours.

C’est un message fort qu’envoie l’ONU : après les textes internationaux d’interdiction des armes chimiques et bactériologiques, avec l’entrée en vigueur du TIAN, ce sont désormais toutes les armes de destruction massive

qui sont interdites en droit international.

Membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU, la France ne peut s’exonérer de ses responsabilités au regard de cette évolution fondamentale du droit international.

Cela conduit la CGT à maintenir la pression pour que la France et tous les États détenant l’arme nucléaire et les pays membres de leurs alliances militaires s’engagent sur le chemin de l’interdiction des armes nucléaires.

Rappelons que l’arsenal nucléaire entraîne des dépenses considérables, qui détournent des ressources publiques d’objectifs prioritaires (encore 5 milliards d’euros dans le budget 2021 des armées).

La CGT renouvelle son appel à signer massivement la pétition pour la ratification du TIAN par tous les États :

 

https://www.mvtpaix.org/wordpress/petition-pour-un-traite-dinterdiction-des-armes-nucleaires/.

Et ce n'est pas fini...

 

Voir les commentaires

Une autre raison de sortir masqué.

28 Octobre 2020, 08:35am

Publié par Bernardoc

D'après 20 Minutes avec AFP , le 27/10/20

A long terme, la pollution pourrait jouer un rôle dans la mortalité liée au coronavirus. Une étude internationale montre ce mardi que respirer un air pollué augmente de 15 % en moyenne dans le monde le risque de mourir de la Covid-19.

L’étude parue dans la revue spécialisée Cardiovascular Research s’attache à évaluer dans quelle proportion cette pollution, déjà à l’origine de décès prématurés, pourrait également influer sur la mortalité liée à la Covid-19. Cette proportion serait d’environ 19 % en Europe, de 17 % en Amérique du Nord, d’environ 27 % en Asie de l’Est, selon les estimations du professeur Jos LELIEVEL de l’Institut Max Planck de chimie à Mayence (Allemagne) et de ses collègues.

Mais les auteurs n’établissent pas de relation de cause à effet direct entre cette pollution et la mortalité Covid. Ils ont utilisé des données épidémiologiques antérieures américaines et chinoises sur la pollution de l’air et le Covid-19 et sur le SRAS de 2003, maladie similaire à la Covid. Ils les ont combinées avec des données satellitaires sur l’exposition mondiale aux particules fines polluantes et des données des réseaux de surveillance de la pollution au sol, pour faire leurs calculs.

Les particules polluantes semblent augmenter l’activité d’un récepteur, appelé ACE-2, situé à la surface des cellules, impliqué dans la manière dont Covid-19 infecte les patients, selon les chercheurs. « Nous avons donc un "coup double" : la pollution de l’air endommage les poumons et augmente l’activité de l’ACE-2, ce qui conduit à une meilleure absorption du virus », selon le Pr Thomas MUNZEL (Université Johannes Gutenberg, Mayence), co-signataire de l’étude.

« La transition vers une économie verte avec des sources d’énergie propres et renouvelables favorisera à la fois l’environnement et la santé publique, au niveau local en améliorant la qualité de l’air et au niveau mondial en limitant le changement climatique », plaident-ils. Jugeant « extrêmement probable » l’existence d’un lien entre la pollution de l’air et la mortalité due à la Covid-19, Anna HANSELL, professeur d’épidémiologie environnementale (Université de Leicester) estime pour sa part « prématuré d’essayer de le quantifier précisément ».

Elle évoque « de nombreuses autres bonnes raisons d’agir maintenant » pour réduire la pollution de l’air, que l’OMS associe déjà à 7 millions de décès par an dans le monde (4,2 millions de ces décès liés à la pollution de l’air extérieur et le reste à la pollution de l’air intérieur).

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Le saviez-vous ?

27 Octobre 2020, 09:49am

Publié par Bernardoc

Le gouvernement a décidé cet été de transférer à la Caisse d’Amortissement de la Dette Sociale (Cades) 136 milliards d’euros comprenant pêle-mêle des dépenses liées à la Covid, mais aussi les conséquences des politiques d’exonérations de cotisations sociales non compensées, des dettes indues (comme la prise en charge des arrêts de travail pour gardes d’enfants ou encore une partie de la dette des hôpitaux sur laquelle le gouvernement s’était engagé).

Ces 136 milliards d’euros seront à la charge des assurés sociaux à travers la CRDS et la CSG puisque le gouvernement a décidé de faire financer jusqu’en 2033 des dépenses qui relèvent pour une bonne partie du budget de l’État, ou sont la conséquence de ces choix.

Quasiment dans le même temps, le gouvernement donne 100 milliards aux entreprises pour relancer l’économie. Et cela, sans contrepartie ou contrôle et au moment même où des plans de licenciements boursiers sont à l’oeuvre, comme chez Bridgetown dans le Nord ou Veralia en Charente Maritime.(d'après une communication du président de Mutami)

Et « en même temps », les cotisations mutualistes subissent une hausse de 17% (comme le disait un ancien président de la Mgen, la santé est plus taxée que les hamburgers -malbouffe). Combien d'adhérents vont-ils être contraints d'abandonner leur mutuelle faute de moyens, et ainsi se mettre en grand danger sanitaire ?

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Séparatisme ?

26 Octobre 2020, 16:16pm

Publié par Bernardoc

Il y a une quinzaine d'années, je dirigeais un collège en Zone Urbaine Sensible dans lequel se tenait des cours de « Langue et Culture d'Origine ». Pour ce qui me concernait, il s'agissait de la langue turque. J'ai vu plusieurs enseignantes y participer, certaines animées par un sentiment laïque « ataturkien », d'autres qui avaient beaucoup de peine à s'exprimer en français, et je me posais des questions sur le contenu de leur enseignement.

Dans ce même collège, certaines élèves, qui ne participaient pas à ces cours, se regroupaient dans la cour pour parler turc.

A la demi-pension, une fille au patronyme à consonance arabe, prenait du jambon en entrée et s'est faite menacer par certains élèves turcs qui prétendaient lui interdire de manger ce qu'elle voulait. Elle était obligée de se réfugier dans le bureau de la CPE aux récréations pour ne pas être harcelée. J'avais fait un signalement, mais ses parents ayant déménagé, elle est restée fort peu de temps parmi nous.

Toujours à la même époque, le président des parents d'élèves turcs de la CUB m'a écrit comme à un certain nombre de collègues. Sa missive disait en substance : « Pourquoi nos enfants aiment-ils la maternelle, réussissent bien en primaire, un peu moins bien au collège, et fort peu continuent au lycée ? »

Je lui ai répondu qu'il était important que les enfants soient présents le jour de la rentrée et ne partent pas avant la sortie, qu'ils évitent de se regrouper entre eux et de parler turc à l'école, et qu'il serait important que les parents s'investissent dans les associations et s'impliquent dans la vie scolaire (conseils de classes, d'écoles, d'administration). Je n'en ai plus entendu parler.

Mais quinze ans plus tôt, dans un autre établissement, en recevant un couple de parents, j'avais laissé tomber la main que je tendais à la mère, un peu en retrait du père, et que manifestement elle avait ordre de ne pas toucher.

Et à l'époque, ce n'était pas Erdogan.

Alors, faut-il s'étonner de ce qu'il se passe aujourd'hui ?

Et ce n'est pas fini...

Voir les commentaires

Et voilà, c'est fini...

25 Octobre 2020, 16:21pm

Publié par Bernardoc

Nous étions partis en été, et nous sommes revenus en automne. Ce fut d'ailleurs très frappant ce jour de retour : 28° et beau soleil à 8 heures du matin à Palerme, 13° et pluie à 13 heures en débarquant à Mérignac.

Cette semaine de découverte était justement choisie entre deux vagues de covid, j'espère que vous avez apprécié ce voyage virtuel et que si vous ne connaissez pas cette île, cela vous donnera envie d'y aller faire un tour.

Au pied de la passerelle à Palerme, je vois des gens arriver avec un foulard rouge autour du cou ; des camarades retraités de la CGT ? Non, le signe de reconnaissance de leur agence de voyages.

Et ce n'est pas fini...

 

Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...
Et voilà, c'est fini...

Voir les commentaires